L’hégémonie et le sale jeu de Petrobrás en Amérique latine

 | Par Igor Ojeda, RISAL

Dégâts sur l’environnement, non respect des communautés indigènes et paysannes, violation des droits des travailleurs. On pourrait établir une liste de ce genre pour n’importe quelle multinationale active dans un pays en développement. Mais aujourd’hui, c’est sur le compte de Petrobrás qu’une telle liste d’abus doit être établie.

La Fédération des organisations pour l’assistance sociale et éducationnelle (FASE), à travers son projet « Un Brésil durable et démocratique », a publié récemment un livre choc : « Petrobrás : integración o explotación ? (Petrobrás : intégration ou exploitation ?) ». A travers ses 130 pages sont décrits les dépravations dues aux activités de la compagnie nationale brésilienne de pétrole dans cinq pays d’Amérique du Sud, à savoir l’Argentine, la Bolivie, la Colombie, l’Equateur et le Pérou.

L’idée de ce livre est née suite aux plaintes reçues par le « Réseau brésilien de justice environnementale » [1], réseau auquel appartient la FASE. Des mouvements sociaux équatoriens avaient révélé que Petrobrás était en train de causer par ses activités d’exploitation du pétrole des dommages sur l’environnement et à l’encontre des populations locales. D’autres organisations avaient quant à elles fait part de leur inquiétude concernant le projet envisagé par l’entreprise à l’intérieur même du Parc national Yasuni, où se trouve une réserve du peuple indigène Huaorani [Amazonie équatorienne] [2]. A partir de tout cela, le Réseau a voulu savoir des autres organisations sud-américaines avec lesquelles il était en contact de quelle manière celles-ci voyaient les agissements de Petrobrás dans leurs pays respectifs.

[...]

Voir en ligne : L’hégémonie et le sale jeu de Petrobrás en Amérique latine

Agenda

Tous les événements

Suivez-nous

Newsletter

Abonnez-vous à la Newletter d’Autres Brésil !

Inscrivez vous

Entrez votre adresse mail ci-dessous pour vous abonner à notre lettre d’information.
Vous-pouvez vous désinscrire à tout moment envoyant un email à l’adresse suivante : sympa@listes.autresbresils.net, en précisant en sujet : unsubscribe infolettre.

La dernière newsletter

>>> [Dossier Presse] : 7 jours avant le festival de documentaire Brésil en Mouvements - 2 au 4 octobre à Paris

Réseaux sociaux

Flux RSS

Abonnez-vous au flux RSS