Printemps brésilien ou manoeuvre de la droite ?

, par Antonio Martins

« Le Brésil n’est pas fait pour les débutants », a déclaré un jour le compositeur Tom Jobim. On entend de nouveau résonner la sagesse de cette phrase chaque jour ces deux dernières semaines. Entre le 6 et le 19 juin, une irrésistible vague de protestations est descendue dans la rue et a fait renaître l’idée que les luttes sociales valent la peine, marquant ainsi l’émergence d’une culture politique de l’autonomie, des réseaux sociaux et de l’horizontalité.
Lire la suite sur Ritimo.org

Annonces