Table-ronde : Brésil. Un mois après le drame de Brumadinho

Édito

Bonjour à tou.te.s,

Voici un petit rappel pour vos agendas. La fondation France Libertés et Autres Brésils vous invitent à la table-ronde : "Un mois après le drame de Brumadinho : les crimes environnementaux et humains de l’exploitation minière au Brésil". La rencontre aura lieu ce lundi 25 février, à 19h00 à la Maison de l’Amérique-latine (217 Boulevard Saint-Germain, 75007 Paris).

Avec : Marion Veber, responsable des Programmes à France Libertés, Ivan Du Roy, rédacteur en chef de Bastamag et co-fondateur de l’Observatoire des multinationales et Adèle Goliot (Autres Brésils) chargée du suivi des actions du Mouvement national des personnes atteintes par les barrages (MAB).

Le 25 janvier 2019, la rupture d’une digue du barrage minier de Brumadinho, propriété de la compagnie Vale, a déversé un véritable torrent de boues toxiques dans le fleuve Paraopeba dans la région du Minas Gérais au Brésil. Ce drame criminel s’est soldé par un lourd bilan humain : 157 morts et 182 disparus. Par ailleurs, d’importants dégâts environnementaux ont été causés par le déversement de 12,7 millions de mètres cubes de déchets miniers dans le fleuve, détruisant toute la faune et la flore locales sur leur passage.

Face à cette nouvelle tragédie, des voix s’élèvent pour dénoncer un véritable crime environnemental. Le drame de Brumadinho fait cruellement écho à celui de Mariana : le 5 novembre 2015, c’est un autre barrage minier appartenant à Samarco (joint-venture entre Vale et BHP Billiton) qui s’est rompu. Surnommée le « Fukushima brésilien », cette pollution reste à ce jour la plus importante de l’histoire du Brésil moderne, les déchets miniers s’étant répandus sur plus de 680 km dans les eaux du fleuve Rio Doce, avant de se déverser dans l’Océan Atlantique.

L’histoire se répète, et les événements de Brumadinho et Mariana révèlent les mêmes problématiques : le manque de contrôle des pratiques de l’extractivisme minier, l’inertie des pouvoirs publics et de la justice, et une impunité généralisée protégeant les coupables et délaissant les victimes.

Il y a quelques mois, la Fondation France Libertés a porté la campagne internationale « Justice for Krenak », mettant en lumière la situation du peuple autochtone Krenak, vivant sur les berges du Rio Doce, qui voit aujourd’hui encore ses droits violés par les conséquences du crime de Mariana.

Un mois après Brumadinho, Autres Brésils et la Fondation France Libertés vous proposent une table-ronde pour décrypter et comprendre le système prédateur qui conduit à la répétition de crimes humains et environnementaux au Brésil.

Nous espérons vous y retrouver nombreuses et nombreux.

Até logo
L’équipe d’Autres Brésils

Les traductions d'Autres Brésils

La face cachée des aliments

Le gouvernement autorise l’enregistrement de plus d’un produit agrotoxique par jour cette année. Les dernières autorisations de vente ont été publiées au Journal officiel de lundi 11 février, 12 des 19 produits désormais approuvés sont extrêmement (...)

« Espero tua revolta » de Eliza Capai est doublement récompensé au Festival International du Film de Berlin

"Le cœur explose : « Espero tua revolta » a gagné le Prix de la Paix et le Prix d’Amnesty International au Festival International du Film de Berlin. Merci à tous les lycéens qui se sont battus et qui ont partagé leurs histoires avec nous. Toute mon (...)

Une mère, son fils et les « Orixás ». Un livre pour enfant sur les dieux Noirs.

Intitulé “A la découverte des Orixás – De Exu à Oxalá ”, l’ouvrage est le premier d’une série de 18 titres pour enfants. Il est déjà en lice pour un prix international en Italie. Traduction Marie-Hélène BERNADET pour Autres Brésils Relecture : Du (...)

L’agriculture urbaine est menacée par les politiques du gouvernement Bolsonaro

L’article de Cida de Oliveira dans « Rede Brasil Atual » met en garde contre les obstacles au développement de pratiques agricoles durables en raison des intérêts de l’agronégoce et du secteur immobilier. Selon le texte, l’activité qui donne accès à (...)

