Littérature brésilienne antiraciste pour enfants et jeunes

 | Par Vitor Taveira

Littérature antiraciste pour enfants et jeunes Projet conçu par la Mirtes dos Santos, « quilombola capixaba », fondatrice du premier club de lecture antiraciste du Brésil : Pretaria.

Vitor Taveira de Seculo Diário nous présente le "projet Blackids", club de lecture par abonnement pour un public de jeunes et d’enfants.

Traduction : Patrick Louis
Relecture : Gaëlle Scuiller

À lire aussi Il y a bien plus d’auteur·es noir·es que le dit le marché éditorial, l’interview avec Mirtes dos Santos, Quilombola fondatrice du premier club de lecture antiraciste du Brésil.

Née dans la communauté quilombo [1] de Angelim, à Conceição da Barra dans le Espírito Santos, Mirtes dos Santos est la fondatrice de Pretaria, le premier club de lecture par abonnement ayant pour thème central la littérature antiraciste du Brésil. La Pretaria BlackBooks a été conçue et est dirigée par la Capixaba [2] Mirtes dos Santos, formée en Droit et Sociologie. Le projet vient de présenter une nouveauté de plus : Le Blackids, une proposition pour le jeune public, qui a pour objectif la valorisation de l´identité noire et la représentativité.

Lire aussi le blog des éditions Anacaona

Pour les abonné.e.s, l´ensemble apportera chaque mois des livres pour la jeunesse qui abordent les questions ethnico-raciales, en plus de quelques petits cadeaux. Selon Mirtes, l´objectif est d´orienter les pères, mères et responsables sur l´importance de l´encouragement à la lecture antiraciste des enfants et adolescents, qu´ils soient noirs ou non.

« L´œuvre choisie est une surprise qui rencontrera les motivations du projet : stimuler le lecteur à obtenir une formation sociale sans préjugés et rendre plus fortes les publications des maisons d´édition et des auteurs brésiliens noirs » dit-elle. Le choix est effectué par des femmes noires au sein d´un groupe constitué d´activistes, d´intellectuelles, d´écrivaines et de chercheuses invitées.

Le projet propose des abonnements mensuels, semestriels ou annuels, aussi bien pour le public adulte que pour celui des jeunes et enfants, avec une livraison possible dans tout le Brésil. La collaboration avec des maisons d´édition spécialisées qui n´ont pas l´habitude d´avoir une place dans les grandes librairies, comme Cora, Crivo, Malê, Nandyala et Perspectiva, est l´une des propositions du projet.

Selon la critique littéraire Fernanda Miranda (Université de São Paulo) de 1859 à 2006, seuls 11 romans ont été publiés par des femmes noires brésiliennes. À la suite de la publication de Um defeito de cor en 2006 [Un défaut de couleur, non traduit] de Ana Maria Gonçalves, et jusqu’en 2019, on a constaté 17 publications.
Monica Costa et Mirtes, dans Grana Pretta soulignent que les auteurs et autrices noir·es sont nombreu·ses et très talentueu·ses, toutefois, la Chambre brésilienne du livre souligne qu’il existe actuellement environ 25 clubs d’abonnement de livres au Brésil, avec un total de 2 millions d’abonnés, mais qu’aucun d’entre eux ne se concentre sur la littérature produite par des écrivains noirs et noirs qui traitent de questions liées aux problèmes raciaux, au racisme ou aux pratiques antiracistes.

Alors que les ventes en librairie ont chuté, les clubs par abonnement ont progressé de manière significative ces dernières années, selon l´Association Brésilienne de Commerce Électronique (ABCcomm), émergeant comme une nouvelle tendance du marché éditorial. La Chambre Brésilienne du Livre (CBL), estime qu´il existe 25 clubs de lecture par abonnement au Brésil, totalisant deux millions d´abonnés. Parmi eux, la Pretaria est, à ce jour, le premier et unique club à avoir comme objet principal la question ethnico-raciale.

Le groupe éditorial Pretaria a été inauguré le 25 juillet 2015, Journée Internationale de la Femme Noire Latino-Américaine et Caribéenne. L´an passé, une campagne de financement collectif a permis de donner un élan au début du projet du club de lecture, qui maintenant propose un nouvel abonnement pour le public plus jeune.
Avec Mirtes, Neide Sellin, poète et autrice est co-fondatrice et directrice de la technologie de l´information et le groupe compte aussi avec la participation de la comédienne et écrivaine Suely Bispo.

Pour Alma Preta, Mirtes précise qu’avec la pandémie de Covid-19, Pretaria a connu une baisse significative de 70% du nombre de nouveaux abonné·es. Les livraisons aux abonné·es sont maintenues car la poste continue de fonctionner, mais le club se prépare aux changements qui pourraient survenir à mesure que la crise s’aggrave.

Pour plus d´informations, le courriel de contact est pretaria.ed@gmail.com, en plus de la page officielle et des réseaux sociaux tels que Facebook et Instagram.

Voir en ligne : Literatura antirracista para crianças e jovens

[1Communautés marronnes fondées par des esclaves noirs ayant repris leur liberté, qui apparaissent au Brésil, dès le XVIe siècle. Ces communautés sont présentes dans différentes parties du pays, à travers leurs descendants, qui lutte jusqu’à aujourd’hui pour la reconnaissance de leurs territoires traditionnels et propres modes de vie.

Ce mot est aussi à l’origine du néologisme « aquilomber » désignant une nouvelle façon de faire de la politique à travers des mandats collectifs portés par des projets antiracistes

[2Capixaba est la personne née dans l´Etat de Espírito Santo et signifie, dans la langue vernaculaire des Tupi, plantation de maïs et de manioc.

Suivez-nous

Newsletter

Abonnez-vous à la Newletter d’Autres Brésil !

Inscrivez vous

Entrez votre adresse mail ci-dessous pour vous abonner à notre lettre d’information.
Vous-pouvez vous désinscrire à tout moment envoyant un email à l’adresse suivante : sympa@listes.autresbresils.net, en précisant en sujet : unsubscribe infolettre.

La dernière newsletter

>>> Festival Brésil en Mouvements 2020 : bilan d’une édition exceptionnelle

Réseaux sociaux

Flux RSS

Abonnez-vous au flux RSS