Belo Monte : Lula au pied du mur (3/6) Depuis sept ans, les riverains n’ont ni rivière, ni poisson, ni énergie

 | Par Sumaúma

Le 22 juin 2010, le président Lula, alors dans son second mandat, s’est rendu à Altamira, dans l’État du Pará, et a prononcé un discours controversé dont la région se souvient encore. Lula a défendu la construction de l’Usine hydroélectrique de Belo Monte, qui inonderait une partie de la ville, noierait des îles, affecterait les peuples autochtones, assécherait la Volta Grande de la Xingu et expulserait quelque 55 000 personnes de leurs maisons, certaines d’entre elles appartenant à des communautés traditionnelles de la forêt. Aujourd’hui, près de 13 ans après ce discours, alors que Lula est au début de son troisième mandat, les faits et les preuves abondent pour affirmer que Belo Monte est un « crime de folie ».

Par Helena Palmquist _ Aussi disponible en anglais ici
Traduction pour Autres Brésils : Du DUFFLES
Relecture : Philippe ALDON

Autres Brésils propose une traduction par semaine, choisie par l’équipe éditoriale de Sumaúma. Pour mieux connaître Sumaúma voir en fin d’article

Il est facile de comprendre pourquoi la pêche était l’une des principales activités économiques dans les municipalités touchées par Belo Monte — Altamira, Vitória do Xingu, Senador José Porfírio, Brasil Novo et Anapu. « Xingu était notre mère », disent de nombreux pêcheurs de la région lorsqu’il s’agit de parler de l’impact de l’usine sur leur vie. Ce n’est plus le cas aujourd’hui. L’impact des barrages sur la pêche a été nié pendant de nombreuses années par les autorités et Norte Energia, sur la base de méthodes de mesure remises en question par les scientifiques. Finalement, cet impact a été officiellement reconnu par l’IBAMA en 2019.

Janvier 2023 : des pêcheurs font la queue dans le centre d’Altamira pour le programme de « réparation » de Norte Energia : 20 mille réaux pour sept années de pertes.
Photo : Soll Sousa/SUMAÚMA

Dans le Pará, le MPF, qui a déjà intenté 29 actions en justice pour contester l’autorisation et les impacts de l’usine, affirme qu’il n’y a plus de controverse quant aux graves dommages causés par l’endiguement de la rivière Xingu aux stocks de poissons et à l’activité de la pêche dans la région. Les inondations ont décimé les forêts d’igapó dans la zone du réservoir et le détournement de l’eau dans la région de Volta Grande de la Xingu a empêché les espèces de poissons de frayer et de se nourrir, ce qui a considérablement réduit les revenus des pêcheurs.

Norte Energia a finalement elle-même reconnu les dommages l’année dernière, invitant environ 2 000 pêcheurs à s’enregistrer pour recevoir la somme de 20 000 réaux pour les dommages subis. La proposition a suscité la révolte principalement en raison du montant, dérisoire au regard de sept années de pertes économiques, du faible nombre de pêcheurs reconnus (on estime qu’il pourrait atteindre 7 000) et de l’obligation de s’enregistrer en tant que pêcheur, ce qui est inaccessible, en particulier pour les riverains et les populations autochtones qui vivent de la pêche de subsistance.

Malgré cela, convoqués par l’entreprise à se présenter dans une école du centre d’Altamira, par ordre alphabétique, des pêcheurs de différentes communautés éloignées se sont rendus sur place le premier jour de l’inscription, le 16 janvier. Beaucoup d’entre eux ont raconté être affamés et vivre de dons, sans électricité par manque d’argent pour payer les factures. Ils ont également signalé la disparition de nombreuses espèces de poissons, les plus appréciées et les plus prisées commercialement, comme le pacu-de-seringa, le matrinxã et le curimatá. Les pertes économiques accumulées sont sévères dans une région où, il y a quelques années, la pêche garantissait une vie confortable et l’autonomie des pêcheurs, des riverains et des populations autochtones.

