Rap da felicidade [Rap de la joie]

, par Sydney da Silva dit Cidinho

Parue en 1995, cette chanson, écrite par Sydney da Silva, dit Cidinho, connu pour avoir interprété la chanson "Rap das armas", a été rendue célèbre par le film « Troupe d’élite » (Tropa de Elite).

Son inspiration lui vient de son enfance, passée dans la célèbre Cité de Dieu, située dans la zone ouest de Rio de Janeiro. Son style de funk/rap est issu du mouvement proibidão, des années 90 qui dépeint le portrait des favelas, notamment la réalité du trafic de drogue et des gangs. Banni des antennes radios pour avoir cité de nombreux modèles d’armes et des références au gang commando vermelho [commando rouge], Cidinho fait pourtant l’éloge de la paix, dans plusieurs de ses chansons.

Refrain (x2)

Eu só quero é ser feliz Je veux seulement être heureux
Andar tranqüilamente na favela onde eu nasci, é Marcher tranquillement dans la favela où je suis né
E poder me orgulhar e ter a consciência Et pouvoir être fier et avoir conscience
Que o pobre tem seu lugar Que le pauvre a son propre endroit
Mas eu só quero Mais je veux seulement
É ser feliz,feliz,feliz,feliz,feliz Être heureux, heureux, heureux, heureux, heureux
Onde eu nasci Où je suis né
E poder me orgulhar e ter a consciência Et pouvoir être fier et avoir conscience
Que o pobre tem seu lugar Que le pauvre a son propre endroit
Minha cara autoridade, eu já não sei o que fazer Ma chère autorité (gouvernement), je ne sais déjà plus quoi faire
Com tanta violência eu tenho medo de viver Avec autant de violence j’ai peur de vivre
Pois moro na favela e sou muito desrespeitado Parce que j’habite dans la favela et je suis vraiment méprisé
A tristeza e a alegria aqui caminham lado a lado La tristesse et la joie ici marchent côte à côte
Eu faço uma oração para uma santa protetora Je fais une prière pour une sainte protectrice
Mas sou interrompido a tiros de metralhadora Mais je suis interrompu par des tirs de mitrailleuse
Enquanto os ricos moram numa casa grande e bela Pendant que les riches vivent dans une grande et belle maison
O pobre é humilhado,esculachado na favela Le pauvre est humilié et réprimandé dans la favela
Já não agüento mais essa onda de violência Je ne supporte plus cette vague de violence
Só peço, autoridade, um pouco mais de competência Je demande seulement à l’autorité un peu plus de compétences
Eu só quero é ser feliz Je veux seulement être heureux
Andar tranqüilamente na favela onde eu nasci, é Marcher tranquillement dans la favela où je suis né
E poder me orgulhar e ter a consciência Et pouvoir être fier et avoir conscience
Que o pobre tem seu lugar Que le pauvre a son propre endroit
Diversão hoje em dia não podemos nem pensar Amusement aujourd’hui nous ne pouvons même pas penser
Pois até lá no baile eles vêm nos humilhar Parce que jusqu’au baile ils viennent nous humilier
Ficar lá na praça, que era tudo tão normal Rester là sur la place qui était si normale
Agora virou moda a violência no local Maintenant la violence est devenue une mode dans la place
Pessoas inocentes, que não têm nada a ver Les personnes innocentes, qui n’ont rien à voir
Estão perdendo hoje o seu direito de viver Sont en train de perdre leur droit de vivre
Nunca vi cartão postal que se destaque uma favela Je n’ai jamais vu une carte postale qui représente une favela
Só vejo paisagem muito linda e muito bela Je vois seulement des paysages magnifiques et beaux
Quem vai pro exterior da favela sente saudade Qui va à l’extérieur de la favela sent la nostalgie
O gringo vem aqui e não conhece a realidade Le gringo vient ici et ne connait pas la réalité
Vai pra Zona Sul pra conhecer água de coco Il va dans la Zone Sud pour connaitre l’eau de coco
E pobre na favela,vive passando sufoco Et le pauvre dans la favela, vit en suffoquant
Trocaram a presidência, uma nova esperança On a changé de président, une nouvelle espérance
Sofri na tempestade, agora eu quero a bonança J’ai souffert dans la tempête et maintenant je veux le calme
O povo tem a força, só precisa descobrir Le peuple à la force, doit seulement la découvrir
Se eles lá não fazem nada, faremos tudo daqui S’ils ne font rien là bas, nous ferons tout d’ici
Eu só quero é ser feliz Je veux seulement être heureux
Andar tranqüilamente na favela onde eu nasci, é Marcher tranquillement dans la favela où je suis né
E poder me orgulhar e ter a consciência Et pouvoir être fier et avoir conscience
Que o pobre tem seu lugar Que le pauvre a son propre endroit
Diversão hoje em dia... nem pensar Amusement aujourd’hui … sans penser
Pois até lá no baile eles vêm nos humilhar Parce que jusqu’au baile ils viennent nous humilier
Ficar lá na praça, que era tudo tão normal Rester là sur la place qui était si normale
Agora virou moda a violência no local Maintenant la violence est devenue une mode dans la place
Pessoas inocentes, que não têm nada a ver Les personnes innocentes, qui n’ont rien à voir
Estão perdendo hoje o seu direito de viver Sont en train de perdre leur droit de vivre
Nunca vi cartão postal em que se destaque uma favela Je n’ai jamais vu une carte postale qui représente une favela
Só vejo paisagem muito linda e muito bela Je vois seulement des paysages magnifiques et beaux
Quem vai pro exterior da favela sente saudade Qui va à l’extérieur de la favela sent la nostalgie
O gringo vem aqui e não conhece a realidade Le gringo vient ici et ne connait pas la réalité
Vai pra Zona Sul pra conhecer água de coco Va dans la Zone Sud pour connaitre l’eau de coco
E pobre na favela, passando sufoco Et le pauvre dans la favela, vit en suffoquant
Trocaram a presidência, uma nova esperança On a changé de président, une nouvelle espérance
Sofri na tempestade, agora eu quero a bonança J’ai souffert dans la tempête et maintenant je veux le calme
O povo tem a força, só precisa descobrir Le peuple a la force, il doit seulement la découvrir
Se eles lá não fazem nada, faremos tudo daqui S’ils ne font rien là bas, nous ferons tout d’ici

(Traduction de Alexandre Jost)


Clip vidéo de Cidinho e Doca


Annonces

Suivez Autres Brésils

Newsletter

Inscrivez vous
Entrez votre adresse mail pour vous abonner à notre lettre d’infos.

Vous-pouvez vous désinscrire à tout moment en modifiant vos paramètres sur votre compte et à travers le lien de désinscription.

La dernière newsletter :

>>> Esclavage et Quilombos au Brésil : une histoire toujours d’actualité Rencontre autour de la sortie du livre « Quilombos. Communautés d’esclaves insoumis au Brésil ».

Réseaux sociaux

Flux RSS

Abonnez-vous au flux RSS