Le Brésil et le difficile chemin vers le multilatéralisme

 | Par Raúl Zibechi, RISAL

La montée du Brésil comme puissance régionale, qui renforce les tendances au multilatéralisme, se heurte à plusieurs obstacles tant à l’échelle régionale que nationale. Outre les limites que lui impose la superpuissance, les Etats-Unis, les voisins sud-américains se méfient de ce qu’ils considèrent être des tendances hégémoniques de la plus puissante nation du sous-continent [sud-américain]. Les problèmes intérieurs d’un pays qui a gagné le « championnat du monde de l’inégalité », se transforment aussi en limites à son aspiration à peser sur la scène internationale.

Il y a un siècle le baron de Rio Branco, le ministre des Affaires étrangères qui dessina la politique extérieure de son pays pour le XXe siècle, affirma que « le Brésil ne doit pas se contenter de ce qu’il a déjà accompli, mais doit arriver de façon hégémonique jusqu’au Pacifique ». Cinquante ans plus tard, le principal stratège du pays, le général Golbery do Couto e Silva, allait dans le même sens : « Pour le Brésil à l’heure actuelle il n’y a qu’un seul chemin : s’étendre ou périr » [1]. Au début du XXIe siècle, la nation la plus puissante d’Amérique du Sud est sur le point de réaliser son rêve géostratégique, non par la conquête militaire mais par de grands travaux d’intégration régionale et l’expansion de ses principales entreprises ; de plus, sa participation à la tête d’une importante mission de paix lui permettrait d’être enfin reconnue comme une puissance mondiale, ce qui peut se traduire par un siège permanent au Conseil de sécurité de l’ONU.

Le Brésil s’étend en mettant à profit les vides que les Etats-Unis et les entreprises multinationales du Nord sont en train de laisser, profitant de la délégitimation du Consensus de Washington [2] qui est en train de permettre l’accès au gouvernement de plusieurs pays à des forces progressistes et de gauche. Cependant, la consolidation du Brésil comme puissance régionale et mondiale -tout en renforçant le multilatéralisme- soulève des inquiétudes chez ceux qui sentent que sa progression irrésistible peut provoquer de nouveaux déséquilibres sur le sous-continent.

La présence militaire [brésilienne] en Haïti est perçue comme un bon exemple de ces contradictions. Les presque dix mille effectifs présents sur l’île (7 500 soldats et 1 897 policiers de 22 pays) sous commandement brésilien, sont peut-être l’avancée la plus sérieuse sur le plan militaire vers l’ouverture d’une brèche dans la domination de Washington sur la région, si la mission s’avère être un succès. Mais cette présence militaire n’est pas exempte de critiques, surtout dans les pays du cône Sud qui participent de façon significative à la mission, dont plusieurs analystes soutiennent qu’elle favorise l’hégémonie états-unienne.

[...]

Voir en ligne : Le Brésil et le difficile chemin vers le multilatéralisme

[1Golbery do Couto e Silva, op. cit. p. 66.

[2[NDLR] « L’expression « consensus de Washington » est dû à J. Williamson (1991). Ce dernier recense dix mesures, qui demeurent d’actualité, appliquées aux PED et constituant le paradigme à partir duquel les politiques de développement sont pensées depuis une vingtaine d’années.
1. la discipline budgétaire. Les déficits budgétaires engendrent inflation et fuite des capitaux ; 2. la réforme fiscale. Le système fiscal doit tendre à avoir l’assiette la plus large et des taux marginaux de prélèvement modérés ; 3. la politique monétaire doit conduire à des taux d’intérêt positifs et rémunérateurs en termes réels. Les taux doivent être réglementés pour décourager la fuite des capitaux et stimuler l’épargne ; 4. le taux de change doit être flexible, compétitif et favoriser l’accumulation d’excédents commerciaux ; 5. la politique commerciale. Ouverture et libéralisation des importations. Les restrictions quantitatives doivent être éliminées et les droits de douane modérés ; 6. l’investissement direct étranger ne doit subir aucune entrave à l’entrée (politique d’attractivité) ; 7. la privatisation ; 8. la dérégulation : levée des différentes réglementation sur l’investissement, les prix, le crédit... et suppression des rentes de situations ou institutionnelles ; 9. la suppression des subventions publiques aux activités productives au profit des seules activités sociales et éducatives ; 10. la promotion des droits de propriété. »
Extrait de Mehdi Abbas « La CNUCED XI : du consensus de Washington au consensus de Sao Paulo ? » (PDF), Chronique n°21, Observatoire des Amériques, juillet 2004.

Agenda

Tous les événements

Suivez-nous

Newsletter

Abonnez-vous à la Newletter d’Autres Brésil !

Inscrivez vous

Entrez votre adresse mail ci-dessous pour vous abonner à notre lettre d’information.
Vous-pouvez vous désinscrire à tout moment envoyant un email à l’adresse suivante : sympa@listes.autresbresils.net, en précisant en sujet : unsubscribe infolettre.

La dernière newsletter

>>> [Dossier Presse] : 16e édition du festival de documentaire Brésil en Mouvements - 2 au 4 octobre à Paris

Réseaux sociaux

Flux RSS

Abonnez-vous au flux RSS