Le racisme environnemental et climatique dans les favelas de Rio de Janeiro LA JUSTICE ENVIRONNEMENTALE DÉPEND DE LA JUSTICE RACIALE

 | Par Le Monde Diplomatique Brasil

Traduction : Philippe ALDON pour Autres Brésils
Relecture : Du DUFFLES

La crise écologique ne touche pas tout le monde de la même manière. Tout comme les groupes vulnérables sont la cible d’un usage disproportionné de la force par des policiers, ils sont également ceux qui souffrent le plus des impacts du changement climatique et de la crise écologique, notamment en raison du racisme environnemental et climatique.

Le Brésil - et le monde - n’ont jamais connu autant de défis environnementaux et climatiques. Ces dernières années, les biomes ont été confrontés à des pics de déforestation illégale, d’incendies d’origine humaine, d’invasions de terres, d’exploitation minière illégale et d’abattage de bois illicite. À cela s’ajoutent la dégradation de l’environnement et les effets du changement climatique, avec des événements extrêmes de plus en plus intenses et difficiles à prévoir - entre vagues de chaleur, pluies torrentielles, sécheresses prolongées, inondations et glissements de terrain.

La crise écologique touche le milieu rural et les villes brésiliennes, avec des répercussions négatives sur l’économie, les revenus, la santé et le bien-être de la population en général. Et ces dynamiques ne touchent pas tout le monde de la même manière. De la même façon que les groupes vulnérables sont la cible d’un usage disproportionné de la force par les policiers, ce sont aussi ceux qui souffrent le plus des conséquences d’une architecture hostile - mécanismes institutionnels de planification et d’ordonnancement urbains qui engendrent une répartition très inégale - des impacts du changement climatique et de la crise écologique, notamment en raison du racisme environnemental et climatique.

Le racisme environnemental se réfère, par exemple, à l’absence de services et de programmes publics visant à lutter contre la ségrégation socio-spatiale, en plus du racisme structurel qui sous-tend l’élaboration des politiques publiques environnementales urbaines. Souvent, ces politiques ne tiennent pas compte des effets disproportionnés de la dégradation de l’environnement sur les populations souvent confrontées à la pauvreté, comme les Noirs, les peuples autochtones et les communautés traditionnelles. Par conséquent, le racisme exacerbe les inégalités préexistantes, en plus de miner les possibilités de revenus, de sécurité alimentaire et de garantir le bien-être et la dignité de ces populations.

Le racisme climatique est lié, entre autres facteurs, à la répartition inégale des ressources et des capacités d’atténuation et d’adaptation au changement climatique. Il aggrave également les situations de risque préexistantes, notamment dans les contextes de catastrophe. Le rapport "Le coût humain des désastres : une vue d’ensemble des 20 dernières années (2000-2019)" [1] du Bureau des Nations Unies pour la réduction des risques de catastrophes (UNDRR) indique qu’au cours de la période 2000 à 2019, 7 348 catastrophes environnementales majeures se sont produites dans le monde, affectant 4,2 milliards de personnes. Cependant, les recherches montrent qu’après une catastrophe, les gouvernements ont tendance à allouer l’aide d’une manière qui néglige ou désavantage les populations noires, autochtones et à faible revenu.

Dans de nombreux contextes, le cœur du problème réside dans la prise de décision concernant l’allocation des ressources urbaines et, plus généralement, dans les modèles de gouvernance - qui concentrent les ressources dans les régions disposant de meilleures infrastructures et de meilleurs services publics et manquant de participation sociale. Par conséquent, la lutte contre le racisme environnemental et climatique dénonce les mécanismes institutionnels qui excluent les populations touchées de manière disproportionnée par la dégradation de l’environnement et le changement climatique.

À cette tendance s’ajoute le démantèlement des espaces démocratiques de participation : selon une étude du Centre brésilien d’analyse et de planification (CEBRAP), 75 % des comités et conseils nationaux les plus importants pour la participation populaire ont été dissous ou sont en train d’être vidés de leur substance, comme le Conseil national de l’environnement (CONAMA).


