Observatoire de la démocratie brésilienne

Depuis le début des années 2010, le Brésil traverse une grave crise économique, sociale et politique. Les événements se sont précipités à partir du mois d’août 2016, avec la destitution de Dilma Rousseff.

Le coup d’État parlementaire a radicalisé la violence dans tous les secteurs de la société, comme en témoigne les chiffres des homicides (61 619 meurtres répertoriés en 2016, selon le rapport de l’ONG Forum brésilien de sécurité publique). Parmi les victimes, de plus en plus de défenseurs des droits : paysan.ne.s dénonçant l’accaparement des terres, peuples autochtones, militant.e.s des causes noires, LGBTi, féministes…

En 2018, la campagne électorale la plus violente de l’histoire récente du Brésil vient de se clôturer par l’élection d’un candidat d’extrême droite, ayant dores et déjà désigné ses bouc-émissaires parmi les minorités et les catégories les plus faibles de la société.

OBJECTIFS

Dans ce contexte, Autres Brésils lance un projet d’Observatoire de la démocratie brésilienne, afin de :

  • Soutenir les mouvements sociaux en internationalisant leurs luttes (relayer leur discours dans la presse internationale).
  • Collecter des données précises pour comprendre et étudier les menaces qui pèsent sur les Mouvements sociaux brésiliens. Aujourd’hui, les informations disponibles autours des violences commises à l’encontre des défenseurs des droits sont éparpillées, quand elles ne sont pas tout simplement inexistantes.

SYNTHESE DE LA PROPOSITION

1. Répertoire des données des mouvements sociaux

Afin d’atteindre les objectifs cités, nous allons mettre en place deux volets d’action. Il s’agira premièrement d’identifier, sur l’ensemble du territoire brésilien, un certain nombre d’acteurs représentatifs des mouvements sociaux (associations, collectifs...) pour pouvoir relayer leurs luttes, campagnes et communiqués auprès d’un public international. Tous les domaines seront répertoriés : peuples autochtones, paysans en lutte, mouvements écologistes, mouvement féministes, antiracistes, LGBTi... Les représentant.e.s d’associations identifiées pour chaque mouvement seront en lien avec l’équipe de l’Observatoire pour relayer leurs campagnes et communiqués. Les documents seront collectés, traduits en français par nos soins et centralisés, dans un premiers temps sur le site internet de l’association Autres Brésils, dans un espace dédié à l’Observatoire.

2. Mise en place d’un réseau de spécialistes des questions politiques et institutionnelles

La production des données sur l’état de la démocratie au Brésil, les violences subies par les populations, les défenseur.e.s des droits et les acteurs et actrices politiques a considérablement avancée ces dernières années. Néanmoins, ces données se retrouvent éparpillées dans les différentes plateformes et sites internet des ONGs, associations, réseaux et groupes de recherches ainsi que dans les différents observatoires en activité aujourd’hui au Brésil.

À partir de l’établissement de partenariats avec ces acteurs de la société civile, nous lancerons un répertoire rassemblant et synthétisant les données produites actuellement sur les violences à l’encontre des défenseurs des droits et les indicateurs de la vie politique brésilienne. Cette base de données sera proposée en libre accès sur le site de l’observatoire ainsi que le lien vers la source originale de chaque information.

Faisant le lien entre la situation politique et institutionnelle du pays et la montée des violences à l’encontre des défenseurs des droits, nous animeront également un réseau de spécialistes (journalistes, politologues, sociologues, juristes...) qui rédigeront chaque mois un bilan de la situation politique et institutionnelle du pays. Ces rapports seront également traduits et publiés sur le site de l’Observatoire. Ils donneront lieux à la publication d’un bilan annuel. L’ensemble de ces éléments sera proposé en libre accès. Une campagne à destination de la presse française et internationale permettra également de diffuser les résultats des bilans.

ORGANISATION

1. Gestion de l’ODB

L’Observatoire de la Démocratie Brésilienne est partie intégrante de l’association Autres Brésils. Il est animé par un salarié de l’association, ainsi que par un Conseil scientifique. Des groupes de travails seront créés pour traiter spécifiquement chacune des thématiques développées.

  • Un salarié à plein-temps : assure la gestion administrative de l’ODB, valide la mise en ligne des articles publiés dans les différents groupes de travail, met en place les différents partenariats auprès de la société civile brésilienne et française.
  • Le Conseil Scientifique : composé des coordinateurs des différents groupes de travail, décide des différentes problématiques qui doivent être traitées et choisit les différents rapports des partenaires qui seront relayés/ traduits / vulgarisés au sein de chaque groupe de travail. Il sélectionne les contributions qui doivent intégrer le rapport annuel.
  • Les groupes de travail : composés de bénévoles de l’association et de personnes mandatées, ils sont chargés de la rédaction et la traduction des dossiers.

2. Structuration

Les analyses publiées par l’Observatoire s’articuleront autour de groupes de travail thématiques. L’objectif d’un groupe de travail est de construire un dossier d’appui au débat, librement consultable et diffusable. Chaque groupe de travail donnera lieu à une rubrique sur le site web de l’ODB, qui seront à leur tour composées de :

  • Travaux originaux rédigés par l’équipe opérationnelle et dirigés par le coordinateur du groupe. Il est envisagé la création de deux volés : un destiné à la publication des synthèses de donnés produits par des groupes de recherche et institutions brésiliennes, autre comportant des analyses produites à partir de ces synthèses de donnés
  • Traductions de rapports produits par les partenaires brésiliens
  • Une veille d’articles de presse liés aux thématiques clés de chaque groupe de travail
  • Un compte-rendu des livres et articles scientifiques parus concernant les sujets traités par l’ODB.

Annonces