Au Brésil, les supporters de foot face au supporters de Bolsonaro

 | Par Alma Preta, Elias Santana Malê

« Que les autorités jouent leur rôle, ou pas, les fans passeront » dit Luiz Cláudio do Espírito Santo, le presidente de l’Association Nationale des Supporters Organisés ("Anatorg") à propos actions devant les barrages routiers et souligne le rôle social des supporters organisés.

Traduction : Luc Duffles ALDON pour Autres Brésils

Pour le contexte : Lire ailleurs, « On va rester, se relayer tous les jours » : au Brésil, les pro-Bolsonaro se mobilisent contre le résultat de la présidentielle et misent sur l’armée par Bruno Meyerfeld (Rio de Janeiro, correspondant), Anne Vigna (Rio de Janeiro, correspondance) et Angeline Montoya (Sao Paulo, envoyée spéciale)

Depuis mardi 1er novembre 2022, des membres de supporters organisés brisent les barricades et les blocages mis en place par les partisans du président Jair Bolsonaro (Parti Libéral) sur les autoroutes de tout le Brésil. Pour tenter de renverser le résultat du second tour de l’élection présidentielle, qui a donné la victoire à Luiz Inácio Lula da Silva (PT), les partisans de Bolsonaro bloquent les routes, exigeant notamment une intervention militaire.

En raison de la 35e journée du championnat brésilien, des milliers de supporters ont quitté leur ville pour soutenir leur club lors des matchs à l’extérieur, le plus souvent en bus. Lorsqu’ils ont été empêchés de suivre leur itinéraire, les supporters se sont réunis pour démanteler les barrages routiers et assurer le passage, non seulement de leurs bus, mais de tous les véhicules qui ne pouvaient pas poursuivre leur route. Selon le jounral en ligne ’G1’, les barricades ont également été responsables de l’interruption de la fabrication de vaccins à l’Institut Butantan et de l’annulation de dizaines de vols.

Le premier cas à se faire connaître est celui de Minas Gerais, où des membres de Galoucura [1] ont diffusé des vidéos de l’opération « Fura-Bloqueio », au cours de laquelle ils ont démantelé des barricades mardi matin. Une grande partie des supporters de l’Atletico Mineiro était en route pour la ville de Sao Paulo [2], comme on appelle le club, allait affronter Sao Paulo.

Dans une interview exclusive accordée à Alma Preta Jornalismo, le président de l’Association nationale des supporters organisés (Anatorg), Luiz Cláudio do Espírito Santo, a souligné la lutte des supporters pour la garantie du droit d’aller et venir.

"Le football brésilien ne s’est pas arrêté. Les supporters organisés, passionnés par leurs clubs, veulent continuer à suivre les matchs dans tout le Brésil. La minorité veut imposer le chaos et arrêter le pays. Ils ne peuvent pas priver les gens de leur droit d’aller et venir. Si les autorités ne jouent pas leur rôle, les fans passeront d’une manière ou d’une autre".

Claudinho, comme on l’appelle, a également critiqué le traitement réservé par les autorités responsables aux manifestants pro-Bolsonaro.

"Si c’était les fans organisés qui faisaient cette protestation, ils auraient déjà pris des balles en caoutchouc, des bombes lacrymogènes et toute la force ’nécessaire’", dit-il.

Le leader d’Anatorg affirme que les supporters organisés sont de plus en plus politisés, comprenant leur rôle au sein de leur club et de la société.

"Les supporters ont compris que la politisation des entités est fondamentale pour avancer dans le dialogue avec plusieurs fronts et autorités. Dans les clubs, les supporters se mobilisent déjà pour devenir sociaux et participer plus activement à la vie politique", rapporte-t-il.

Lire aussi, Brésil : Les supporters de foot unis contre Bolsonaro de Fanny Lothaire

Luiz Cláudio, qui est l’ancien président de Força Jovem do Vasco, le principal club de supporter du club Carioca, Vasco de Gama, a également souligné le rôle social que chaque fan club joue dans sa communauté.

"Les fan-clubs sont un bras de la société, avec des projets sociaux, des actions directes dans la périphérie, cherchant toujours à se rapprocher de la société. En plus de montrer qu’en réalité, les supporters organisés au Brésil, en plus de faire partie de la société, seront toujours disponibles pour aider le peuple brésilien".

Voir en ligne : « Se as autoridades não cumprem seu papel, as torcidas irão passar de qualquer forma », diz presidente da Anatorg

[1Le plus grand groupe de supporters organisés du club Atlético-Mineiro

[2depuis l’état voisin du Minas Gerais], où le Galo[[le surnom de l’équipe, dut fait de la mascote

Suivez-nous

Newsletter

Abonnez-vous à la Newletter d’Autres Brésils !

Inscrivez vous

Entrez votre adresse mail ci-dessous pour vous abonner à notre lettre d’information.
Vous-pouvez vous désinscrire à tout moment envoyant un email à l’adresse suivante : sympa@listes.autresbresils.net, en précisant en sujet : unsubscribe infolettre.

La dernière newsletter

>>> Accord UE-Mercosur, Agro-industrie, Droits humains : Le Brésil après l’élection de Lula

Réseaux sociaux

Flux RSS

Abonnez-vous au flux RSS