Les luttes dans les territoires

De même, la lutte contre le racisme environnemental et climatique s’oppose également à la criminalisation des mouvements sociaux qui luttent pour le territoire. Le rapport "Conflits dans le Brésil rural - 2020", de la Commission pastorale de la terre (CPT), révèle le plus grand nombre jamais enregistrés depuis 1985 de conflits pour la terre, d’invasions de territoires et de meurtres dans des conflits pour l’eau. L’enquête attire l’attention sur les conséquences du racisme structurel, qui invisibilise et réduit au silence - souvent par la violence et la nécropolitique - des voix qui sont fondamentales pour la construction d’un avenir possible.

Ainsi, la série d’entretiens réalisée par LabJaca [2] en partenariat avec Plataforma CIPÓ [3] cherche à combattre ce cycle de silence, afin de documenter et d’amplifier les voix des résidents des communautés de Jacarezinho et de Manguinhos, à Rio de Janeiro, sur leurs expériences et la façon dont ils voient la relation entre le racisme, la dégradation de l’environnement et les effets du changement climatique dans les favelas de Rio.

"Le manque d’eau potable, le manque d’assainissement de base, l’instabilité de l’électricité, le manque de soins de santé de base pendant la pandémie, l’insécurité alimentaire, la rivière polluée... nous voyons que le racisme normalise tout cela ; le racisme environnemental montre très clairement que toutes ces pénuries et tous ces besoins sont dus à un système bien organisé qui est le racisme ". Ana Nascimento, 23 ans, Favela da Cachoeirinha - Complexo do Lins

Ces discussions, qui entremêlent des notions de race, de classe, de genre, d’environnement, de justice et de démocratie, font apparaître des problèmes au niveau local, lorsque les gouvernements dirigent les dommages environnementaux vers les régions périphériques et lorsque, depuis la période coloniale, la (dés)occupation des espaces urbains repose sur la mise en place de politiques sanitaires hygiénistes visant à contrôler certaines couches sociales au nom d’une supposée sécurité de la population dans son ensemble. Un exemple historique emblématique à Rio de Janeiro concerne la destruction, en 1893, du tènement "Cabeça de Porco" [4], une expulsion violente et un possible embryon du processus de bidonvilisation verticale de Rio.

Des problèmes similaires se posent également au niveau international, où les pays les plus riches répercutent souvent les coûts environnementaux de leur production sur les pays les plus pauvres. Par exemple, comme le montre Thomas Naadi dans un reportage pour la BBC [5], le Ghana, déjà connu pour abriter un "cimetière de déchets électroniques", abrite désormais aussi une "décharge à ciel ouvert" - un cimetière des vêtements mis au rebut en provenance des États-Unis et d’Europe. En d’autres termes, des problèmes qui dépassent les frontières en raison des fondements du système capitaliste actuel : racisme et colonialisme, moteurs de l’exploitation et de la dégradation de l’environnement.

Parmi les nombreux exemples que l’on peut citer dans le cas du Brésil, les 1074 favelas situées dans l’État de Rio de Janeiro méritent d’être mentionnées. Selon le rapport Coronavirus dans les favelas : inégalité et racisme sans masque [6], au début de la pandémie de Covid-19, outre l’insécurité alimentaire, bon nombre des 763 favelas de la capitale de l’Etat de Rio de Janeiro ont été privées d’eau pendant plusieurs jours consécutifs. L’insécurité hydrique, qui inclut la contamination de l’eau, ajoutée à l’insécurité sanitaire récurrente dans cette région et dans d’autres régions périphériques, ont été à l’origine du nombre élevé de personnes infectées par le nouveau coronavirus. Ce scénario contribue également à la récurrence d’arboviroses telles que la dengue, le zika, le chikungunya et la fièvre jaune, signalée par le projet #Colabora [7].

