Brésil : quand les femmes font face à la violence

, par Le Journal International

Le mois de mai aura été marqué par l’agression d’une jeune fille à Rio de Janeiro par 33 hommes. On connaissait l’atrocité des viols collectifs en Inde, aujourd’hui c’est le Brésil qui porte la lourde étiquette. Cette nouvelle laisse le pays sous le choc, mais pas silencieux.

Source : Alice Yanni

La violence faite aux femmes a une place importante dans la société brésilienne. Selon l’Institut de recherche économique appliquée (IPEA), 527 000 personnes seraient victimes de viol chaque année au Brésil. Seuls 10 % des cas seraient notifiés à la police. En mai dernier, une jeune adolescente de 16 ans a été droguée, violentée et violée. Trente-trois suspects sont recherchés par la police. De par son niveau de violence, cette nouvelle agression a poussé les mouvements féministes à tirer la sonnette d’alarme. Depuis ce jour, les rues de São Paulo se remplissent de femmes en colère, dénonçant la culture du viol - à savoir la normalisation de la violence sexuelle dans notre culture.

Dénoncer la culture du viol

Le collectif féministe de l’université de São Paulo participe activement à ces récents mouvements de contestation. Suite à l’agression de la jeune étudiante, le collectif s’est réuni en urgence, lors d’une fête organisée par le bureau des étudiants. Cette rencontre fut organisée exclusivement entre femmes, afin de pouvoir échanger plus librement sur la question de la culture du viol, dans le quotidien des femmes brésiliennes. Ensemble, et à partir des textes de lois brésiliens, elles ont défini ce qu’est un viol : « tout acte sexuel pratiqué sans consentement commun ». Une définition qui diffère de celle du Code pénal brésilien, selon lequel un viol est « contraindre les femmes à des rapports sexuels par la violence ou une menace grave  », un délit rattaché au crime d’attentat à la pudeur. Une commission fut également mise en place afin de recevoir les victimes et leur apporter un soutien juridique et psychologique. La procédure votée décréta qu’il serait préférable pour la victime de venir voir le collectif avant de se rendre à la police, pour éviter que la plainte ne soit ignorée, chose fréquente selon le collectif féministe. Lors d’une réunion de soutien à la victime, des journalistes du Globo ont tenté de pénétrer dans le bâtiment où se tenait la réunion afin de soutirer des informations aux participantes sur l’étudiante récemment agressée.

Lire la suite sur : Le Journal International

Annonces

Suivez Autres Brésils

Newsletter

Inscrivez vous
Entrez votre adresse pour vous abonner à notre lettre d’infos

La dernière newsletter :

>>> Projection « Lute como uma menina » - 29/11/17

Réseaux sociaux

Flux RSS

Abonnez-vous au flux RSS