Le ministre des relations extérieures veut effacer l’histoire du Brésil

Comment l’idéologue du gouvernement Bolsonaro utilise José de Alencar pour prêcher l’assimilation des indigènes et justifier l’ouverture de leurs terres à l’agrobusiness. Cette traduction a été autorisée par son autrice et El Pais. Texte originellement (...)

Défendre leur droit de vivre, le mandat des premières députées transsexuelles

Le 29 janvier est la Journée Nationale de la Visibilité Trans au Brésil et pour la première fois de son histoire, le Brésil compte des représentantes transsexuelles élues dans ses assemblées législatives. Traduction : Jean Saint-Dizier pour Autres (...)

Le chef du peuple Karipuna demande à l’ONU de sanctionner les entreprises qui violent les terres autochtones

Devant les représentants de près de 100 pays, les chefs indigènes ont dénoncé la destruction et la confiscation de leur territoire, dans l’état de Rondônia.

Droit de suite // Brésil : Bolsonaro, un goût de dictature ?

Droit de suite Brésil : Bolsonaro, un goût de dictature ? Lecture LCP-DROIT DE SUITE-BA-Le Brésil sous l’emprise des BBB-Bible, Boeuf, Balles par LCP https://www.dailymotion.com/video/x71m4wx Diffusée le 29/01/2019 Il (...)

Brésil : c’est « la Mère Nature qui vomit ce que l’homme blanc fait »

Les conséquences pour le peuple autochtone Pataxó Hã-hã-Hãe de la rupture du barrage de déchets miniers du 25 janvier ne sont pas sans rappeler celles vécues depuis 3 ans par le peuple Krenak avec lequel nous avons mené une campagne pour sensibiliser (...)

Brésil. Le président Lula proposé pour être le Nobel de la paix

Près d’un demi-million de personnes ont déjà signé une pétition lancée par l’artiste argentin Adolfo Pérez Esquivel pour faire de l’ancien chef d’État un prix Nobel de la paix.

Sur l'agenda

Un mois après le drame de Brumadinho : les crimes environnementaux et humains de l’exploitation minière au Brésil.


France Libertés et Autres Brésils vous invitent à la table-ronde. Un mois après le drame de Brumadinho : les crimes environnementaux et humains de l’exploitation minière au Brésil. Avec : Marion Veber, responsable des Programmes à France Libertés et (...)

2019 : le Brésil in extremis


Le Collectif Mario Pedrosa invite à la conférence-débat avec Rosa Maria Marques, militante, économiste, professeure à la PUC São Paulo.

Les éditions Anacaona vous propose : Rencontres...


Rencontres avec Fernando Molica, auteur et journaliste A l’occasion de la sortie du polar « Noir et Blanc », l’occasion de parler du racisme au Brésil, si complexe dans un pays aussi métissé ; mais aussi des violences policières, les deux principaux (...)

Les éditions Anacaona vous propose : Rencontres...


Rencontres avec Fernando Molica, auteur et journaliste A l’occasion de la sortie du polar « Noir et Blanc », l’occasion de parler du racisme au Brésil, si complexe dans un pays aussi métissé ; mais aussi des violences policières, les deux principaux (...)

Les éditions Anacaona vous propose : Rencontres...


Rencontres avec Fernando Molica, auteur et journaliste A l’occasion de la sortie du polar « Noir et Blanc », l’occasion de parler du racisme au Brésil, si complexe dans un pays aussi métissé ; mais aussi des violences policières, les deux principaux (...)

Soutenir Autres Brésils

Vous appréciez notre site ? Aidez-nous à en maintenir la gratuité !
Vous appréciez nos actions ? Aidez-nous à les concrétiser !
Autres Brésils a besoin de votre soutien financier ! Adhérez et/ou faites un don ! ICI

Comment participer ?

Il y a mille et une façons de participer à la vie de l’association. N’hésitez pas, rejoignez l’association Autres Brésils !

© Autres Brésils — 2019

Autres Brésils - 21 ter rue Voltaire - 75011 Paris
tél: 01 40 09 15 81
courriel : bresils@autresbresils.net

Pour se désabonner de cette infolettre, il suffit d'envoyer un email à l'adresse suivante : sympa@listes.autresbresils.net en précisant en sujet : unsubscribe infolettre