Un droit au logement embryonnaire

, par Philippe Revelli

En 1940 31,2 % de la population brésilienne résidait en zone urbaine ; ce pourcentage dépasse les 80 % au début des années 2000. Confronté à ce phénomène d’exode rural, le congrès des architectes du Brésil évoque, dès 1963, la nécessité d’une réforme urbaine ; en 1978, le document « Action pastorale et territoire urbain », publié par l’Eglise catholique, avance l’idée d’une « fonction sociale de la propriété urbaine ».

Ce n’est pourtant qu’en 1985, après la chute de la dictature, que cet enjeu redevient d’actualité. Dans les années qui suivent, le Mouvement national pour la lutte urbaine (MNLU), un large rassemblement de syndicats, d’organismes professionnels, de représentants des Eglises et des mouvements populaires, lance le mot d’ordre de « droit à la ville pour tous » et participe activement à l’élaboration de la nouvelle Constitution de 1988. Celle-ci reconnaît notamment le droit à un logement adéquat, et autorise l’expropriation de terrains et immeubles qui ne remplissent pas leur fonction sociale.

[...]


Lire le texte en entier :

LE MONDE DIPLOMATIQUE


Annonces

Suivez Autres Brésils

Newsletter

Inscrivez vous
Entrez votre adresse mail pour vous abonner à notre lettre d’infos.

Vous-pouvez vous désinscrire à tout moment envoyant un email à l’adresse suivante : sympa@listes.autresbresils.net, en précisant en sujet : unsubscribe infolettre

La dernière newsletter :

>>> Retour sur l’actualité politique et sociale au Brésil

Réseaux sociaux

Flux RSS

Abonnez-vous au flux RSS