À l’ONU, le MAB dénonce la violation des droits humains

Le 14 mars, est la Journée internationale de lutte contre les barrages, pour la défense des rivières et de la vie. Le Mouvement des personnes Atteintes par les Barrages célébre 27 ans d’action politique.

Le 15 mars, à Genève, le MAB a dénoncé l’impunité et le crime de Vale à Brumadinho et les risques pour le fleuve São Francisco.

La Journée internationale de lutte contre les barrages,

Célébrée depuis plus de deux décennies à cette date, la lutte internationale des personnes atteintes par les barrages se déroule cette année dans un triste contexte, juste après l’effondrement d’un autre barrage. Cette fois plus de trois cents personnes ont été tuées par l’effondrement du barrage minier de Vale à Brumadinho (MG), sans compter le milliers de personnes affectées tout le long du lit du fleuve Paraopeba.

Le 14 mars est une date de lutte pour les personnes attaintes par les barrages dans tout le pays. C’est une journée de lutte pour la protection des vies, pour la défense des droits et pour qu’il existe une juste réparation pour toutes les familles victimes de crimes commis par des entreprises comme Vale et Samarco. Dans plusieurs États et dans d’autres pays à travers le MAR (Movimiento de Afectados por Represas en Latinoamerica), plusieurs mobilisations visent à dénoncer l’impunité des entreprises criminelles et exigent une solution au problème au Brésil (notamment - qui ne dispose pas de législation spécifique pour traiter la question -) Pour cela, c’est une date où les victimes des barrages luttent aussi pour défendre l’eau et les rivières.

Des bassins hydrographiques entiers, comme les fleuves Doce et Paraopeba, sont contaminés et l’écosystème détruit par les actions des entreprises qui font passer le profit avant la vie. En ce jour de lutte, le MAB cherche à dénoncer le crime de Vale à Brumadinho et Mariana aux niveaux national et international.

Nous exigeons que le renforcement des mesures de sureté dans les zones où il est notoroire que les barrages sont en risque de céder et, afin d’éviter la rupture de nouveaux barrages, le MAB exige la construction de plans de sécurité des barrages qui soient adaptés, efficaces et avec la pleine participation des personnes concernées.

Communiqué :

Le 15/03 à Genève, en Suisse, Michelle Bachelet, la Haut-Commissaire des Nations Unies aux droits humain a reçu une commission d’organisations de la société civile brésilienne qui a dénoncé les violations des droits humains qui ont lieu dans le pays.

Le MAB était présent et a dénoncé l’impunité et le crime de Vale à Brumadinho et les risques pour le fleuve São Francisco.

Michelle Bachelet a écouté attentivement les demandes des organisations, a déclaré qu’elle analyserait les problèmes et mettrait la Haut-Commissaire à la disposition des défenseurs des droits humains.

Avec Michelle Bachelet, le 15 mars 2019. Photo envoyée par le MAB.

Plus d’impunité

Un an après l’assassinat de Marielle Franco, conseillère municipale de Rio de Janeiro et militante des droits humain, lâchement assassinée pour son combat, la société brésilienne veut savoir : « qui a commandé l’assassinat de Marielle ? » Malheureusement, ce scénario révoltant s’étend aussi à d’autres combattant.es, comme la leader communautaire hondurienne Berta Cárceres, qui s’est battue contre la construction d’un barrage sur un territoire autochtone et a été assassinée par ses dirigeants pour défendre les communautés atteintes, et Nilce de Souza Magalhães [1], notre petite Nicinha, sauvagement assassinée à Rondônia, dans le Jirau Hydroelectric region. Notre chemin de lutte est pour le droit à la vie.

De l’eau pour la vie, pas pour la mort !

Annonces