Polémiques autour de l’eau du Nordeste

 | Par Bill Weinberg, RISAL

En 1994, quand, au cours de la deuxième des trois campagnes présidentielles infructueuses auxquelles il a participé, Luiz Inácio Lula da Silva est allé voir la rivière São Francisco, Roberto Malvezzi est parvenu, pendant une pause, à se glisser près de lui. Mieux connu sous le pseudonyme de « Gogo », Malvezzi travaillait, comme aujourd’hui, au sein des commissions de l’Eglise catholique pour la pêche et la terre. En ce temps- là, les militants progressistes comme Gogo pouvaient encore approcher Lula.

Par Bill Weinberg

Gogo demanda au candidat à la présidence ce qu’il pensait du plan de détourner la rivière São Francisco vers certaines régions semi-arides du Nordeste brésilien, projet que caressait son rival Fernando Henrique Cardoso. Gogo lui exposa les incidences sociales et environnementales négatives qu’aurait ce projet technique coûteux. Interrogé aussi à ce sujet par la presse, Lula promit que, s’il était élu, il mettrait sur pied une commission de haut niveau chargée d’étudier les diverses possibilités de rechange.

Avec l’aide de la nature, les militants réussirent à empêcher la réalisation du projet de Cardoso durant les deux fois quatre ans que celui-ci resta au pouvoir. En 2001, une grave sécheresse réduisit le débit de la rivière São Francisco, ce qui fit chuter la production d’hydroélectricité alors que le pays se heurtait déjà à de sérieux problèmes d’approvisionnement à l’échelle nationale. Les fonctionnaires du gouvernement fédéral arrivèrent à la conclusion que le débit n’était pas suffisant pour que la rivière São Francisco puisse à la fois produire de l’hydroélectricité et être détournée vers d’autres régions du Nordeste.

[...]


Consulter notre DOSSIER consacré au détournement du fleuve São Francisco


Voir en ligne : Polémiques autour de l’eau du Nordeste

Agenda

Tous les événements

Suivez-nous

Newsletter

Abonnez-vous à la Newletter d’Autres Brésil !

Inscrivez vous

Entrez votre adresse mail ci-dessous pour vous abonner à notre lettre d’information.
Vous-pouvez vous désinscrire à tout moment envoyant un email à l’adresse suivante : sympa@listes.autresbresils.net, en précisant en sujet : unsubscribe infolettre.

La dernière newsletter

>>> [Dossier Presse] : 7 jours avant le festival de documentaire Brésil en Mouvements - 2 au 4 octobre à Paris

Réseaux sociaux

Flux RSS

Abonnez-vous au flux RSS