Les pharmacies ont vendu plus de 52 millions de pilules du « kit covid » pendant la pandémie

Plus de 1,3 million de boîtes d’hydroxychloroquine, promue par Bolsonaro, ont été vendues dans le pays. Le pic des ventes d’hydroxychloroquine et d’azithromycine a eu lieu en mars de cette année, le pire mois de décès par Covid-19 depuis le début de la pandémie.

Après le discours de Bolsonaro, le gouvernement a simplifié la réutilisation des ordonnances pour l’achat de médicaments du « kit ». Quelles entreprises profitent de la vente du « kit-covid » ?

Traduction de Rosemay JOUBREL pour Autres Brésils
Relecture de Julia Canterini

Les pharmacies brésiliennes ont vendu plus de 52 millions de comprimés de quatre médicaments dans le dit « kit covid » au cours d’une année pandémique : sulfate d’hydroxychloroquine, azithromycine, ivermectine et nitazoxanide. Selon une enquête exclusive de l’Agência Pública, plus de 6,6 millions de flacons et boîtes de ces quatre médicaments ont été vendus de mars 2020 à mars 2021.

Les chiffres ne représentent que les ventes de ces médicaments dans les pharmacies privées, c’est-à-dire qu’ils n’incluent pas ce qui a été appliqué dans les hôpitaux ou dispensé dans les postes du système de santé unifié (SUS).

Selon l’enquête de Pública, parmi les quatre médicaments, celui qui contenait le plus de comprimés vendus était l’hydroxychloroquine - que le président Bolsonaro a annoncé prendre lorsqu’il a reçu un diagnostic de Covid-19. Il y a eu plus de 32 millions de pilules vendues depuis mars 2020, soit un total de 1,3 million de boîtes.

Depuis fin mars 2020, l’hydroxychloroquine est entrée dans la liste des médicaments soumis à un contrôle spécial, avec la chloroquine, par décision de l’Agence nationale de surveillance sanitaire (Anvisa). C’est ce changement de classification qui a permis de prendre en compte la vente d’hydroxychloroquine dans cette substance de base.

Anvisa elle-même a reconnu que l’inclusion des médicaments dans la catégorie visait à « empêcher l’achat aveugle de médicaments » en raison de la pandémie, bien qu’elle ait déjà averti à l’époque qu’« il n’y a pas d’études concluantes sur l’utilisation de ces médicaments pour le traitement de Covid- 19 ”. La notice de l’hydroxychloroquine précise qu’elle est utilisée pour traiter le paludisme ou certaines maladies auto-immunes, telles que le lupus et la polyarthrite rhumatoïde.

Deuxième en termes de ventes, l’azithromycine, un antibiotique, dont ont été vendu plus de 13 millions de pilules dans les pharmacies brésiliennes au cours de la même période - plus de 3 millions de boîtes. Contrairement à l’hydroxychloroquine, l’azithromycine faisait déjà partie du groupe de médicaments sous contrôle spécial au moins depuis 2010, date à laquelle Anvisa a défini la règle du contrôle des antibiotiques. La vente d’azithromycine dans les pharmacies brésiliennes est passée d’une moyenne de 711 mille comprimés par mois en 2019 à 1 million par mois pendant la pandémie. L’utilisation prévue de l’azithromycine dans la notice d’emballage est pour le traitement de maladies telles que la bronchite, la pneumonie, la sinusite et la pharyngite.

L’hydroxychloroquine et l’azithromycine ont atteint un sommet en mars 2021, le mois avec le plus grand nombre de décès dus à la Covid-19 depuis le début de la pandémie. Le mois de mars a également été le mois avec le plus grand nombre de décès enregistrés dans l’histoire du pays, selon les bureaux de l’état civil.

L’ivermectine et le nitazoxanide, deux vermifuges, ne faisaient pas partie de la catégorie des médicaments spéciaux de contrôle pendant toute la pandémie - c’est-à-dire que les données n’ont enregistré qu’une partie de la vente de ces médicaments dans les pharmacies brésiliennes. Le nitazoxanide a rejoint le groupe témoin spécial en avril et l’ivermectine en juillet. Puis, en août, le président Bolsonaro a déclaré sur ses réseaux sociaux qu’Anvisa faciliterait l’accès à l’hydroxychloroquine et à l’ivermectine et que la population pourrait acheter les médicaments « sur simple ordonnance ». En septembre, l’ivermectine et le nitazoxanide ont été exclus de la classification d’Anvisa du contrôle spécial, permettant la réutilisation de l’ordonnance et l’achat de plus de médicaments sans avoir besoin d’une nouvelle ordonnance.

Au cours de cette période où les deux médicaments étaient sous contrôle spécial, le pic des ventes d’ivermectine s’est produit en août 2020. Celui du nitazoxanide s’est produit en juillet.

Sollicité par Pública, Anvisa a répondu qu’"il n’est pas possible d’émettre des considérations sur des données ou des informations spécifiques" en relation avec les données de vente des médicaments constatées dans le reportage.

