Malgré l’oppression, la Capoeira Angola résiste

, par Eduardo Sá

A l’occasion du mois de la conscience noire et de la journée de la culture, rendre hommage à ces dates est un devoir moral et un besoin historique. Dans ce reportage, l’hommage sera rendu à la Capoeira Angola, si présente dans les racines de notre culture.

Par Eduardo Sá – Fazendo media

Photos : Angelo Cuissi

Traduction : Estelle Mairesse


Mestre Manoel Raconte l’histoire et la philosophie de cet art au Brésil. Il explique pourquoi la majorité de la population cultive aujourd’hui de manière équivoque la capoeira comme un sport ou simple loisir en lui donnant une apparence vidée de tous sens et commercialisable. D’ailleurs, cette version a toujours été commode pour les élites et les oppresseurs, depuis la colonisation, en étant un mouvement systématiquement négligé et porteur de résistance non seulement culturelle, mais aussi socio-raciale.

Le Marché banalise la capoeira comme résistance raciale

La Capoeira Angola tire son origine de l’autre côté de l’Atlantique, en Afrique. A l’époque, elle consistait en une lutte entre guerriers pour conquérir leurs femmes dans les tribus des Bantous. La manifestation symbolisait un rite de passage grâce à des chants et rythmes orchestrés autour d’une ronde, raconte le maître Manoel.

Cette essence liée au sacré, culturel et philosophique, est venue avec les esclaves arrivés au Brésil. Néanmoins, à cause de la répression systématique de la puissance occidentale, qui n’a jamais été capable de comprendre sa richesse, le rituel a gagné peu à peu un caractère de résistance, principalement raciale.

Au Brésil, la capoeira a commencé à être pratiquée cachée, comme moyens d’autodéfense face aux cruautés de l’esclavage. Elle a été extrêmement marginalisée par les classes supérieures de la société qui l’ont mythifiée en vagabondage selon ses intérêts particuliers. Le principal pionnier de la lutte pour le respect de la capoeira fut le Maitre Pastinha, à Bahia, qui, à travers ses études, a pu casser les tabous présents dans la société en clarifiant les fondamentaux de cette culture jusqu’alors mal vue et stigmatisée.

[...]



Lire le reportage en entier
 :


Annonces

Suivez Autres Brésils

Newsletter

Inscrivez vous
Entrez votre adresse mail pour vous abonner à notre lettre d’infos.

Vous-pouvez vous désinscrire à tout moment envoyant un email à l’adresse suivante : sympa@listes.autresbresils.net, en précisant en sujet : unsubscribe infolettre

La dernière newsletter :

>>> Appel à dons pour le festival « Brésil en Mouvements » 2019 - 15e édition

Réseaux sociaux

Flux RSS

Abonnez-vous au flux RSS