Le Brésil rejette la proposition des USA de lutte contre le « terrorisme »

, par Maurício Thuswohl

Présentée lors d’une réunion de l’Organisation des États Américains (OEA), la proposition des États-Unis cible les Farc et prévoit la création d’un système de sécurité régional contre le terrorisme. Malgré la pression américaine, l’OEA condamne l’invasion du territoire de l’Équateur par la Colombie.

Source : Carta Maior – 18 mars 2008

Traduction : Caroline Sordia pour Autres Brésils

Après son rôle clef dans l’apaisement du degré de tension militaire entre la Colombie, l’Équateur et le Venezuela ces derniers jours, le gouvernement brésilien a réitéré sa position en faveur du renforcement de la souveraineté des pays sud-américains, lors d’une réunion extraordinaire de l’Organisation des États Américains (OEA) terminée à l’aube du mardi 18 mars. Invoquant les principes établis par l’ONU, le Brésil a refusé la proposition des Etats-Unis de création d’un système de sécurité régional de lutte contre le terrorisme.

La proposition des USA a été soulevée à l’OEA par le sous-secrétaire d’État John Negroponte. Au nom de la « lutte contre le terrorisme sur le continent américain », il a présenté les grandes lignes d’un système de sécurité régional qui prévoit, entre autres, des « actions conjointes contre les terroristes », ce qui présuppose une certaine flexibilité quant au déploiement de troupes à travers les frontières. La proposition cible les Forces Armées Révolutionnaires de Colombie (Farc) qui, jusqu’à présent du moins, sont considérées par les USA comme la principale « organisation terroriste » sur le continent.

Lors de sa visite au Brésil la semaine précédente, la supérieure hiérarchique de Negroponte, la secrétaire d’État Condoleezza Rice, avait déjà tenté, sans succès, de convaincre le gouvernement brésilien d’embrasser la proposition du système régional de lutte contre le terrorisme : « Les frontières ne peuvent servir de refuge à des terroristes qui vont ensuite tuer des civils innocents », avait dit Condoleezza, lors de sa conversation avec le président Luiz Inácio Lula da Silva et le ministre des Affaires étrangères Celso Amorim.

Cependant, Condoleezza a obtenu pour réponse de ses interlocuteurs que la souveraineté des nations et l’inviolabilité des frontières sont des préceptes fondamentaux. Elle a également entendu que bien qu’elles ne reçoivent aucun soutien de la part du gouvernement brésilien, les Farc ne sont pas considérées comme une organisation terroriste par le Brésil.

[...]


Lire le texte en entier :


Annonces

Suivez Autres Brésils

Newsletter

Inscrivez vous
Entrez votre adresse mail pour vous abonner à notre lettre d’infos.

Vous-pouvez vous désinscrire à tout moment envoyant un email à l’adresse suivante : sympa@listes.autresbresils.net, en précisant en sujet : unsubscribe infolettre

La dernière newsletter :

>>> Autres Brésils recrute !

Réseaux sociaux

Flux RSS

Abonnez-vous au flux RSS