L’Amazonie entre les myriades d’expériences et les politiques publiques dominantes

, par Neli Aparecida de Mello-Théry

Cet article analyse le défi de penser à un nouveau modèle de développement pour l’Amazonie brésilienne, en particulier ceux qui concernent l’action publique contemporaine. Région qui se situe au carrefour de plusieurs tentatives qui coexistent parfois mais qui se sont souvent opposées, l’Amazonie brésilienne est d’une part l’objet de décisions, d’actions publiques et privées dominantes qui répètent les modèles traditionnels de développement économique à tout prix. D’autre part, depuis les années 1990, elle est le site de centaines d’expériences dites de développement durable. Entre ces deux mondes contradictoires, une population locale et des migrants appellent à la reconnaissance de leurs besoins et de leurs visions du développement.

©Hervé Théry 2005

Parler de l’Amazonie brésilienne pour un public français1 est toujours très intéressant car les thématiques amazoniennes sont bien diffusées soit par les médias, soit dans les universités et centres de recherche. Mais il faut distinguer les mythes et la réalité de l’Amazonie. Quels sont les mythes ?

L’Amazonie est encore une frontière pionnière. Gouvernement et habitants cherchent un modèle d’aménagement, une manière de l’occuper... Pendant très longtemps la région a été vue comme le poumon du monde. Il a fallu des centaines de recherches pour prouver que cela n’était pas vrai. À l’autre extrême, elle est vue comme un endroit où les dynamiques se produisent avec une vitesse presque impossible à suivre.

L’Amazonie est la région où des centaines d’expériences dites de développement durable ont été mises en place, mais elle est aussi le lieu d’implantation de politiques, traditionnelles et dominantes, d’usage abusif des ressources naturelles, un modèle obsolète de développement. Nous reproduisons encore le même modèle appliqué au biome de la Forêt Atlantique, selon Warren Dean (2004).

Plusieurs Amazonies sont à découvrir. L’Amazonie brésilienne représente environ 60% du bassin versant de l’Amazone. C’est une région de planification créé par la loi 1806 (du 6 janvier 1953) dont la responsabilité a été confiée à la SUDAM (Superintendência do Desenvolvimento da Amazônia). La forêt amazonienne est une de plus importantes couvertures végétales au monde et représente un tiers des forêts tropicales de la planète. Grâce au biome amazonien le Brésil est classé parmi les 12 pays à (méga)-biodiversité, et 20% des espèces terrestres y sont identifiées.

Cette Amazonie, dans les années 1970, n’avait que 7 millions d’habitants. Aujourd’hui elle a plus de 20 millions d’habitants. En quarante ans la région a beaucoup changé, avec de très mauvaises conséquences, mais aussi de bons résultats. Voyons.

Lire la suite sur : Confins

Voir en ligne : Revue Conflins

Annonces

Suivez Autres Brésils

Newsletter

Inscrivez vous
Entrez votre adresse mail pour vous abonner à notre lettre d’infos.

Vous-pouvez vous désinscrire à tout moment envoyant un email à l’adresse suivante : sympa@listes.autresbresils.net, en précisant en sujet : unsubscribe infolettre

La dernière newsletter :

>>> Brésil en Mouvements 14e édition, du 19 au 23 septembre !

Réseaux sociaux

Flux RSS

Abonnez-vous au flux RSS