Mauvais traitements et déshumanisation infligés à la population carcérale de São Paulo Lettre de Washington Moraes dos Santos à sa famille

 | Par Autres Brésils

Ce dernier cas de maltraitance dans le système pénitentiaire de Sao Paulo a été révélé par Denise Bonfim dans un article publié dans Ponte.

Un homme de 47 ans a déclaré avoir mangé des peaux de banane souillées d’excréments pour survivre à l’intérieur du Centre de détention provisoire II (CDP II) de Pinheiros, à São Paulo. Washington Moraes dos Santos, condamné à 12 ans de prison et en cavale depuis huit ans, est retourné dans le système carcéral en 2021 pour finir de purger sa peine. Bien accueilli par les policiers au commissariat lorsqu’il a décidé de se rendre, il ne pouvait pas imaginer qu’il vivrait des situations aussi dégradantes en arrivant au CDP.

L’année dernière, les dirigeants communautaires avec lesquels il travaillait à Rio de Janeiro ont conseillé à Washington de se rendre. Condamné pour avoir tué un homme lors d’une bagarre liée à la drogue, suite à une permission de Noël, il n’était pas retourné en prison. Les policiers, surpris par son attitude, l’ont traité dignement. Aucun mandat d’arrêt n’ayant été émis pour son arrestation, on lui a juste dit de revenir le lendemain, ce qu’il a fait.

Le drame vécu par Washington a commencé dès son arrivée au CDP II de Pinheiros. Selon sa famille, les repas y sont rares. Affamé, il a été forcé de manger des peaux de banane, retirées des ordures et souillées d’excréments.

La faim n’est qu’un épisode de plus du martyre de Washington depuis son arrestation. Au sein du système carcéral, tous les accords entre les détenus se font par le biais d’échanges. Le kit envoyé par la famille, appelé « jumbo », avec du matériel d’hygiène et des couvertures, fait vivre partie de ces échanges. Pour lui, cela n’a pas été possible : depuis juin, la famille a déjà fait quatre tentatives d’envoi, qui ont tous été retournés.

Il est également difficile de faire faire une carte qui donne accès aux visites. Privé de visites de sa famille et d’un avocat, Washington est de plus en plus mal vu en milieu carcéral.

Cet épisode barbare subi par Washington et des centaines d’autres prisonniers a été rapporté dans une lettre envoyée à sa famille le 6 décembre, et traduit, ci-dessous, en français par Autres Brésils.

Lettre de Washington Moraes dos Santos envoyée à sa famille

Le 6 décembre 2021

Pour l’instant, 6 mois en prison, souffrance, abandon, faim, dépression, anxiété.

Le temps passe vite, non ? Ici, il ne passe pas ! Mais pour vous, le temps passe vite ! En un clin d’œil.

Ce qui m’impressionne le plus, c’est que la carte de visiteur de ma propre mère ne soit pas prête. Merci beaucoup à cette jolie famille pour m’avoir offert 99% de souffrance en plus. Toutes mes félicitations !

Le nom de la mère n’a pas besoin d’être inscrit sur la CARTE DE VISITEUR, car il est inscrit d’office et il faut 15 jours pour que la carte soit établie. Je ne veux pas que ma mère vienne, je veux juste que vous fassiez sa carte, il est plus facile de faire approuver la carte de la mère, vous me comprenez ? Vous pouvez au moins faire ça pour moi ?

Écoutez, je suis affamé, je mange des peaux de banane souillées d’excréments. Il est interdit de manger des peaux de banane, mais moi et d’autres détenus, nous nous battons pour avoir les peaux de banane de la poubelle des toilettes, pleines de papier collé avec des excréments. Je ne suis plus dégoûté de les manger car je m’y suis habitué. On m’a surpris en train d’en manger et on m’a expulsé de la cellule et du rayon. J’ai été dans les rayons 1, 2, 3, 4. On me voit comme un mendiant, sans famille. Je n’ai pas payé le kit d’hygiène depuis trois mois et il est interdit d’avoir la barbe et les cheveux longs, mais nous n’avons aucun recours pour respecter la règle. Une coupe de cheveux vaut un paquet de cigarettes. Vous n’avez aucune idée de ce qu’est la survie ici. Je dois payer pour ce que j’ai fait. Oui, je le fais, mais avec dignité. Et avec le soutien de ceux qui m’aiment ! J’aimerais que chaque membre de ma famille ait accès à cette lettre parce que JE N’OUBLIERAI JAMAIS QUE JE MANGE DES PEAUX DE BANANE PROVENANT DES POUBELLES DES TOILETTES.

Je ne suis pas ingrat, je reconnais avoir reçu les lettres et les timbres envoyés à l’intérieur de l’enveloppe que vous m’avez adressée. Merci !

Je n’ai pas répondu à la dernière lettre qui date du 1er septembre 2021 car je n’avais plus rien. J’ai dû échanger les timbres contre du savon et du dentifrice.

Joyeux Noël, Famille !

Suivez-nous

Newsletter

Abonnez-vous à la Newletter d’Autres Brésils !

Inscrivez vous

Entrez votre adresse mail ci-dessous pour vous abonner à notre lettre d’information.
Vous-pouvez vous désinscrire à tout moment envoyant un email à l’adresse suivante : sympa@listes.autresbresils.net, en précisant en sujet : unsubscribe infolettre.

La dernière newsletter

>>> [BILAN BEM 22 ] Filmes, débats et rencontres : la 18e édition du BEM a été un grand succès

Réseaux sociaux

Flux RSS

Abonnez-vous au flux RSS