Mercosur : « Cet accord participerait au démantèlement des politiques d’intérêt général brésiliennes »

Crédit : Gary Waters/Ikon Images / Photononstop

Plusieurs associations demandent, dans une tribune au « Monde », à Emmanuel Macron de ne pas conclure l’accord entre l’UE et le Mercosur, lequel reviendrait à menacer l’environnement au Brésil, mais aussi les droits des peuples autochtones.

Tribune. Après vingt ans de négociations, dans une totale opacité, un accord entre l’Union européenne et les pays du Mercosur (Argentine, Brésil, Paraguay, Uruguay) est en passe d’être conclu. Emmanuel Macron y a apporté son soutien, au nom de la France. Signer, puis ratifier cet accord, reviendrait pourtant à soutenir et légitimer le gouvernement d’extrême droite du président Jair Bolsonaro, dont les politiques vont à l’encontre d’un grand nombre de valeurs que, Monsieur Macron, vous prétendez défendre.

L’accord de libre-échange prévoit, d’un côté, l’abaissement des tarifs douaniers pour de nombreux produits du Mercosur destinés à l’exportation, comme le sucre, le soja, l’éthanol et la viande bovine, et, de l’autre, l’abaissement des taxes pour les produits manufacturés européens. Or, depuis l’arrivée au pouvoir de l’extrême droite, le 1er janvier 2019, et la nomination de Tereza da Costa, ancienne responsable du lobby agro-industriel brésilien, au poste de ministre de l’agriculture, pas moins de 239 pesticides ou herbicides ont été légalisés et introduits sur le marché.

Voir la suite sur : Le Monde

Cette tribune est signée par : Hélène CABIOC’H, AITEC - Erika CAMPELO, Autres Brésils - Silvia CAPANEMA, RED.br - Maxime COMBES, ATTAC France - Bernard DREANO, Centre d’Etudes et d’Initiatives de Solidarité Internationale (CEDETIM) - Aurélie JOURNEE-DUEZ, Comité de solidarité avec les Indiens des Amériques (CSIA-Nitassinan) - Sara LAISSE, Acteurs du Monde Agricole et Rural (AMAR) - Monique MURGA, France Amérique-Latine et Amis du Mouvements des Sans Terres - Nathalie PERE-MARZANO, Emmaüs International - Guert PETER-BRUCH, Planète Amazone - Emmanuel POILANE, CRID - Celina WHITAKER, Centre d’étude du Développement en Amérique-latine (CEDAL)

Autres Brésils lance un appel à la solidarité pour le festival de cinéma documentaire Brésil en Mouvements, organisé tous les ans depuis 2005.

Pour nous aider à diffuser un cinéma libre et engagé, soutenez-nous !

Propulsé par HelloAsso

Voir en ligne : Le Monde

Annonces