Une situation compliquée pour la gauche radicale

, par Beatrice Whitaker, João Machado

Photo : Paulo Whitaker/Reuters

Le Brésil vit une profonde crise institutionnelle, la plus importante depuis la fin de la dictature. Le gouvernement Dilma Roussef est atteint en pleine face, entraînant sa paralysie, mais aussi les principales institutions de la démocratie bourgeoise. Les principaux dirigeants du Parlement sont impliqués dans l’Opération Lava Jato [1], dont Eduardo Cunha, président de la Chambre des députés, en tant qu’un des accusés du procès. Les dirigeants des partis traditionnels, composants du gouvernement comme de l’opposition de droite (y compris le PMDB, parti de Cunha et du vice-president Michel Temer, qui a quitté récement le gouvernement), font objet d’investigations.

Une telle situation contribue à un grand chaos au sein des institutions, avec un pouvoir judiciaire divisé à tous les niveaux. A cela, s’ajoute une crise intense de crédibilité des institutions traditionnels et du modus operandi de la démocratie bourgeoise, dont les premiers signes se sont exprimés dans les rues en 2013 [2].

Le Brésil vit donc une crise politique d’ampleur qui s’ajoute à la grave crise économique, sociale et environnementale. Cela se traduit par le chômage croissant, l’inflation, par le gel des salaires, par l’effondrement des services publics, par les désastres et les crimes contre l’environnement, symbolisant l’échec d’un modèle de développement. L’épuisement du modèle de « croissance », adopté au cours des « périodes » Lula, avec maintenant l’application d’une politique d’ajustement néolibéral et de récession, a produit un scénario de stagnation dans la durée. Quel que soit le résultat à court terme, une somme de crises de moyen terme devrait se maintenir avec des tensions sociales et politiques.

Lire la suite sur : Ensemble FDG

[1Opération Lava Jato. Il s’agit d’une enquête judiciaire sur des détournements et des blanchiments impliquant la Petrobras (firme brésilienne lié au pétrole), impliquant de très importants entrepreneurs et des politiciens.

[2En 2013, une immense vague de grèves, de mobilisations spontanées de la jeunesse, de révoltes diverses s’est développée dans le pays.

Agenda Tous les événements

Annonces

Suivez Autres Brésils

Newsletter

Inscrivez vous
Entrez votre adresse mail pour vous abonner à notre lettre d’infos.

Vous-pouvez vous désinscrire à tout moment envoyant un email à l’adresse suivante : sympa@listes.autresbresils.net, en précisant en sujet : unsubscribe infolettre

La dernière newsletter :

>>> Chronique du pire annoncé, le fascisme par le vote

Réseaux sociaux

Flux RSS

Abonnez-vous au flux RSS