Un sommet au Vénézuela réunit Lula, Chávez, Uribe et Zapatero

Le président Lula est depuis mardi 29 mars au Vénézuela, où il a retrouvé ses collègues Hugo Chávez, José Luiz Zapatero (Espagne) et Álvaro Uribe (Colombie). L’objectif annoncé est l’officialisation du rapprochement entre Chávez et Uribe, et la signature des accords de coopération, mais les analystes voient dans ce sommet un fond politique : l’exercice du multilatéralisme.

Le président Luiz Inácio Lula da Silva est au Vénézuela afin de rencontrer ses collègues Hugo Chávez, José Luiz Rodríguez Zapatero (Espagne) et Álvaro Uribe (Colombie). Lors de ce sommet, qui se tient à Ciudad Guayana, les relations diplomatiques entre le Vénézuela et la Colombie seront officiellement normalisées. En effet, l’affinité entre les deux pays avait été affectée par la détention d’un membre des Forces Armées Révolutionnaires de Colombie, les Farc, à Caracas.

A travers cette « médiation », le Brésil en profite pour réaffirmer et fortifier son rôle de leader régional. La réunion permettra également de réaliser des négociations bilatérales entre le Brésil et le Vénézuela. Les deux pays ont en projet la construction d’ une entreprise pétrochimique binationale et négocient l’union entre la PDVSA et la Petrobras, respectivement les deux compagnies pétrolières d’état, négociation dans laquelle est aussi engagée l’Argentine.

Les analystes pensent qu’outre les accords qui seront discutés en matière d’énergie, de commerce, de défense et de communication, la réunion au sommet a pour prétexte de stimuler les « espaces politiques » qui s’opposent à « l’hégémonie » des Etats-Unis dans le monde. Le porte-parole de la chancellerie brésilienne, Glauco Veloso, a annoncé à Guayana que les chefs d’Etats cherchent à « fortifier le dialogue politique » et leurs alliances commerciales et diplomatiques. « Cette réunion a pour but de renforcer les liens entre les pays, et de mettre en place des alternatives de coopération en matière de trafic de drogues, et de combat de la misère et de la faim », a souligné Veloso.

La vice-chancelier vénézuélienne pour l’ Europe, Delcy Rodriguéz, a annoncé samedi dernier que l’ objectif du sommet était de donner l’impulsion pour un monde « multilatéral ». Le spécialiste aux affaires internationales, Miguel Angel Latouche a déclaré à l’Agence Ansa qu’il « attire l’attention sur le fait que cette réunion se réalise en ce moment au Vénézuela ». Latouche a souligné qu’il existe, selon lui une « alliance idéologique » entre Lula, Chávez et Zapatero, tous des politiques à l’origine de mouvements de gauche.

Source : Agência Carta Maior - 29/03/2005

Traduction : Karine Lehmann pour Autres Brésils

Agenda

L'équipe d'Autres Brésils est en train de préparer de nouveaux événements... restez attentifs !

Tous les événements

Suivez-nous

Newsletter

Abonnez-vous à la Newletter d’Autres Brésils !

Inscrivez vous

Entrez votre adresse mail ci-dessous pour vous abonner à notre lettre d’information.
Vous-pouvez vous désinscrire à tout moment envoyant un email à l’adresse suivante : sympa@listes.autresbresils.net, en précisant en sujet : unsubscribe infolettre.

La dernière newsletter

>>> [Festival Brésil en Mouvements] L’affiche est arrivée !

Réseaux sociaux

Flux RSS

Abonnez-vous au flux RSS