Le sociologue et la faim

, par Mauro Santayana

Le président Fernando Henrique Cardoso a affirmé, au Portugal, qu’autrefois il désirait être poète ; découragé par un professeur de portugais, il s’est finalement dirigé vers la sociologie. Il aurait pu, si l’on en croit ses dires, prendre n’importe quelle direction car il était disponible.

Fils d’un officier réputé de l’Armée, porteur d’un nom paternel renforcé par quelques décades de pouvoir oligarchique et, on l’apprend, porteur de la noblesse exceptionnelle du sang amérindien par le côté maternel, il pouvait choisir, et il a choisi, la sociologie, cette discipline qui n’a aucun compromis avec la créativité et qui s’attache à analyser les structures sociales existantes.

Les sociologues, seigneurs de la logique descriptive, sont dispensés de logique normative et, plus encore, de sentiments de solidarité. Les sociologues voient les phénomènes dans leur ensemble, dans leurs contours statistiques. C’est ainsi que Fernando Henrique a pu dire, en Angleterre, que personne n’a faim au Brésil. Nous n’avons pas, au Brésil, de zones où la faim sévit et frappe tout le monde. Nous n’avons pas de province de la faim, comme le fut le Biafra et le sont aujourd’hui de grandes contrées en Afrique.

La faim, ici, va de pair avec la gloutonnerie. D. Helder Câmara me confiait, il y a plus de trente ans, qu’il avait ressenti l’appel de l’apostolat politique le jour où, jeune prêtre, il fut convoqué pour administrer les saintes huiles à deux paroissiens - l’un mourait d’inanition, et l’autre, obèse, avait explosé un anévrisme suite à un copieux déjeuner. Tout cela, dans le vieux Nordeste en conflit.

Fernando Henrique n’a sûrement jamais vu quelqu’un rongé par la faim. Lui-même, en ce qui concerne la faim, doit en savoir autant que sur la géologie du rêve. Donc, nous n’avons pas faim - nous sommes victimes de dénutrition. En effet, mis à part ceux qui meurent, il n’y a pas de faim, il n’y a, réellement, que la soit-disant dénutrition : cette carence en calories et en protéines qui réduit le corps et réduit le temps de vie, qui réduit la capacité de raisonnement et qui vole à l’homme ses rares joies d’exister.

Le président est en train de se surpasser dans les conseils qu’il donne, directement ou indirectement, à son successeur. Même s’il laissait un pays prospère, avec un trésor bien rempli, le plein emploi, les services publics fonctionnant comme ils le devraient et les indices de développement en hausse, ce ne serait pas à lui de dire à celui qui a été élu sur un projet d’opposition ce qu’il devrait faire et comment il devrait le faire.

Ceux qui ont participé à l’élection de Lula, comme partisans, alliés, ou simples électeurs, peuvent, avec légitimité, dire ce qu’ils pensent et ce qu’ils attendent de leur futur gouvernement. Mais au président sortant, il manque la discrétion nécessaire. S’il continue dans cette direction, Fernando Henrique cessera d’être inconvenant pour devenir ridicule.


Par Mauro Santayana


Source : Agence Carta Maior - 14/11/02

Traduction : G. da Costa pour Autres Brésils


Annonces

Suivez Autres Brésils

Newsletter

Inscrivez vous
Entrez votre adresse mail pour vous abonner à notre lettre d’infos.

Vous-pouvez vous désinscrire à tout moment envoyant un email à l’adresse suivante : sympa@listes.autresbresils.net, en précisant en sujet : unsubscribe infolettre

La dernière newsletter :

>>> CONFERENCE PUBLIQUE - Sang Autochtone : pas une goutte de plus !

Réseaux sociaux

Flux RSS

Abonnez-vous au flux RSS