Rio+20 : « Qu’ils nettoient devant leur porte avant de parler de la planète ! »

, par Nicolas Bourcier

Elle prépare le thé avec les pétales des roses qu’elle a cueillies dans le jardin de sa maison. D’un ton calme, Inalva Mendes Brito évoque les souvenirs de ce passé heureux, ces années 1980, lorsqu’elle est venue ici, à Vila Autodromo, une petite favela située au bord du lac Jacarepagua, à l’ouest de Rio de Janeiro, construire sa maison avec une bande d’amis. Epoque ancienne où, pendant plusieurs années, elle a réussi à vivre de la pêche et du troc de fruits et de légumes.

« Depuis, tout a été ravagé par la pollution, les eaux infestées par les industries chimiques alentour, les poissons exterminés », souffle-t-elle. A 65 ans, cette professeure de portugais est devenue l’une des voix de la communauté, une de celles qui montent au front contre les promoteurs immobiliers et industriels peu scrupuleux de l’environnement. « Alors imaginez, dit-elle, avec une pointe d’ironie, nous avons là, aujourd’hui, en face de chez nous, le Sommet Rio+20 qui prétend débattre sur le développement durable. »

Lisez tout l’article ici.

Le Monde

Annonces

Suivez Autres Brésils

Newsletter

Inscrivez vous
Entrez votre adresse mail pour vous abonner à notre lettre d’infos.

Vous-pouvez vous désinscrire à tout moment envoyant un email à l’adresse suivante : sympa@listes.autresbresils.net, en précisant en sujet : unsubscribe infolettre

La dernière newsletter :

>>> Chronique du pire annoncé, le fascisme par le vote

Réseaux sociaux

Flux RSS

Abonnez-vous au flux RSS