L’entreprise n’a pas autorisé la presse à accompagner la première journée des inscriptions, mais à l’extérieur, nous avons pu nous entretenir avec Orlando de Oliveira Queiroz, l’un des plus anciens habitants de la région de Volta Grande. Il attendait sa femme, qui était venue s’inscrire. « Pour nous, qui sommes nés et avons grandi ici, tout est fini », a-t-il déclaré. « Il n’y a plus de rivière, le barrage a ruiné le reste, et ils veulent encore construire sept autres barrages pour emprisonner l’eau ».

« Pour nous, tout est fini », a déclaré Orlando Pescador, en attendant que sa femme s’inscrive au programme de « réparation ».
Photo : Soll Sousa/SUMAÚMA

Lui qui, dans un pays où les pêcheurs sont si nombreux, a été surnommé Orlando Pescador (Orlando le pêcheur), faisait référence à un projet présenté par Norte Energia à l’IBAMA qui, une fois de plus, menace la population d’expulsion. La proposition prévoit ce que l’on appelle des « seuils », autrement dit des barrages plus petits, sept au total, qui sont censés réduire les dommages causés par le détournement de l’eau de la région de Volta Grande. Selon le projet, les seuils créeraient des zones d’inondation, permettant aux poissons de se nourrir et à la vie aquatique de se reproduire dans les forêts d’igapó. Toutefois, l’IBAMA a déjà déclaré que ces seuils ne serviraient pas à cette fin. Orlando Pescador ne le sait pas encore, mais comme il vit très près de la zone où les seuils seraient construits, il pourrait être expulsé de force de l’île où il vit depuis plus de 40 ans. Si l’IBAMA approuve les sept nouveaux barrages, le projet prévoit l’expulsion de sept familles de la région.

Infographie : Rodolfo Almeida/SUMAÚMA

En août 2022, lors d’une audition publique, le pêcheur Raimundo Gomes, connu sous le nom de Raimundo Berro Grosso, a déclaré qu’il avait traversé tant de difficultés que sa santé en était affectée :

Tout d’abord, ces organismes publics doivent nous considérer comme des êtres humains. J’ai vécu toute ma vie sur la rivière Xingu et aujourd’hui je ne peux plus pêcher parce qu’il n’y a plus de rivière. Norte Energia en a fini avec nos espèces, avec nos îles et nos plages, avec nos loisirs et enfin, avec les pêcheurs. Il faut que les autorités se lèvent de leur banc et obligent Norte Energia à payer ce à quoi nous avons droit. Les familles vivent dans l’obscurité, cuisinent avec des bouts de bois, parce qu’elles ne peuvent pas payer la facture de l’électricité ou du gaz. Beaucoup de gens sont privés d’énergie depuis plus d’un an.

Dans un communiqué, Norte Energia nie avoir changé de position concernant les impacts de Belo Monte sur la pêche. L’entreprise affirme que les impacts sur la faune piscicole étaient prévus et qu’elle mène des actions d’atténuation destinées aux pêcheurs depuis 2017, « lorsque, durant un séminaire technique avec l’agence environnementale [IBAMA], il a été défini que, pour une réalisation plus effective de l’atténuation et de la compensation proposées, une enquête détaillée de la catégorie et de la chaîne de pêche dans la zone d’influence du projet était nécessaire. »

L’entreprise affirme que c’est à partir de cette enquête que le nombre de pêcheurs à indemniser a été fixé à 1 976. Dans la même note, Norte Energia reconnaît que, suite à un avis de l’IBAMA, elle a été obligée de payer une compensation pour les pertes de pêche et que le montant proposé « tient compte de la valeur équivalente à l’assurance payée par le gouvernement pendant la période de piracema [1], lorsque la pêche est interdite ».

Dans le RUC Laranjeiras, les familles s’enferment la nuit pour se protéger de la violence.
Photo du 13 janvier 2023 : Soll Sousa/SUMAÚMA

Le montant de la facture d’électricité, établie par le concessionnaire Equatorial Energia, qui gère le service après la privatisation de la distribution d’électricité dans le Pará en 1998, est une plainte récurrente dans toutes les communautés, urbaines et rurales. Dans le RUC Laranjeiras, où une partie des personnes expulsées par la construction du barrage hydroélectrique ont été déplacées, les factures d’électricité s’élèvent à 120, 170 et même 200 réaux, y compris dans les maisons où il n’y a qu’un ventilateur, un réfrigérateur, un téléviseur et quelques ampoules. Expulsées par Belo Monte de leurs maisons et de la rivière, les victimes du barrage hydroélectrique paient l’une des factures d’énergie les plus chères du pays.

