« Que sommes-nous, nous autres Brésiliens ? Un marché ou une nation ? »

Figure « montante » de la gauche brésilienne, décrit comme « celui qui s’oppose aux multinationales » par le magazine Caros amigos, présent aux côtés d’Hugo Chávez lors du dernier Forum social mondial de Porto Alegre, Roberto Requião, gouverneur du Paraná, estime que le scandale de corruption qui secoue actuellement le gouvernement Lula pourrait porter un coup fatal au PT, le parti dont le président brésilien est issu.
Dans ce contexte, le locataire du palais d’Iguaçu [1] lorgnerait-il sur celui du Planalto [2] à Brasilia ? « Les conditions ne sont pas réunies », explique-t-il, avant d’ajouter, « Pas encore... Et puis, je veux continuer mon travail ici, au Paraná ! ».
Ce petit état du Sud du Brésil est aujourd’hui l’un des seuls endroits où s’organise la lutte contre l’invasion transgénique au Brésil. C’est aussi le lieu prévu pour la création d’une « école d’agroécologie », en partenariat avec Caracas et La Havane... Enfin, avec sa participation active à Telesur [3], le Paraná a fini de se forger un nom parmi les lieux où sont avancés des éléments de réponse à la dérive néolibérale en Amérique latine.
Pourtant, sur des sujets tels que l’agriculture, l’exemple de la révolution bolivarienne ou d’une alternative au capitalisme de marché, Requião reste pragmatique... parfois très !
Détenteur de la carte « numéro 1 » du PMDB [4] au Paraná, ce gouverneur, qui affiche un nationalisme rare au Brésil, semble être présent sur tous les fronts... Il faut dire qu’avec un budget « communication » en hausse de 700% entre 2004 et 2005, il dispose d’un atout majeur pour se rendre visible. Alors « communication » ou vision politique forte ?
Rencontre avec un gouverneur atypique, difficilement « classable » et non sans ambiguïtés... [5]

Voir en ligne : « Que sommes-nous, nous autres Brésiliens ? Un marché ou une nation ? »

[1Résidence officielle du gouvernement du Paraná à Curitiba.

[2Résidence officielle du gouvernement fédéral brésilien.

[3Lire Blanche Petrich, « Telesur, une télévision contre-hégémonique en Amérique latine », Risal, 6 mars 2005.

[4Parti du mouvement démocratique brésilien (centre).

[5Entretien réalisé le 5 août 2005 dans la résidence du gouverneur. Dans un soucis de clarté, la transcription qui suit ne respecte pas forcément le déroulement de l’entretien et ne rend pas compte des hésitations et approximations propres à la langue orale. D’autre part, les questions présentées ici ont été développées de façon à intégrer des éléments de compréhension pour le lecteur. Enfin, les encadrés ne visent qu’à présenter un "contexte". Ceux-ci ne font pas partie de l’entretien à proprement parler.

Agenda

Tous les événements

Suivez-nous

Newsletter

Abonnez-vous à la Newletter d’Autres Brésil !

Inscrivez vous

Entrez votre adresse mail ci-dessous pour vous abonner à notre lettre d’information.
Vous-pouvez vous désinscrire à tout moment envoyant un email à l’adresse suivante : sympa@listes.autresbresils.net, en précisant en sujet : unsubscribe infolettre.

La dernière newsletter

>>> Le festival Brésil en Mouvements commence demain !

Réseaux sociaux

Flux RSS

Abonnez-vous au flux RSS