Le Mouvement Mangue Beat, le mélange des genres, version brésilienne

, par Paula Tesser

Parler de musique du Brésil n’est pas une mince affaire. Tout d’abord parce qu’on ne peut pas parler de « la » musique brésilienne mais plutôt « des » musiques brésiliennes. Car le Brésil a produit sans aucun doute l’une des cultures musicales les plus riches et les plus variées au monde.

Par Paula Tesser - 18 janvier 2001

Le Brésil et ses musiques

Deux raisons principales pourraient expliquer ce phénomène :

Premièrement, parce que les musiques du Brésil résultent d’un mélange culturel, où les expressions musicales sont avant tout métissées, résultat du mélange des procédés syncrétiques issu de la formation tri-ethnique. Elles sont le résultat d’une forte expression émotionnelle entre trois cultures qui donnent naissance à la culture brésilienne. Car ces trois cultures ne sont plus vraiment authentiques, elles se sont diluées au fil de ces cinq siècles, pour n’en faire qu’une, la culture brésilienne.

Du point de vue musical, le métissage culturel s’exprime soit par la prédominance de certains instruments, de divers genres musicaux, et de leurs fonctions sociales, soit par les pratiques mélodiques, harmoniques ou rythmiques, typiques dans chaque tradition. On attribue les divisions ternaires de la mesure pour ce qui est d’origine ibérique, et binaire pour les genres de caractère afro-brésilien. Il est courant au Brésil de faire une distinction entre les musiques luso-brésiliennes et afro-brésiliennes, et de les localiser respectivement dans le Sud et le Sud-Est et le Nord et le Nord-Est. Mais la plupart des chansons traditionnelles sont d’origine et de style européen, à l’exception des chants rituels des cultes afro-brésiliens.
Toutefois il y a de nombreux exemples de superposition de ces traditions et ce mélange est tellement imbriqué qu’il serait une erreur de vouloir isoler les caractéristiques de certaines traditions musicales et leur attribuer une origine « pure » dans l’une des trois branches culturelles : amérindienne, ibérienne et africaine.

La seconde raison qui fait que la musique soit si riche au Brésil, qu’il existe autant de genres différents, c’est que la musique fait partie de tous les moments de la vie quotidienne. De tous les arts, la musique est celui qui est le plus consommé et vécu par la population. La musique accompagne la vie sociale des brésiliens dans toute sa diversité.
Les Brésiliens prennent leurs musiques très au sérieux, que ce soit en tant que compositeurs, interprètes ou, pour la plupart, auditeurs-consommateurs. La musicalité du peuple brésilien est un phénomène national par excellence. Que ce soit dans les places, les salles de concert, les processions, les réunions politiques, les évènements sportifs, les fêtes religieuses ou profanes, la musique est une nécessité fondamentale et constante de la vie sociale au Brésil. Il est très courant que les gens se retrouvent autour de quelques instruments, même improvisés comme une simple boite d’allumette, pour chanter, danser. Dès qu’il se fait un certain rassemblement, la musique apparaît comme l’élément par essence de la socialité entre les individus.

[...]


Lire le texte en entier :

CEAQ


Annonces

Suivez Autres Brésils

Newsletter

Inscrivez vous
Entrez votre adresse mail pour vous abonner à notre lettre d’infos.

Vous-pouvez vous désinscrire à tout moment envoyant un email à l’adresse suivante : sympa@listes.autresbresils.net, en précisant en sujet : unsubscribe infolettre

La dernière newsletter :

>>> Appel à dons pour le festival « Brésil en Mouvements » 2019 - 15e édition

Réseaux sociaux

Flux RSS

Abonnez-vous au flux RSS