Recherche par thématique

Dictature et résistances

133 articles

Les crimes de la dictature reconnus officiellement

 | Par Georges da Costa

Fin août 2007, le gouvernement brésilien a reconnu pour la première fois la responsabilité de l’État dans les crimes commis pendant les années de la dictature. Le gouvernement brésilien a recensé officiellement 357 victimes de la dictature, l’ONG Tortura Nunca Mais parle de 480 morts et disparus.

Lire l'article

Dictature militaire : un jugement doit relancer le débat sur l’amplitude de l’amnistie

 | Par Bia Barbosa

Une action contre le colonel Ustra, accusé d’avoir orchestré les actes de torture au sein du DOI-Codi (Détachement d’opérations d’information - Centre opérationnel de défense intérieure), à São Paulo, constitue la première action individuelle lancée à l’encontre d’un fonctionnaire pour des crimes commis pendant la dictature militaire.

Lire l'article

Un général commémore le coup d’Etat de 1964

Le général Francisco de Albuquerque, chef de l’état-major de l’armée de terre, a suscité des protestations en commémorant le 42e anniversaire du coup d’Etat militaire, qui a déposé le 31 mars 1964 le président Joao Goulart, marquant le début d’une dictature de 21 ans. Selon la Folha de Sao Paulo, une commémoration du 31 mars 1964 a eu lieu au Club militaire de Rio de Janeiro en présence de hauts responsables de l’armée de terre. Au sein même du gouvernemnet Lula, plusieurs ministres, dont le chef de cabinet Dilma Rousseff, ont été persécutés pendant cette période.

Lire l'article

Ouverture d’archives

Le président Luiz Inácio Lula da Silva a signé le 18 novembre 2005 le Décret n° 5 584/05, fixant la date limite du 31 décembre 2005 pour rendre publics les documents produits pendant le régime militaire et qui sont conservés au secret sous la garde de l’Agence Brésilienne d’Intelligence (ABIN).

Lire l'article

L’AI-5 ressuscité dans le Pernambouc

Les autorités de l’Etat du Pernambouc ont décidé de ressusciter l’Acte Institutionnel n°5 [AI-5, nom du décret durcissant la dictature brésilienne en 1968]. En effet, mesure inédite, elles ont décrété vendredi 18 novembre que tout manifestant qui serait détenu durant les manifestations contre l’augmentation du prix des transports publics [9,55%] serait emprisonné et ne serait pas relâché dans la foulée. Le commandement de la Police Militaire a par ailleurs affirmé qu’il disperserait et arrêterait tout groupe suspect de vouloir manifester dans les prochains jours. Depuis jeudi 17 novembre, Recife est le siège de manifestations durement réprimées par la police.

Lire l'article

La boîte noire de la dictature (1)

 | Par Cecília Coimbra

La fondatrice et actuelle vice-présidente du mouvement « Plus Jamais la Torture », Cecília Coimbra est aujourd’hui la voix la plus autorisée à parler avec fondement de tout ce qui s’est passé dans les prisons, des interrogatoires et des disparitions pendant la dictature militaire. (1ère partie)

Lire l'article

La boîte noire de la dictature (2)

 | Par Cecília Coimbra

La fondatrice et actuelle vice-présidente du mouvement « Plus Jamais la Torture », Cecília Coimbra est aujourd’hui la voix la plus autorisée à parler avec fondement de tout ce qui s’est passé dans les prisons, des interrogatoires et des disparitions pendant la dictature militaire. (2è partie)

Lire l'article

Agenda

L'équipe d'Autres Brésils est en train de préparer de nouveaux événements... restez attentifs !

Tous les événements

Suivez-nous

Newsletter

Abonnez-vous à la Newletter d’Autres Brésils !

Inscrivez vous

Entrez votre adresse mail ci-dessous pour vous abonner à notre lettre d’information.
Vous-pouvez vous désinscrire à tout moment envoyant un email à l’adresse suivante : sympa@listes.autresbresils.net, en précisant en sujet : unsubscribe infolettre.

La dernière newsletter

>>> Suivez les activités d’Autres Brésils en ce mois de novembre !

Réseaux sociaux

Flux RSS

Abonnez-vous au flux RSS