"Ici, les inondations se produisent à chaque forte pluie. Les rats sont également une source de problème : ils mordent, j’ai déjà été mordue, et les moustiques sont également porteurs de nombreuses maladies. Une fois, je me suis retrouvée dans les escaliers sous la pluie à pleurer toutes mes affaires emportées par l’inondation". Maria dos Santos, 81 ans, Manguinhos


Vous appréciez notre site ? Aidez-nous à en maintenir la gratuité !
Vous appréciez nos actions ? Aidez-nous à les concrétiser !

Soutenez Autres Brésils Faire un don

Dans le contexte de la favela de Jacarezinho, située dans la zone nord de Rio de Janeiro, où toutes ces insécurités sont également présentes, un cas peu signalé mais très destructeur se détache : le site abandonné de l’ancienne usine d’ampoules électriques General Electric (GE) [8], rempli de matériaux toxiques - comme le mercure, le plomb et l’arsenic - qui contaminent l’air, les eaux souterraines, les structures des bâtiments et les populations environnantes.

Cet exemple illustre une triple exclusion : la première, liée au modèle de développement et d’industrialisation brésilien, puisque, bien que les usines se soient déplacées vers la périphérie, ces régions et communautés finissent par ne pas bénéficier de l’avancement économique et industriel que connaissent les régions centrales ou à hauts revenus. Le second, comme mentionné ci-dessus, est le manque de représentativité des espaces de décision pour changer et prévenir cette réalité. Et enfin, la troisième : l’exclusion de certains groupes du droit à un environnement équilibré. Par exemple, les périphéries ont tendance à souffrir de manière disproportionnée des problèmes générés par la pollution (des études montrent que les enfants des favelas de Rio de Janeiro ont des taux élevés d’asthme, de respiration sifflante et d’autres problèmes respiratoires), ainsi que de la contamination et de la dégradation de l’environnement - des thèmes soulevés par Carolina de Jesus dans « Le Dépotoir ». https://fr.wikipedia.org/wiki/Carolina_Maria_de_Jesus

Aux responsabilités environnementales des usines s’ajoute l’absence de gestion appropriée des déchets solides, qui peuvent contaminer les nappes phréatiques avec des effluents, bloquer les rivières et les systèmes de drainage, provoquer des inondations et des retenues d’eau stagnante, aggravant ainsi la propagation des maladies dans les communautés périphériques.

Ces impacts ont également une incidence sur la régulation du climat mondial, car les processus impliquant des déchets peuvent émettre des gaz à effet de serre (GES) : la décomposition des matières organiques libère du méthane, tandis que la combustion incontrôlée de certaines matières produit du dioxyde de carbone, deux gaz responsables de l’intensification de l’effet de serre. Les décharges à ciel ouvert, comme celle de la favela de Rocinha, également à Rio de Janeiro, représentent un grand risque pour la santé collective et l’environnement.

L’aggravation du changement climatique et les crises de la dynamique urbaine se nourrissent mutuellement. Dans les favelas de la capitale Rio de Janeiro, les décès, les accidents et les déplacements forcés causés par les fortes pluies, les tempêtes de vent et les glissements de terrain sont déjà fréquents. C’est dans ce contexte qu’apparaît la catégorie des migrants environnementaux et climatiques, qui ne bénéficient toujours pas d’une protection juridique et de politiques publiques visant à leur venir en aide.

"La crue de 1966 est quelque chose qui m’a vraiment touché : beaucoup de gens ont été blessées lors de la crue dévastatrice de cette rivière. Cette rivière, que vous voyez ici, a tué une famille entière, la famille de mon ami. Et ce n’est pas la première fois que cela se produit, nous avons déjà perdu de nombreuses personnes dans cette rivière". Rumba Gabriel, 67 ans, Jacarezinho