Dans un communiqué, Equatorial Pará a déclaré que chaque facture devrait être analysée individuellement pour que le montant puisse être expliqué. « Cependant, certains facteurs tels que les fuites d’énergie et les appareils en mauvais état peuvent contribuer à l’augmentation de la consommation », a-t-il été affirmé.

Dans une ville baignée par la rivière Xingu, il y a une pénurie d’eau constante ; les voisins de Belo Monte paient l’une des factures d’énergie les plus chères du pays. La facture date de juin 2022.
Photo de mars 2023 : archives personnelles

Des riverains sans rivière

La population riveraine de la Xingu est loin d’avoir obtenu réparation, reconnue seulement en 2018 par l’IBAMA, après une forte pression de la part des populations affectées. Après l’expulsion des familles et face à l’absence de modèle de réinstallation compatible qui leur était destiné, un long processus de reconnaissance des impacts sur le mode de vie de cette population traditionnelle a débuté en 2015. « Diálogos Ribeirinhos » (« Dialogues riverains ») était le nom de l’espace interinstitutionnel créé pour proposer des solutions avec la participation d’agences publiques et de l’Université fédérale du Pará (UFPA). En juin 2016, le MPF a lancé une demande de soutien à la Société brésilienne pour le progrès scientifique (SBPC) afin de réaliser une étude sur les populations riveraines expulsées de la Xingu, dans le but de proposer des mesures de réparation étayées, capables d’assurer la reproduction de leur mode de vie. Le résultat a été transformé en un livre intitulé A Expulsão de Ribeirinhos em Belo Monte (« L’expulsion des riverains à Belo Monte »), organisé par les anthropologues Manuela Carneiro da Cunha, professeure émérite de l’Université de Chicago et professeure retraitée de l’Université de São Paulo, et Sônia Magalhães, l’une des plus grandes spécialistes des impacts de Tucuruí, vice-présidente de l’Association brésilienne d’anthropologie et professeure à l’UFPA.

L’effet le plus important de ce mouvement a été la création du Conselho Ribeirinho (« Conseil riverain »), un espace permettant aux communautés de s’organiser afin de faire pression pour la reconnaissance de leurs droits et pour le retour sur les rives de la Xingu. Nous avons rencontré Rita Cavalcante, l’une des membres de ce conseil, dans la file d’attente du bureau d’enregistrement des pêcheurs, le 16 janvier. Bien que l’initiale de son prénom soit R, elle s’était présentée à la date prévue pour les prénoms commençant par la lettre A. La veille, elle avait reçu un appel téléphonique d’un employé de Norte Energia lui demandant de représenter son mari, Alberto Benício da Silva, mort il y a trois ans, sans avoir vu ni reassentamento à Beiradão ni compensation pour les dommages causés à la pêche.

Sur les 322 familles qui devraient retourner sur les rives du réservoir de la Xingu, le Conseil riverain indique que seules 36 ont été réinstallées jusqu’à présent. Les autres sont toujours à la périphérie d’Altamira, attendant de retrouver la rivière et leur mode de vie, et nombre d’entre elles connaissent la faim pour la première fois. Leur seul soutien est le montant de 900 réaux par mois versé par Norte Energia. Cette somme ne suffit pas à couvrir les coûts de la vie en ville, loin de la rivière. La lenteur du processus de reassentamento et l’angoisse de voir leur vie en suspens pendant tant d’années ont conduit beaucoup d’entre eux à la maladie et à la mort. D’autres ont tout simplement abandonné.

