Preta-Rara, la porte-voix des domestiques au Brésil

 | Par Anne Vigna, Le Monde

Rappeuse et prof d’histoire, cette ex-employée de maison a lancé, en 2016, une page Facebook qui recueille les abus dont sont victimes les domestiques au Brésil. Elle poursuit sa lutte avec un livre de témoignages inédits.

C’est un autre Brésil que dévoile le livre de Preta-Rara. Un Brésil intime et pourtant sans aucun secret pour la population : la vie des domestiques au sein des familles des classes sociales moyennes et supérieures. Le géant latino-américain est le pays qui compte le plus grand nombre de travailleurs domestiques au monde, avec près de 6,4 millions de personnes, selon le dernier recensement, en 2018.

Soixante-dix-huit pour cent d’entre eux sont des femmes noires qui, comme Preta-Rara, n’ont pas eu d’autres choix professionnels que de reprendre le balai qu’avaient tenu avant elles leur mère et leur grand-mère. Son livre, Eu, empregada doméstica (« Moi, employée domestique », éd. Letramento, non traduit), est l’aboutissement d’une colère transformée en combat par cette jeune femme de 32 ans. Une colère qu’elle a racontée en 2016 sur les réseaux sociaux, et qui a mis au jour les réalités de la condition des domestiques au Brésil.

« Il y a trois ans, alors que je cuisinais chez moi, je me suis souvenue d’une de mes anciennes patronnes qui m’interdisait de cuisiner pour moi et de manger dans sa vaisselle. J’ai raconté cela sur Facebook parce que toutes ces petites humiliations qu’une employée de maison doit supporter m’ont mise en colère. À la fin de mon récit, j’ai mis un hastag, #euempregadadoméstica, et j’ai reçu des centaines de témoignages me racontant des tas d’abus. J’ai alors créé une page Facebook pour les recueillir et les publier de façon anonyme », raconte Preta-Rara, de son vrai nom Joyce Fernandes, qui a été domestique pendant sept ans.

Voir en ligne : Le Monde

Suivez-nous

Newsletter

Abonnez-vous à la Newletter d’Autres Brésil !

Inscrivez vous

Entrez votre adresse mail ci-dessous pour vous abonner à notre lettre d’information.
Vous-pouvez vous désinscrire à tout moment envoyant un email à l’adresse suivante : sympa@listes.autresbresils.net, en précisant en sujet : unsubscribe infolettre.

La dernière newsletter

>>> Festival Brésil en Mouvements 2020 : bilan d’une édition exceptionnelle

Réseaux sociaux

Flux RSS

Abonnez-vous au flux RSS