La jeunesse reprend la rue contre les tarifs de transport

, par Daniela Cobet

Tout le pays a les yeux tournés vers les premières manifestations contre une nouvelle augmentation des tarifs de transport qui ont eu lieu ce vendredi 8 janvier. Car personne n’a oublié que c’est comme ça que s’est déclenchée la vague de lutte et de manifestations massives de juin 2013 pour des services publics de qualité et accessibles et contre les conséquences et les dépenses faramineuses liées à la Coupe du Monde. Le gouvernement réprime fortement et semble vouloir tuer dans l’œuf un début de mobilisation qui pourrait bien prendre de l’ampleur en s’appuyant sur la récente lutte victorieuse des lycéens de São Paulo, et en s’engouffrant dans la brèche ouverte par une crise politique sans précédent.

En plein milieu des vacances d’été, des manifestations ont eu lieu dans quelques-unes des principales villes du pays, comme São Paulo, Belo Horizonte et Rio de Janeiro, contre l’augmentation des tarifs de transport qui passeraient en 2016 de 3,40 reais à 3,80. L’équivalent d’un peu moins de 1 euro, ce qui représente un coût énorme pour les couches populaires dans un pays où le SMIC tourne autour de 800 reais.

São Paulo : Répression et manipulation médiatique

À São Paulo, cette première manifestation, à l’appel de collectifs pour les transports gratuits, d’organisations étudiantes, du syndicat des travailleurs du métro et de partis de la gauche radicale, a réuni environ 7 000 personnes, soit plus que la première manifestation de juin 2013, avant la massification du mouvement. Une forte répression a été déclenchée, avec des tirs de balles de caoutchouc et du gaz lacrymogène, ainsi qu’une opération médiatique désignant les « casseurs » ou « black-blocks » comme coupables de l’affrontement avec la police. Si le gouvernement réprime de cette façon disproportionnée, c’est bien car il craint que le mouvement, à l’image de ce qui s’est passé en 2013, puisse s’amplifier très vite et voudrait tuer dans l’œuf cette perspective.

Lire la suite sur : Révolution Permanente

Annonces

Suivez Autres Brésils

Newsletter

Inscrivez vous
Entrez votre adresse mail pour vous abonner à notre lettre d’infos.

Vous-pouvez vous désinscrire à tout moment envoyant un email à l’adresse suivante : sympa@listes.autresbresils.net, en précisant en sujet : unsubscribe infolettre

La dernière newsletter :

>>> Appel à financement du festival « Brésil en Mouvements » 2018

Réseaux sociaux

Flux RSS

Abonnez-vous au flux RSS