Dans le Nordeste brésilien, une sécheresse sans fin

, par Claire Gatinois

Maria de Fatima Pereira Barbosa a imploré Sao José pour que l’eau revienne dans son village. Nous étions le 19 mars ; la légende dit que, s’il pleut ce jour-là, les récoltes seront bonnes. Mais le soleil a brillé, presque plus cuisant encore que les autres jours.

Nous sommes maintenant à la fin avril, la « saison des pluies » s’achève à Dormentes, petite commune du Nordeste brésilien dans l’Etat du Pernambouc. Maria de Fatima n’a plus de raison d’y croire : ses plants de maïs et de feijao ont séché. La jeune femme, qui attend son quatrième enfant, en a pleuré.

Dans une bicoque insalubre, la mère de 28 ans s’illumine seulement quand on parle du passé. De ce temps où on récoltait « tranquillement » jusqu’à sept sacs de feijao et de maïs. Une époque d’opulence dans le lieu-dit Baixa da Esperança (la « fosse aux espoirs ») sis au milieu du Sertao, une zone semi-aride décrite comme le « polygone de la sécheresse ».

« Même les cactus meurent ! »

Voilà six ans que la sécheresse s’abat sur cette région parmi les plus pauvres du pays. A Dormentes près de 90 % des récoltes auraient été perdues. La plupart des familles ne vivotent que grâce à la bolsa familia, un pécule attribué par le gouvernement de quelques centaines de reais au maximum. Les hommes, eux, désertent le foyer, tentant de vendre leurs bras à des agriculteurs qui, par miracle, en auraient besoin.

Voir en ligne : Le Monde

Annonces

Suivez Autres Brésils

Newsletter

Inscrivez vous
Entrez votre adresse pour vous abonner à notre lettre d’infos

La dernière newsletter :

>>> Autres Brésils a besoin de vous !

Réseaux sociaux

PNG - 2.2 ko
PNG - 2 ko

Flux RSS

PNG - 1.4 ko

Abonnez-vous au flux RSS