Les sans-toit campent aux portes de São Paulo

, par Philippe Revelli

Peu d’images symbolisent davantage les problèmes qui affectent le Brésil que celles des favelas des grandes villes. Moins radical en matière de réformes sociales que les dirigeants d’autres pays d’Amérique latine appartenant à la gauche politique, le président « Lula » vient néanmoins d’annoncer un investissement de plus de 1,2 milliard d’euros pour améliorer les conditions de vie des habitants de ces quartiers pauvres. Ce qui le différencie des gouvernements qui l’ont précédé. Mais il reste beaucoup à faire, en particulier en direction des sans-toit.

Itapecerica da Serra, dans la banlieue de São Paulo. Du Morro do Osso – la « colline de l’os » –, la vue embrasse les alignements de baraques en toile plastique noire, tendue sur des piquets de bois ou de bambou. Par endroits, une colonne de fumée blanche signale les feux sur lesquels chauffe le café du matin. Là, quelque trois mille familles venues des favelas de la mégapole occupent un terrain privé sur lequel flotte le drapeau du Mouvement des travailleurs sans toit (MTST). Bruits de marteau, de scie, de pioche... Dans cette ville nouvelle d’un genre un peu particulier, il y a toujours un puits ou des latrines à creuser, un toit à colmater, des cloisons à étayer.

Le MTST est né en 1997, à l’initiative du Mouvement des sans-terre (MST). « Sa création, rappelle M. Gilmar Mauro, membre de la direction nationale du MST, partait d’un constat – 85 % de la population brésilienne réside en zone urbaine – et constituait une tentative d’articuler luttes pour la terre et luttes des populations urbaines. »

La première opération d’envergure du MTST a eu lieu à Campinas, une ville proche de São Paulo, quand cinq mille familles investirent un terrain vague qu’elles baptisèrent parc Oziel, en hommage à l’une des victimes du massacre d’Eldorado do Carajás. Dix ans plus tard, le parc Oziel est devenu un quartier à part entière, doté d’infrastructures adéquates, et dont les habitants sont animés d’un sentiment communautaire fort.

[...]


Lire le texte en entier :

LE MONDE DIPLOMATIQUE


Annonces

Suivez Autres Brésils

Newsletter

Inscrivez vous
Entrez votre adresse mail pour vous abonner à notre lettre d’infos.

Vous-pouvez vous désinscrire à tout moment envoyant un email à l’adresse suivante : sympa@listes.autresbresils.net, en précisant en sujet : unsubscribe infolettre

La dernière newsletter :

>>> Retour sur l’actualité politique et sociale au Brésil

Réseaux sociaux

Flux RSS

Abonnez-vous au flux RSS