São Paulo, 1920, le modernisme brésilien

 | Par En attendant Nadeau

Brás, Bexiga et Barra Funda, recueil de nouvelles avant-gardistes d’Antonio de Alcântara Machado (1901-1935) qui peint la vie des Italo-Brésiliens dans le São Paulo des années 1920, est le premier livre, remarquablement édité, du traducteur-éditeur L’oncle d’Amérique.

par Mathieu Dosse

Un accident tragique, un crime passionnel [1], un match de football… Les nouvelles très courtes qui composent ce recueil sous-titré Informations de São Paulo ont été publiées au Brésil en 1927 par un jeune écrivain de vingt-six ans, António de Alcântara Machado.

Ce livre, traduit pour la première fois en français par Antoine Chareyre, est le premier d’un « traducteur-éditeur », L’oncle d’Amérique. Autres Brésils recommande les précédents travaux du traducteurs, dont Matérialisme & zones érogènes. Autobiographie précoce et Parc industriel de Pagu aux éditions Le Temps des Cerises

“L’auteur” s’inspire de faits divers et décrit les évènements avec une distance maîtrisée, comme s’il voulait surtout ne pas y prendre part, ne rien commenter. Il dépeint, souvent avec humour, la vie des immigrés italiens de São Paulo – des gens pour la plupart issus d’un milieu populaire, des petits commerçants (épiciers, barbiers…), des femmes au foyer, des écoliers. On y joue au foot, on regarde passer un enterrement, on discute au comptoir d’un bar. Petits gestes du quotidien ou phrases en apparence anodines, chaque détail est saisi au vol par la caméra-stylo d’Alcântara Machado. S’il y a parfois quelques traces de satire dans ces nouvelles, le regard qu’il porte sur ses personnages est souvent plein de tendresse (issu de la bourgeoisie pauliste, l’auteur appartient à un tout autre milieu ; c’est une véritable étude de terrain qu’il entreprend dans ce livre).

Lire la suite sur :

Voir en ligne : São Paulo, 1920

ouverture : Sao Paolo (vers 1910) © Library of Congress

[1Note de lecture de la part d’Autres Brésils pour rappeler le combart féministe contre les expressions médiatisées telles que « Crime passionnel ». L’expression désigne souvent un féminicide.

Suivez-nous

Newsletter

Abonnez-vous à la Newletter d’Autres Brésils !

Inscrivez vous

Entrez votre adresse mail ci-dessous pour vous abonner à notre lettre d’information.
Vous-pouvez vous désinscrire à tout moment envoyant un email à l’adresse suivante : sympa@listes.autresbresils.net, en précisant en sujet : unsubscribe infolettre.

La dernière newsletter

>>> [BILAN BEM 22 ] Filmes, débats et rencontres : la 18e édition du BEM a été un grand succès

Réseaux sociaux

Flux RSS

Abonnez-vous au flux RSS