Sinal fechado [Feu rouge]

, par Paulinho da Viola

Composition : Paulinho da Viola

En 1969, la TV Record organisait le Vè Festival de Musique Populaire Brésilienne. « Sinal fechado », ni samba, ni bossa, chanson expérimentale et différente, traitant de l’impossibilité du dialogue, en pleine dictature, valut le 1er prix à son interprète : Paulinho da Viola.

« Sinal fechado » donnera son nom à un album de Chico Buarque en 1974, album composé presque exclusivement de reprises, du fait de la censure régnant au Brésil.


Extrait traduit d’un entretien avec Paulinho da Viola (1998) :

Cette chanson, comme beaucoup de celles que j’ai faites, a surgi comme un film, en images qui se succèdent confusément et vont alternées, changeant de place. Je me souviens de deux choses quand j’ai commencé à écrire cette chanson. Une est cette personne que je n’ai plus jamais revue, que j’ai connue à Recife, et que j’ai ensuite rencontrée à Rio. Elle passait et, au lieu de s’arrêter et de parler avec moi, passait toujours rapidement [...]. L’autre, c’est l’énorme tension des gens, leur préoccupation. Ce qui est clair dans cette chanson c’est cette tension, créée dans la propre structure, dans l’harmonie. Comme une chose dont on va parler et dont on ne parle pas. [...] Ensuite est apparue l’histoire du feu rouge comme élément symbolique que quelque chose qui est fermé, qui ne laisse pas. C’est la vieille histoire de la contradiction, du vouloir partir, du vouloir sortir, parler, et ne pas pouvoir, parce que le feu est au rouge et peut passer au vert n’importe quand. Quelques temps plus tard, les gens venaient me voir et me demandaient, dans les entretiens, su j’avais fait cette chanson consciemment... pour l’époque que nous vivions. En réalité, ce fut un mécanisme insconscient qui m’a poussé à faire cette chanson. [...]


Olá, como vai Salut, comment ça va ?
Eu vou indo e você, tudo bem ? Ça va, et toi, tu vas bien ?
Tudo bem, eu vou indo, correndo Je vais bien, je cours ça et là
Pegar meu lugar no futuro, e você ? Prendre ma place dans le futur. Et toi ?
Tudo bem, eu vou indo em busca Ça va, je vais à la recherche
De um sono tranqüilo, quem sabe ? D’un sommeil tranquille, qui sait ?
Quanto tempo... Y a si longtemps…
Pois é, quanto tempo... Eh oui, si longtemps…
Me perdoe a pressa Excuse moi d’être pressé
É a alma dos nossos negócios... C’est la base de nos affaires
Qual, não tem de que Oh ! Y a pas de quoi
Eu também só ando a cem Moi aussi je vais à cent à l’heure
Quando é que você telefona ? Quand est-ce que tu m’appelles ?
Precisamos nos ver por aí Faudrait qu’on se revoie des fois
Pra semana, prometo, talvez La semaine prochaine, je promets, peut-être
Nos vejamos, quem sabe ? Qu’on se voit, qui sait ?
Quanto tempo... Y a si longtemps…
Pois é, quanto tempo... Eh oui, si longtemps…
Tanta coisa que eu tinha a dizer J’ai tant à te dire
Mas eu sumi na poeira das ruas Mais j’ai disparu dans la poussière des rues
Eu também tenho algo a dizer Moi aussi j’ai quelque chose à te dire
Mas me foge a lembrança Mais je m’en souviens plus
Por favor, telefone, eu preciso beber S’il te plait, tu m’appelles, il faut que je boive
Alguma coisa rapidamente Quelque chose rapidement
Pra semana... La semaine prochaine
O sinal... Le feu...
Eu procuro você... Je t’appelle
Vai abrir ! Vai abrir ! Vai abrir ! Il va passer au vert ! Il va passer au vert !
Eu prometo, não esqueço, não esqueço Je promets, je n’oublie pas
Por favor, não esqueça S’il te plait, n’oublie pas
Adeus... Adeus... Au revoir, au revoir

(Traduction : Dominique du Forum Bossa Nova)


Interprétation (vidéo) de Paulinho da Viola en 1969 :

>>>>>>>>>>>>>>>>>>


Interprétation (vidéo) de Elis Regina en 1978 :

>>>>>>>>>>>>>>>>>>


Interprétation (audio) de Elis Regina :

>>>>>>>>>>>>>>>>>>


Interprétation (audio) de Chico Buarque :

>>>>>>>>>>>>>>>>>>


Et, juste pour le plaisir, une interprétation (vidéo) récente d’une autre chanson de et par Paulinho da Viola :


Annonces

Suivez Autres Brésils

Newsletter

Inscrivez vous
Entrez votre adresse mail pour vous abonner à notre lettre d’infos.

Vous-pouvez vous désinscrire à tout moment en modifiant vos paramètres sur votre compte et à travers le lien de désinscription.

La dernière newsletter :

>>> Esclavage et Quilombos au Brésil : une histoire toujours d’actualité Rencontre autour de la sortie du livre « Quilombos. Communautés d’esclaves insoumis au Brésil ».

Réseaux sociaux

Flux RSS

Abonnez-vous au flux RSS