Consciente des impacts différenciés que la dégradation de l’environnement et le changement climatique ont sur certaines populations, la société civile a exigé que la question du racisme environnemental et climatique reçoive une plus grande attention de la part des décideurs aux niveaux local et mondial. Lors de la COP26, à Glasgow, en Écosse, des leaders noirs, autochtones et jeunes ont souligné l’urgence de promouvoir la justice climatique et de lutter contre le racisme environnemental. À l’ouverture de la conférence, la jeune femme autochtone Txai Suruí [9], de Rondônia, a mis en garde contre l’urgence de changements immédiats, avec la participation essentielle des peuples autochtones : "Nous devons emprunter une autre voie avec des changements courageux et globaux. Ce n’est pas 2030 ou 2050, c’est maintenant ! Douglas Belchior, cofondateur de la Coalition noire pour les droits, qui participait pour la première fois à une COP, a déclaré : "L’impact socio-environnemental est encore plus agressif dans les populations quilombolas et noires des périphéries (...) Nous parlons d’un nouveau colonialisme, mais maintenant peint en vert".

Quelques semaines avant la Conférence sur le climat, le gouvernement de Jair Bolsonaro avait rejeté le terme de "racisme environnemental" lors d’une réunion du Conseil des droits de l’homme de l’ONU, alors que cette question est directement liée aux principaux programmes de développement mondiaux, notamment l’Agenda 2030, dont les 17 Objectifs de développement durable (ODD) comprennent des cibles de réduction des inégalités, de préservation de l’environnement et de promotion de la justice et de l’action climatique.

Bien qu’historiquement exclus des espaces de décision locaux et mondiaux, les connaissances et l’expérience des populations noires et autochtones sont des sources de savoir, de conduite et de mobilisation. Il est urgent que les politiques publiques en matière d’environnement, de climat et d’urbanisme donnent la priorité à la participation, aux expériences, aux demandes et aux réalités locales de ces groupes. Un pas important dans cette direction serait la ratification et la mise en œuvre de l’Accord d’Escazú, instrument international visant à promouvoir l’accès à la justice environnementale et la participation de la société civile aux processus décisionnels sur les questions environnementales, tout en contribuant aussi à assurer la sécurité des défenseurs des droits de la terre, de l’environnement et du climat.

"Pendant la pandémie, des collectifs ont apporté aide et assistance aux résidents alors que la communauté entière n’avait aucun soutien de l’État, pas même la sécurité alimentaire. Depuis le début de la pandémie, mon collectif, l’Institut pour le développement socioculturel et économique des favelas - DESCE FAVELA, a mené des actions de sécurité alimentaire en distribuant des paniers. C’était la seule manière pour les gens d’avoir un peu de nourriture chez eux, car les habitants des favelas, non seulement du Complexo do Lins, mais aussi de Rio de Janeiro, vivent dans une énorme insécurité financière". Ana Beatriz Nascimento, 23 ans, Favela da Cachoeirinha - Complexo do Lins

Sans une sensibilisation de la population et des décideurs au racisme environnemental et climatique, et en l’absence de politiques publiques inclusives, des problèmes tels que ceux rencontrés par Ana Beatriz Nascimento, Maria dos Santos et Rumba Gabriel, résidents de Manguinhos et Jacarezinho, persisteront. C’est pourquoi Plataforma CIPÓ et LabJaca cherchent à amplifier leurs voix. La justice environnementale et climatique ne sera possible qu’avec la justice raciale.

Gabrielle Alves est chercheuse à Plataforma CIPÓ et Mariana de Paula est responsable financière et opérationnelle à LabJaca.

Suivez-nous

Newsletter

Abonnez-vous à la Newletter d’Autres Brésils !

Inscrivez vous

Entrez votre adresse mail ci-dessous pour vous abonner à notre lettre d’information.
Vous-pouvez vous désinscrire à tout moment envoyant un email à l’adresse suivante : sympa@listes.autresbresils.net, en précisant en sujet : unsubscribe infolettre.

La dernière newsletter

>>> [Festival Brésil en Mouvements 18ème édition] L’affiche est arrivée !

Réseaux sociaux

Flux RSS

Abonnez-vous au flux RSS