Sur l’agenda 27 septembre 2019

  • L’Association pour la Recherche sur le Brésil en Europe a le plaisir de vous inviter à la journée d’études annuelle qui aura lieu le 27 septembre 2019, à partir de 8h45, à l’École des Hautes Études en Sciences Sociales (EHESS - 54 Boulevard Raspail - 75006, Paris)

    Le Brésil a t-il besoin d’une réforme agraire ? Ruptures et continuités d’un débat

    Le Brésil est un pays de taille continentale. En dépit d’une grande réserve foncière, l’accès à la terre, et notamment à la propriété, est au centre de conflits importants. Vestige du système latifundiaire colonial, la concentration foncière s’accompagne du développement d’un modèle agricole basé sur l’exportation de matières premières. À partir du XXème siècle, les revendications paysannes s’organisent et réclament plus de justice agraire en appelant à une redistribution des terres. L’arrivée des militaires au pouvoir contourne le sujet de la réforme agraire en optant pour une redistribution par la colonisation de terres « vierges », principalement en Amazonie. Cette redistribution est supervisée par l’Institut de Colonisation et de Réforme Agraire (INCRA) (1970), dont le rôle limité ne suffit pas à contrôler et à garantir une dynamique d’occupation démocratique. La colonisation des « vides » s’accompagne en effet d’une modernisation agricole qui reproduit et poursuit la concentration foncière, au profit du modèle agroexportateur. Cette situation aggrave les tensions autour d’enjeux variés : délimitations imprécises des terres, spéculation sur les titres fonciers et occupations illégales, entre autres. La « lutte » pour la terre entraîne quelques avancées pour faire reconnaître les inégalités foncières, notamment après le retour à la démocratie (1985). L’arrivée de la gauche travailliste au pouvoir dans les années 2000 à travers Lula, figure volontariste sur le sujet, n’a pourtant pas conduit à une réforme agraire à proprement parler.

    Dans ce cadre, nous proposons d’orienter cette Journée d’Étude autour de la question suivante : Le Brésil a t-il encore besoin d’une réforme agraire ?

    L’objectif de cette journée est de faire le point, et de se demander : Où en est la réforme agraire ? Est-elle encore envisagée ou envisageable ? Les divers·e·s intervenant·e·s de la journée tenteront donc d’identifier et d’analyser, à travers l’histoire de la question agraire et les débats souvent binaires (partisans et opposants à la réforme agraire) qui l’ont jalonné, les avancées et les reculs, les ruptures et les continuités, permettant d’éclairer la situation actuelle.

    Comité d’organisation :

    Susana Bleil (Université du Havre/GRIC-EHESS/CEMS), Marion Daugeard (Université Paris 3/CREDA-Universidade de Brasília/CDS), Lauro Mattei (Universidade Federal do Santa Catarina), Céline Raimbert (Université Sorbonne Nouvelle - Paris 3/CREDA)

    Cette Journée d’Etudes est co-organisée par :

    l’Universidade Federal de Santa Catarina, le CREDA (UMR7227), l’Université du Havre, le CEMS (EHESS), l’University of Zurich et l’Association ARBRE

    École des Hautes Études en Sciences Sociales EHESS
    54 Boulevard Raspail - 75006, Paris

  • ELEIÇÕES / Élections - (Avant première française)
    d’ Alice Riff – 2018 – 100’ – VOSTFR
    À l’occasion des élections des délégué.e.s de classes, quatre groupes de lycéen.e.s révèlent leurs divergences politiques. Les élèves affirment avec franc-parler leur droit à rêver et à chercher de nouveaux chemins de vie.

    Cinéma Les 7 Parnassiens
    98 boulevard du Montparnasse
    75014 Paris

  • Autres Brésils vous propose une projection de 3 films puissants, suivie d’un débat, pour explorer le lien entre savoirs autochtones, modes de vies traditionnels et respect de la nature. Ici, ce sont les femmes, au cœur de ces combats, qui seront mises en avant.

    KA’A ZAR UKYZE WÀ / Maîtres de la forêt en danger - (Avant première française)
    de Flay Guajajara, Edivan Guajajara et Erisvan Bone Guajajara / Mídia Índia/ Instituto Socioambiental - ISA / Instituto Catitu - 2019 - 13’ - VOSTFR
    Les Awá Guajá sont l’un des derniers peuples de chasseurs-cueilleurs. Leurs terres, envahies par les bûcherons, les chasseurs et les narcotrafiquants, sont entourées de villes qui dépendent de l’extraction illégale du bois.

    QUENTURA / Cagnard
    de Mari Corrêa – 2018 – 36’ - VOSTFR - (Avant première française)
    Depuis leurs jardins, leurs maisons et leurs cours, des femmes autochtones de l’Amazonie nous invitent dans leurs univers en observant les impacts du changement climatique sur leur mode de vie.

    BIMI SHU IKAYA - (Avant première française)
    de Isaka Huni Kuin, Siã Huni Kuin et Zezinho Yube / Saci Filmes – 2018 – 50’ - VOSTFR
    Bimi est la première femme autochtone Huni Kuin à devenir cheffe. La hiérarchie et les traditions patriarcales du peuple Huni Kuin l’ont poussée à quitter sa terre d’origine pour fonder et organiser un nouveau village.

    Séance présentée par
    Sophie Gergaud (DE LA PLUME A L’ÉCRAN)

    * DÉBAT

    Comment les femmes autochtones construisent-elles leurs luttes et deviennent-elles protagonistes de la résistance ?

    Intervenante :
    Célia Xakriabá, enseignante, militante et leader Xakriabá, elle est l’une des principales dirigeantes de l’APIB (Articulation des peuples indigènes du Brésil).

    Modération :
    Geneviève Garrigos, responsable de la Région Amérique pour Amnesty International France

    Cinéma Les 7 Parnassiens
    98 boulevard du Montparnasse
    75014 Paris

septembre 2019 :

Rien pour ce mois

août 2019 | octobre 2019