Brésil : la détresse des indigènes face au mépris de Jair Bolsonaro

, par Claire Gatinois

Le cacique Raoni, porte-parole des Indiens d’Amazonie, s’insurge contre la politique menée par le nouveau président.


Photo : midia ninja

La lippe distendue par un lourd plateau, le torse sec revêtu d’une vieille chemise blanche élimée, le cacique Raoni est reparti en guerre face aux puissants de Brasilia. Comme lors des grands combats de ces trente dernières années pour la démarcation des terres de son peuple kayapo ou contre le barrage titanesque de Belo Monte, le chef indien, de son vrai nom Ropni, a quitté ce lundi 25 février son village de Metuktire, dans la réserve de Capoto Jarina, dans l’Etat du Mato Grosso pour rejoindre la capitale brésilienne et faire part de sa colère contre le gouvernement de Jair Bolsonaro.

Un chef d’Etat qui, lors de sa longue carrière politique, n’a jamais manqué de faire part de son mépris envers les populations indigènes. Ainsi en 1998, quand il affirmait au journal Correio braziliense : « Quel dommage que la cavalerie brésilienne ne se soit pas montrée aussi efficace que les Américains. Eux, ils ont exterminé leurs Indiens. »

Voir en ligne : Le Monde

Annonces

Suivez Autres Brésils

Newsletter

Inscrivez vous
Entrez votre adresse mail pour vous abonner à notre lettre d’infos.

Vous-pouvez vous désinscrire à tout moment envoyant un email à l’adresse suivante : sympa@listes.autresbresils.net, en précisant en sujet : unsubscribe infolettre

La dernière newsletter :

>>> Appel à dons pour le festival « Brésil en Mouvements » 2019 - 15e édition

Réseaux sociaux

Flux RSS

Abonnez-vous au flux RSS