Sergio Moro, Vaza Jato et la presse brésilienne

 | Par Journal GGN

D’après la médiatrice de la Folha de S. Paulo, Moro ne peut pas retrouver le piédestal qu’il occupait avant les révélations de l’Intercept sur les relations troubles pendant l’opération Lava Jato.

Traduction : Marie-Hélène BERNADET pour Autres Brésils
Relecture : Roger Guilloux

La médiatrice de la Folha de S. Paulo, Flavia Lima, a publié le 3 mai un article dans lequel elle affirme que la presse a une « deuxième chance de faire du journalisme » maintenant que Sergio Moro a quitté le gouvernement de Bolsonaro, mais qu’elle risque de recommencer à idolâtrer l’ex-juge dans des reportages partiaux sur l’attitude de celui-ci quand il était ministre de Jair Bolsonaro.

La provocation vient dans le sillage de l’enquête autorisée par le Tribunal Suprême Fédéral visant à examiner les accusations de Moro contre le président de la République sur le fait que celui-ci aurait tenté d’interférer dans le travail de la Police Fédérale pour servir ses propres intérêts.

Lire le compte rendu de l’équipe d’Autres Brésils Vidéo du gouvernement Bolsonaro : la paranoïa, la violence, le désespoir.

Dans l’article, Lima souligne que même le ministre Celso de Mello, en autorisant l’enquête, a semblé donner plus de crédit aux accusations de Moro contre Bolsonaro. Les grands médias n’ont pas consacré beaucoup de place à une enquête parallèle pouvant mettre en évidence d’éventuelles fautes que l’ancien ministre aurait pu effectivement commettre, s’il avait trop tardé à révéler les déviances de son chef.

« La presse, elle aussi, semble accorder plus de crédit à la parole de l’ancien ministre, mais elle ne devrait pas. Ni Moro ni personne ne doit avoir d’immunité face aux enquêtes », déclare la journaliste.

D’après Lima, les médias ne doivent pas oublier que Moro a été très « habile » dans la conduite de l’opération Lava Jato. Les messages de Telegram qui ont fuité dans Intercept Brasil ont montré qu’il entretenait d’étroites relations avec les procureurs de Curitiba, arrivant à manipuler les informations qu’il remettait aux grands médias. Suite à ces révélations, Moro est tombé du « piédestal » sur lequel on l’avait mis au début de l’opération Lava Jato.

« Après un début hésitant, la presse a une deuxième chance de faire du journalisme d’investigation concernant à nouveau le personnage Sergio Moro », déclare Lima.

« Il y a encore beaucoup de questions sans réponse. Si ce n’est pas la première fois que Bolsonaro montre ses intentions d’interférer dans les enquêtes de police, Moro a peut-être fermé les yeux sur d’éventuelles actions illégales de la part du président. Est-ce que Moro a accepté une demande inappropriée de sa part ? Pourquoi l’ancien ministre a mis tant de temps à se décider à préserver sa biographie et pourquoi a-t-il pensé qu’elle était intacte ? », se demande-t-elle.

Voir en ligne : Imprensa tem segunda chance de fazer jornalismo, em vez de idolatrar Sergio Moro

Agenda

Tous les événements

Suivez-nous

Newsletter

Abonnez-vous à la Newletter d’Autres Brésil !

Inscrivez vous

Entrez votre adresse mail ci-dessous pour vous abonner à notre lettre d’information.
Vous-pouvez vous désinscrire à tout moment envoyant un email à l’adresse suivante : sympa@listes.autresbresils.net, en précisant en sujet : unsubscribe infolettre.

La dernière newsletter

>>> [Dossier Presse] : 16e édition du festival de documentaire Brésil en Mouvements - 2 au 4 octobre à Paris

Réseaux sociaux

Flux RSS

Abonnez-vous au flux RSS