Rio de Janeiro, une « terre sans loi » minée par la corruption

, par Jean-Mathieu Albertini

Arrêté en novembre, Jorge Picciani, indéboulonnable président de l’assemblée de Rio, a rejoint en prison l’ancien gouverneur, incarcéré en 2016. Tous ceux qui ont gouverné la ville depuis 1998 ou dirigé la chambre des députés locale depuis 1995 sont derrière les barreaux.

Rio de Janeiro (Brésil), de notre correspondant.- Sur les marches de l’assemblée de Rio de Janeiro (Alerj), une dizaine de policiers arrosent généreusement de gaz lacrymogène des manifestants qui se dispersent avant de revenir se masser devant les grilles dressées là depuis l’année dernière. La scène est banale. Des fonctionnaires sans salaire, des retraités sans retraite, des policiers payés en retard et débordés par l’insécurité : les motifs ne manquent pas dans un État déclaré en faillite. La faute à des investissements massifs souvent surfacturés, à la baisse du prix du baril du pétrole et, surtout, à une corruption généralisée poussée à son extrême...

Voir en ligne : Mediapart

Annonces

Suivez Autres Brésils

Newsletter

Inscrivez vous
Entrez votre adresse mail pour vous abonner à notre lettre d’infos.

Vous-pouvez vous désinscrire à tout moment envoyant un email à l’adresse suivante : sympa@listes.autresbresils.net, en précisant en sujet : unsubscribe infolettre

La dernière newsletter :

>>> Appel à financement du festival « Brésil en Mouvements » 2018

Réseaux sociaux

Flux RSS

Abonnez-vous au flux RSS