Plus de 140 journalistes ont été agressés pendant les élections

, par Carta Capital

Plus de 140 journalistes ont été agressés pendant les élections ; le directeur de l’institut de sondage, Datafolha, en est également la cible.

Suite à l’article sur l’implication de chefs d’entreprises dans la diffusion de nouvelles fausses dans les réseaux sociaux, l’autrice de l’enquête a été hackée et menacée, selon le journal. (Crédit photo : Agencia Brasil)

Ce mardi, le journal Folha de S.Paulo a déclaré qu’il avait porté plainte auprès du Tribunal électoral supérieur demandant à la Police fédérale d’enquêter sur l’auteur des menaces proférées contre la journaliste Patrícia Campos Mello - autrice de l’article signalant l’implication d’entreprises dans la diffusion de fausses nouvelles contre le PT - et contre Mauro Paulino, directeur exécutif de Datafolha.

Selon le journal, le responsable de l’institut de sondage a été menacé sur sa messagerie privée, Messenger, et à son domicile. Le journaliste a déjà eu son téléphone portable hacké, des messages ont été effacés et d’autres ont été envoyés à partir de son numéro de téléphone. Patricia est également devenu la cible de diffamation publique (des mèmes) sur des réseaux sociaux.

Hier soir, lors d’un événement organisé par le Syndicat des journalistes de São Paulo, le journaliste Juca Kfouri a raconté qu’il a reçu plusieurs types de menaces. "Vous ne pouvez pas imaginer le types de menaces que je reçois dans les commentaires sur mon blog. De menaces d’ordre général et des menaces telles que "Je sais où tu te promènes", "ah, as-tu changé l’heure de ta promenade ?". Le journaliste a informé CartaCapital que, même menacé, il ne changeait pas son quotidien.

Selon les données recueillies par l’Association brésilienne de journalisme d’investigation (Abraji), , d’une forme ou d’une autre, plus de 140 professionnels de la communication ont été victimes de violences politiques, des partis politiques ou du contexte électoraux.

Selon Maria José Braga, présidente de la Fédération nationale des journalistes, le nombre de professionnels agressés cette année devrait dépasser celui de 2017. Selon le rapport de Fenaj, l’année dernière, 99 cas d’agression contre des professionnels de la communication ont été recensés.

« Très probablement, le nombre d’agressions en 2018 dépassera celui de 2017. Surtout compte tenu de cette nouvelle forme d’agression verbale, que sont les attaques sur les réseaux sociaux. Un phénomène qui existait déjà, mais qui, de fait, a explosé avec les élections » a pondéré Maria José

Selon la président, les cas de menaces réelles et de risques imminents peuvent compter sur un programme de protection de la Fédération internationale des journalistes, qui consiste à financer le déplacement géographique du professionnel qui court un risque de mort. Maria José précise que depuis la création de la Fédération, il n’y a qu’un seul cas dans le pays où un professionnel a demandé ce type de soutien.

Voir en ligne : Carta Capital

Annonces

Suivez Autres Brésils

Newsletter

Inscrivez vous
Entrez votre adresse mail pour vous abonner à notre lettre d’infos.

Vous-pouvez vous désinscrire à tout moment envoyant un email à l’adresse suivante : sympa@listes.autresbresils.net, en précisant en sujet : unsubscribe infolettre

La dernière newsletter :

>>> 10 jours de présidence Bolsonaro : un premier bilan

Réseaux sociaux

Flux RSS

Abonnez-vous au flux RSS