La présidente du Brésil visée par une procédure de destitution

, par Le Monde

La présidente brésilienne, Dilma Rousseff, lors de son allocution télévisée après l’annonce du lancement de procédure de destitution à son encontre. Eraldo Peres / AP

La menace d’une procédure de destitution (« impeachment ») planait sur la présidente brésilienne, Dilma Rousseff, depuis des semaines. Son ennemi juré et ancien allié, Eduardo Cunha, président de la Chambre des députés, en a donné le signal de départ, mercredi 2 décembre. Au terme d’une journée pleine de rebondissements, M. Cunha a accepté de lancer l’examen de la demande de destitution de la présidente réclamée par les juristes Miguel Reale et Helio Bicudo, l’un des fondateurs du Parti des travailleurs (PT, gauche), auquel appartient aussi la chef de l’État.

Les juristes reprochent à Dilma Rousseff d’avoir maquillé les comptes publics en 2013, un an avant sa réélection, en ayant recours à une mécanique dite de « dribble fiscal » : faire financer des dépenses budgétaires par des emprunts auprès d’établissements bancaires publics permettant d’en retarder le débit. Dans les rues de São Paulo, l’annonce de l’ouverture de la procédure de destitution a été saluée par les manifestations de joie de ceux qui réclament depuis des mois le départ de la présidente, la plus impopulaire du Brésil depuis le retour de la démocratie, en 1985.

Lire la suite sur : Le Monde

Annonces

Suivez Autres Brésils

Newsletter

Inscrivez vous
Entrez votre adresse mail pour vous abonner à notre lettre d’infos.

Vous-pouvez vous désinscrire à tout moment envoyant un email à l’adresse suivante : sympa@listes.autresbresils.net, en précisant en sujet : unsubscribe infolettre

La dernière newsletter :

>>> Appel à financement du festival « Brésil en Mouvements » 2018

Réseaux sociaux

Flux RSS

Abonnez-vous au flux RSS