Impeachment contre Dilma. Les manœuvres d’une caste politicienne corrompue au Brésil

, par Philippe Alcoy

Maintenant c’est fait, le président de la Chambre des députés, Eduardo Cunha, a accepté de lancer l’examen de la demande du processus de destitution contre la présidente brésilienne Dilma Rousseff. Alors que depuis des mois la menace planait sur sa tête et que, depuis les secteurs patronaux, on essayait d’éviter ce scénario pour ne pas ajouter à la crise économique une crise politique, les manœuvres d’une caste politicienne corrompue ont abouti à cette nouvelle phase de la crise au Brésil.

Eduardo Cunha, ancien allié du Parti des Travailleurs (PT) de Dilma et Lula et membre du PMDB (Parti du Mouvement Démocratique Brésilien), qui est toujours dans la majorité gouvernementale, a décidé d’accepter la demande d’impeachment déposée par l’opposition le même jour où celui-ci s’est fait lâché par les députés du PT dans le Conseil d’Ethique du parlement. En effet, Cunha est impliqué dans des affaires de corruption, notamment de blanchiment d’argent à travers des comptes secrets en Suisse dont lui et des membres de sa famille sont propriétaires.

Pendant des mois les dirigeants du PT avaient décidé de le soutenir pour qu’il ne déclenche pas l’examen de la demande d’impeachment. A la mi-octobre, Dilma avait même procédé à un remaniement de son gouvernement en donnant davantage de poids à son partenaire centriste de coalition, le PMDB, pour entre autres essayer de s’assurer le soutien de ses députés en prévision d’un éventuel processus de destitution contre Dilma.

Lire la suite sur : Révolution Permanente

Annonces

Suivez Autres Brésils

Newsletter

Inscrivez vous
Entrez votre adresse pour vous abonner à notre lettre d’infos

La dernière newsletter :

>>> Info-lettre n°2-2018

Réseaux sociaux

Flux RSS

Abonnez-vous au flux RSS