Avec la pandémie, Anvisa a inclus les médicaments du kit covid dans la liste des médicaments spéciaux de contrôle, mais après le discours de Bolsonaro, l’agence a simplifié l’utilisation des prescriptions d’ivermectine et de nitazoxanide

Goiás est l’endroit où le plus de « kits covid » ont été vendus proportionnellement

C’est dans l’État de Goiás que le plus de boîtes des quatre médicaments Covid ont été vendues par rapport à la taille de la population. C’est aussi là que proportionnellement la plupart des boites d’azithromycine ont été vendues. Le district fédéral, en revanche, est celui où les ventes d’hydroxychloroquine et d’ivermectine sont les plus importantes par rapport à la population, et Amapá, où les ventes de nitazoxanide sont proportionnellement plus élevées.

À son tour, São Paulo occupe la première place parmi les États où les quatre médicaments en « kit covid » ont été vendus en chiffres absolus - environ 1,5 million de boîtes, plus d’un cinquième du total vendu dans les pharmacies brésiliennes pendant la pandémie.

« Il ne fait aucun doute que l’utilisation hors posologie (en dehors du but de la notice) est responsable des ventes importantes de ces médicaments et d’autres dans le ’kit covid’, qui sont souvent placés à des endroits stratégiques sur les comptoirs des pharmacies pour attirer l’attention des clients », déclare Adriano Andricopulo, chercheur à l’Institut de physique de São Carlos à l’USP et spécialiste en chimie médicinale. « L’augmentation des ventes est liée aux attentes des gens, malheureusement encore grandes, d’obtenir les bénéfices thérapeutiques possibles et de se protéger contre la maladie. Mais ces médicaments ne fonctionnent tout simplement pas : le « kit » est inutile », dit-il.

Vous appréciez notre site ? Aidez-nous à en maintenir la gratuité !
Vous appréciez nos actions ? Aidez-nous à les concrétiser !

Soutenez Autres Brésils Faire un don

L’utilisation des médicaments du « kit covid » a été publiquement défendue et encouragée par le président Jair Bolsonaro pour le « traitement précoce » de la Covid-19, bien qu’il ait été découragé ou réfuté par les agences nationales et internationales de santé et de recherche. Selon le protocole de l’Organisation mondiale de la santé (OMS) de mars 2021, l’hydroxychloroquine n’est pas recommandée pour les patients atteints de Covid-19 quelle que soit la gravité de la maladie ; et l’ivermectine n’est pas recommandée, sauf en recherche clinique.

Au Brésil, les directeurs de l’Agence nationale de surveillance de la santé (Anvisa) ont déclaré qu’il n’y avait pas de médicaments pour prévenir ou traiter la maladie à un stade précoce ; la Société brésilienne des maladies infectieuses (SBI) ne recommande pas de traitement et l’Association médicale brésilienne (AMB) a publié que les quatre médicaments du kit n’ont pas d’efficacité scientifique prouvée et devraient être interdits pour le traitement de la Covid-19. Le Conseil fédéral de médecine, cependant, déclare qu’il ne soutient ni ne condamne un traitement précoce et soutient que les médecins peuvent définir le meilleur traitement pour les patients.

Les enregistrements des effets indésirables des médicaments du kit covid ont augmenté au cours de la pandémie

Avec des millions de pilules vendues, le nombre d’effets indésirables provoqués par l’administration de médicaments dans le kit a augmenté au Brésil. Depuis avril de l’année dernière, Anvisa a reçu 456 notifications d’effets indésirables sur l’utilisation des quatre médicaments du « kit covid ». Le montant est dix fois supérieur à celui de la même période précédente, d’avril 2019 à avril 2020.

Parmi les notifications pendant la pandémie, 173 étaient graves. Les effets les plus fréquemment rapportés sont des symptômes cardiovasculaires - tels que des troubles du rythme cardiaque -, des lésions hépatiques, de la diarrhée et des nausées.

Selon la chercheuse en pharmacologie de l’Université fédérale de Rio Grande do Sul, Ana Paula Herrmann, chaque médicament a des effets indésirables, bien que les avantages pour son indication l’emportent souvent sur les risques. Selon elle, cela ne se produit pas avec le kit covid. « Le problème est qu’en l’absence d’avantages, il ne reste que les risques. Et rien ne justifie son utilisation, car les risques peuvent souvent être imprévisibles ». Herrmann commente que des effets indésirables tels que l’arythmie et les lésions rénales provoquées par l’association d’hydroxychloroquine et d’azithromycine sont attendus, mais d’autres sont inconnus car jusque-là, ces médicaments étaient limités à un certain groupe de patients et n’étaient pas utilisés par une grande partie de la population.

Quelles sont les entreprises qui vendent le « kit covid » au Brésil ?

Au Brésil, 23 sociétés détiennent les droits de commercialisation des quatre médicaments du « kit covid » vendus en pharmacie : sulfate d’hydroxychloroquine, azithromycine, ivermectine et nitazoxanide.

