Science et démocratie en Amazonie

, par Alain Ruellan

L’Amazonie est actuellement assujettie à trois types de comportements humains : ceux qui l’exploitent en dégradant ses caractéristiques naturelles, ceux qui la considèrent intouchable et, enfin, ceux qui croient qu’il est possible d’établir une relation environnementale harmonieuse. Cependant, rien n’a empêché jusqu’ici que des milliers d’hectares de forêts ne partent tous les jours en fumée.

Source : Le Monde Diplomatique Brasil - 13/03/2009

Traduction : Monica Sessin et Geni Favre pour Autres Brésils


L’Amazonie forestière et rurale est actuellement soumise à trois dynamiques antagonistes, chacune d’elles étayée par des arguments scientifiques, indépendants entre eux.

1- La première peut être qualifiée d’agressive puisqu’il s’agit de la destruction des écosystèmes naturels, qui sont arrachés et brûlés. A leur place apparaît une agriculture de subsistance sur de petites surfaces, ou des élevages de bovins et une agriculture productiviste, avec des indices évidents d’exploitation minière et, en général sur d’immenses superficies acquises le plus souvent de manière illégale.

Il existe des recherches agronomiques, publiques et privées, nationales et internationales qui sont liées à cette dynamique agressive. Certains chercheurs soutiennent les plus riches de ces agriculteurs/éleveurs qui sont acteurs de cette destruction. Par contre, il existe d’autres chercheurs qui soutiennent les petits producteurs en les aidant à tirer un meilleur profit des terres défrichées et, ainsi, freiner la dynamique du défrichage.

[...]

Lire le texte en entier :


Annonces