Une génération d’enfants riverains est déjà devenue adolescente dans les périphéries d’Altamira, grandissant à l’écart de la rivière, exposée à toutes sortes de violences. Il est important de rappeler qu’une grande partie des familles riveraines ont été expulsées de la rivière Xingu par un processus au cours duquel les chefs de famille ont signé de leurs doigts des documents qu’ils n’étaient pas capables de lire, sans assistance juridique garantie par l’État et sous la forte coercition de l’entreprise et de son équipe d’avocats. Le Bureau du défenseur public de l’Union n’est arrivé à Altamira qu’en janvier 2015, presque à la fin de cette manœuvre, caractérisée par la violation des droits fondamentaux, et à la suite de pressions exercées par le MPF.

« On nous a même menacés pour que nous quittions notre logement sur les rives de la rivière Xingu », raconte la conseillère Rita, qui se souvient du moment où un radeau loué par Norte Energia a parcouru les îles et les rives de la Xingu avec des machines pour démolir et incendier les maisons des riverains. Les habitants l’appelaient le « radeau de la démolition » et le regardaient avec horreur se déplacer sur la rivière. « Après toutes ces luttes, nous attendons toujours de pouvoir y retourner », explique-t-elle. « L’entreprise se fait un devoir de dire à tout le monde qu’il n’y a rien à faire, elle accroît les difficultés, elle fait vraiment peur, et cela fait que beaucoup de gens ont renoncé à leur droit au territoire riverain ».

SUMAÚMA a interrogé Norte Energia sur la situation des riverains. L’entreprise affirme qu’ils ont déjà bénéficié de reassentamentos dans la zone urbaine d’Altamira : « Le retour de ces familles sur les rives du réservoir est le résultat d’un dialogue entre l’entreprise et le MPF, le Conseil riverain et d’autres parties prenantes, et fait partie d’une liste d’engagements pris par Norte Energia dans le cadre du processus d’autorisation environnementale ». Ainsi, par respect et attention pour le concept de ce mode de vie traditionnel avec double habitation, dont l’une sur la rive, en relation directe avec la pêche artisanale, les activités de subsistance et l’extractivisme, Norte Energia met en œuvre le processus de retour des familles riveraines aux points situés dans la zone de préservation permanente (APP) du réservoir, avec le suivi de l’IBAMA ainsi que celui du Conseil communautaire des riverains et de son respectif groupe d’appui. L’entreprise indique également qu’elle attend l’émission de la Déclaration d’utilité publique (DUP), un instrument juridique qui permet l’achat de zones pour l’assentamento des familles sur les rives de la rivière.

L’IBAMA conteste le nombre de familles réinstallées communiqué par le Conseil riverain et informe que 121 familles ont déjà été réinstallées autour du réservoir du Xingu. « Les dispositions pour la reassentamento des 201 familles restantes sont en cours, mais aucune date n’a été fixée pour l’achèvement de cette opération », indique la note du service de presse de l’organisme chargé de l’octroi des licences.

[article 3/6]


Si vous avez trouvé ce contenu important pour la vie des générations futures, soutenez SUMAÚMA, afin que nous puissions faire plus dans les prochaines éditions. https://apoia.se/sumaumajornalismo

Voir en ligne : A hora é agora : Lula terá que decidir sobre Belo Monte

Des centaines d’arbres morts composent le paysage du cimetière de la nature dans le réservoir de Belo Monte.
Photo de janvier 2023 : Soll Sousa/ SUMAÚMA

[1« Le mot piracema vient de la langue tupi et signifie “la remontée du poisson”. Tous les ans, certaines espèces de poissons remontent le courant à la recherche de zones de reproduction et d’alimentation adéquates. » La pêche étant interdite, la Loi 8287 du 20/12/1991 prévoit une allocation chômage pour les pêcheurs artisans.

Agenda

L'équipe d'Autres Brésils est en train de préparer de nouveaux événements... restez attentifs !

Tous les événements

Suivez-nous

Newsletter

Abonnez-vous à la Newletter d’Autres Brésils
>
Entrez votre adresse mail ci-dessous pour vous abonner à notre lettre d’information.
Vous-pouvez vous désinscrire à tout moment envoyant un email à l’adresse suivante : sympa@listes.autresbresils.net, en précisant en sujet : unsubscribe infolettre.

La dernière newsletter

>>> En 2024, Autres Brésils reprend le projet Lutte contre les discriminations

Réseaux sociaux

Flux RSS

Abonnez-vous au flux RSS