Parmi eux, EMS, du NC Group, est le seul à produire les quatre médicaments que le rapport a trouvés. Le président du groupe, Carlos Sanchez, est désigné comme l’un des 30 milliardaires du pays dans l’enquête du magazine Forbes et, selon un rapport, était présent au dîner au cours duquel Bolsonaro a rencontré des hommes d’affaires le 7 avril à São Paulo. EMS a obtenu l’approbation d’Anvisa pour mener une étude clinique avec l’hydroxychloroquine chez des patients atteints de Covid-19. Outre EMS, le groupe NC possède également Germed, qui produit du sulfate d’hydroxychloroquine, de l’azithromycine et du nitazoxanide.

Sollicité par le rapport, EMS a déclaré qu ’« il conseille que les médicaments ivermectine, hydroxychloroquine, azithromycine et nitazoxanide soient utilisés comme indiqué dans les instructions respectives, sous prescription médicale » et que « ces professionnels sont les seuls qualifiés pour prescrire le bon usage de ces médicaments, suivant les protocoles de la médecine ». Germed a répondu qu’"il recommande que l’azithromycine, l’ivermectine et le nitazoxanide soient utilisés comme indiqués dans les notices d’emballage respectives et toujours sous prescription médicale".

Selon un rapport de Globo, Renato Spallicci, président d’Apsen, qui produit du Reuquinol (une forme commerciale d’hydroxychloroquine), a été reçu au ministère de la Santé avant que le gouvernement ne publie le protocole qui a guidé l’utilisation du médicament dans les cas bénins de Covid -19.

Sollicité par le rapport, Apsen a déclaré qu’« il produit du sulfate d’hydroxychloroquine au Brésil depuis 18 ans, se concentrant sur le traitement des patients chroniques atteints de lupus et de polyarthrite rhumatoïde et recommande son utilisation uniquement dans les indications fournies dans la notice, qui sont approuvées par Anvisa ». La société a souligné qu ’« il n’y a aucune approbation d’aucune agence de réglementation de la santé, ni de l’OMS, pour son utilisation dans le traitement de la Covid-19.

Sanofi Medley est la seule société étrangère autorisée à vendre de l’hydroxychloroquine dans le pays. Le laboratoire pharmaceutique français a pour actionnaire l’ancien président des États-Unis, Donald Trump, qui a défendu le médicament dans la lutte contre le coronavirus. Dans une note pour le rapport, la société a déclaré qu’« aujourd’hui, les médicaments à base d’hydroxychloroquine de Sanofi (Plaquinol) sont officiellement enregistrés dans plus de 60 pays pour une utilisation dans certaines maladies dermatologiques et rhumatologiques, ainsi que pour le paludisme et le lupus, dans certains pays comme le Brésil. Actuellement, les indications approuvées pour Plaquinol n’incluent ni le traitement ni la prévention de la Covid-19 dans le monde. »

Entreprises qui conservent un droit de commercialisation des médicaments du « kit covid » déterminé par le rapport

Laboratoires Abbott du Brésil
Laboratoires pharmaceutiques Aché
Industrie pharmaceutique Althaia
Antibiotiques du Brésil
Apsen Pharmaceuticals
Produits hospitaliers Beker
Industrie chimique et pharmaceutique Brainfarma
Cosmed Industria de Cosmeticos e Medicamentos
Ems / Ems Sigma Pharma
Laboratoires Eurofarma
Pharmacie chimique
Galderma Brésil
Produits pharmaceutiques germed
Laboratorio Teuto Brasileiro
Industrie pharmaceutique Legrand Pharma
Momenta pharmaceutique
Nouvelle chimie pharmaceutique
Prati Donaduzzi et Cia
Industrie pharmaceutique Sandoz do Brasil
Produits pharmaceutiques Sanofi Medley
Supera les laboratoires pharmaceutiques
Industrie pharmaceutique UCI Farma
Industrie pharmaceutique Vitamedic

Méthodologie :

Des données publiques sur la vente de médicaments industrialisés et antimicrobiens contrôlés ont été exportées de janvier 2018 à mars 2021. La période considérée pour les analyses liées à la pandémie était de mars 2020 à mars 2021.

Voir en ligne : Agência publica : "Farmácias venderam mais de 52 milhões de comprimidos do “kit covid” na pandemia"

Photo de couverture © Michal Jarmoluk de Pixabay

Agenda

Tous les événements

Suivez-nous

Newsletter

Abonnez-vous à la Newletter d’Autres Brésil !

Inscrivez vous

Entrez votre adresse mail ci-dessous pour vous abonner à notre lettre d’information.
Vous-pouvez vous désinscrire à tout moment envoyant un email à l’adresse suivante : sympa@listes.autresbresils.net, en précisant en sujet : unsubscribe infolettre.

La dernière newsletter

>>> L’information sur le Brésil est toujours notre priorité – Soutenez Autres Brésils

Réseaux sociaux

Flux RSS

Abonnez-vous au flux RSS