Un Carandiru par mois

 | Par José Arbex Jr.

<img1155|left> Si le cynisme et la brutalité des représentants de l’Etat donnent la nausée, le silence complice de la classe moyenne n’est pas moins infect. Il réside là un danger immense : celui de la connivence avec les procédés de nettoyage ethnique, au nom du combat contre le crime et le « mal ».

Par José Arbex Jr.


Source : Caros Amigos - novembre 2007

Traduction : Mariane BELLANGER DE OLIVEIRA BRAZ TULSEN pour Autres Brésils


694 morts en six mois, entre janvier et juillet 2007 : le chiffre gonfle d’orgueil le gouverneur de l’état de Rio de Janeiro, qui, apparemment, croit être sur la bonne voie pour venir à bout de l’empire du trafic de drogue dans la capitale carioca. Nous parlons ici d’un massacre comme celui de Carandiru par mois, tous les mois, soit 4 morts par jour – un toutes les 6 heures. C’est absolument effarant. Difficile de savoir ce qui est le pire : la légèreté avec laquelle Sérgio Cabral défend le règne de la terreur ou la quasi-totale indifférence, pas de manifestations de soutien explicite, laissant croire que ces déclarations sont bien accueillies par l’ainsi nommée société civile.

[...]


Lire le texte en entier :

<doc1156|center>


Agenda

L'équipe d'Autres Brésils est en train de préparer de nouveaux événements... restez attentifs !

Tous les événements

Suivez-nous

Newsletter

Abonnez-vous à la Newletter d’Autres Brésils
>
Entrez votre adresse mail ci-dessous pour vous abonner à notre lettre d’information.
Vous-pouvez vous désinscrire à tout moment envoyant un email à l’adresse suivante : sympa@listes.autresbresils.net, en précisant en sujet : unsubscribe infolettre.

La dernière newsletter

>>> En 2024, Autres Brésils reprend le projet Lutte contre les discriminations

Réseaux sociaux

Flux RSS

Abonnez-vous au flux RSS