Le Brésil face à la pandémie : trois crises majeures et l’impasse Bolsonaro

Au Brésil, Bolsonaro est le facteur aggravant de la crise épidémique. Poursuivant la remilitarisation de l’État, il est cependant de plus en plus isolé en raison de son incompétence, de son agressivité et de son ton menaçant à l’égard d’un front social et politique en construction. Rassemblant largement et cristallisant patiemment le mécontentement, cette lame de fond dont l’issue politique est encore incertaine, nourrit l’espoir de porter un coup d’arrêt à l’agonie du pays et de mettre le « bolsonarisme » hors d’état de nuire. Explications et analyses par Walter Sorrentino.

L’accablante responsabilité d’un gouvernement remilitarisé

Une tendance qui caractérise la situation au Brésil est la confluence et l’aggravation de trois crises majeures. Dans la pandémie, le pays remporte le dramatique record du Covid-19, juste derrière les États-Unis, avec plus de 2,5 millions de personnes infectées et plus de 90 000 vies perdues à la fin du mois de juillet 2020. C’est plus que dans tout le reste de l’Amérique latine et des Caraïbes, bien que nous n’ayons qu’un peu plus du tiers de la population totale. Et le pic est estimé pour juillet-août…

Parmi les différents facteurs qui ont propagé cette infection insidieuse, il y a le fait qu’au Brésil, le gouvernement fédéral a été encouragé à saboter ouvertement l’isolement social, avec la diffusion généralisée de la chloroquine, proclamant l’aberrante contradiction entre sauver l’économie et non les vies. Bolsonaro a déjà destitué deux ministres de la santé, et aujourd’hui il a même militarisé le ministère – toujours sans titulaire – en nommant le général Pazuello ministre de la santé par interim et le colonel Élcio Franco, numéro 2. Il a mis en place une nouvelle méthodologie pour (dés)informer sur le nombre de cas et de décès par Covid-19, pour masquer l’impact de la maladie et pour favoriser la fin du confinement. Comme Trump, Bolsonaro conspire pour faire sortir le pays de l’Organisation mondiale de la santé (OMS).

L’autre crise est celle de l’économie et de ses profondes conséquences sociales. La pandémie a provoqué un choc brutal de l’offre et de la demande, s’ajoutant à une situation de dépression économique préexistante, avec trois ans de récession et trois ans de stagnation. On compte 8,6 millions de nouveaux chômeurs, à ajouter au plus de 40 % de la main-d’œuvre en situation de chômage ou de précarité. Le PIB a chuté de 1,5 % au cours du trimestre, avec une baisse estimée entre 5,7 % et 9 % pour l’année.

[...]

Voir en ligne : Webzine Silomag de la Fondation Gabriel Péri : « Le Brésil face à la pandémie : trois crises majeures et l’impasse Bolsonaro »

Photo de couverture : Manifestation contre le président brésilien Jair Bolsonaro © Marília Castelli (Unsplash)

Agenda

Tous les événements

Suivez-nous

Newsletter

Abonnez-vous à la Newletter d’Autres Brésil !

Inscrivez vous

Entrez votre adresse mail ci-dessous pour vous abonner à notre lettre d’information.
Vous-pouvez vous désinscrire à tout moment envoyant un email à l’adresse suivante : sympa@listes.autresbresils.net, en précisant en sujet : unsubscribe infolettre.

La dernière newsletter

>>> [Dossier Presse] : 7 jours avant le festival de documentaire Brésil en Mouvements - 2 au 4 octobre à Paris

Réseaux sociaux

Flux RSS

Abonnez-vous au flux RSS