Une relecture de l’histoire brésilienne : le samba enredo de l’école de Mangueira

, par Autres Brésils

Les artistes Aurélie Tyzblat et Verioca ont produit une version française du samba enredo de l’école de samba de Mangueira, grande gagnante du Carnaval de 2019, un des carnavals les plus politisés de ces dernières années.


Aurélie & Verioca. Crédit : Merylin Esposi

C’est, d’après Aurélie Tyszblat, « parce que ce samba a dans son ADN tout ce dont nous avons besoin dans ce monde malade : mémoire, espoir foi, allégresse » que la traduction de cette chanson s’est imposée à elle.

Intitulée « Berceuse pour grands enfants » (Historia para ninar gente grande), la chanson écrite par Manuela Oiticia et Deivid Domênico évoque la série de luttes noires, qui ont forgées le pays et participé de la constitution de son identité, résistante et métissée. Il est d’ailleurs rendu hommage à Marielle Franco, conseillère municipale, noire, lesbienne et issue d’une favela, qui a été assassinée à la même période l’année dernière.

Par la relecture de l’histoire du Brésil que cette chanson propose, à travers ses héros oubliés, absents des livres et des grands récits, elle a propension à devenir un symbole de lutte pour le Brésil et ailleurs.

Brésil
Je viens à toi le cœur serré
Chanter l’indicible récit
Le livre sanglant de tes nuits
De lutte et résistance infinie

Brésil,
Mangueira me suit pas à pas
trainant sur ses ailes le sillon
sanguinaire et cruel d’une terre éreintée par des siècles d’oppression
Calvaires bien trop vite oubliés des héros du passé, injustifiables
Laissez-moi rêver du pays tolérant et serein de mes cartes postales

Brésil
Ton regard est de braise
Et dans tes veines coule un sang sacré
Et rien, ni personne, ni même reine ou couronne
Ne pourra dire qu’il a vu s’envoler ta liberté
Vive les enfants des favelas, les résistants des années de plomb

Brésil je crie ton nom
Et celui des Marias, Mahins, Marielles, malês
Mangueira, fait résonner tous les tambours
De l’espérance
Et fait renaitre l’innocence
Des brésils composés de nos cœurs, nos sueurs et nos larmes
Le vert et rose sont nos armes

Pour écouter la première version de l’interprétation française, cliquez ici
Pour la version originale, cliquez ici

Agenda Tous les événements

Aucun événement

Annonces