« Le Brésil entier est une terre indigène, c’est un pindorama. Nous devons être vaccinés », dit Vanuza Kaimbé

L’image de Vanuza Costa Santos, 50 ans, de l’ethnie Kaimbé, a parcouru le Brésil et le monde après qu’elle a été la première personne autochtone du pays à être vaccinée contre le coronavirus, le 17 janvier, à São Paulo. Infirmière technicienne et également assistante sociale, elle vit dans un village multiethnique de Guarulhos, à 20 kilomètres de la capitale et qui est majoritairement composé de personnes du Nord-Est. Bien qu’ils fassent partie du groupe de vaccination prioritaire, au moins 380 000 autochtones brésiliens ont été exclus du plan national de vaccination parce qu’ils ne vivaient pas dans des territoires délimités. « Je suis une personne qui est signataire des lois, j’ai lu la Constitution et il n’y a aucune disposition qui dit que l’indigène cesse d’être indigène lorsqu’il quitte son village. Le Brésil entier est une terre indigène, le Brésil est pindorama [1]. Nous devons être vaccinés », dit Vanuza dans une interview avec Amazônia Real

Dimanche (17), le Coletivo Indígenas do Amazonas a lancé une mobilisation nationale pour faire pression sur les autorités sanitaires afin d’étendre la couverture vaccinale prioritaire. Après que Vanuza Kaimbé a reçu la dose de vaccin, les gouverneurs des autres États se sont empressés d’immuniser également les premiers peuples autochtones de leurs territoires. En Amazonie, Vanda Ortega, de l’ethnie Witoto, a été la première personne à être vaccinée. Ronoré Gavião, 105 ans, a été le premier autochtone à être vacciné au Pará. Dimanche, peu de temps après la vaccination de l’infirmière Mônica Calazans et de Vanuza Kaimbé, le ministre de la Santé, le général Eduardo Pazuello, a accusé le gouverneur de São Paulo, João Doria, de vouloir faire de la publicité. « L’un fait le marketing qui sauve et l’autre fait le marketing qui tue », compare Vanuza. Découvrez les principaux extraits de l’entretien avec Vanuza Kaimbé.

Infirmière Autochtone Vanuza Costa Santos a été vaccinée contre la Covid-19
© Governo do Estado de São Paulo

Amazônia Real - Comment avez-vous appris que vous seriez la première autochtone à être vaccinée ?

Vanuza Kaimbé - Je savais que j’obtiendrais le vaccin, mais je crois que j’ai été appelée en raison des répercussions de la lutte dans laquelle je me suis engagée, en raison de mon militantisme. Vendredi 15 janvier, un conseiller du Département de la Santé et une autre personne de Butantan [2] m’ont appelé et m’ont demandé si j’étais d’accord. J’ai répondu que ce serait un honneur, que j’attendais d’être vaccinée depuis longtemps. Je ne l’ai dit à personne pour ne pas susciter d’attentes et dimanche, j’ai été la première personne à arriver sur place. Je savais que l’événement n’aurait lieu qu’après 13 heures, mais de peur d’être en retard, à 11 heures j’étais déjà là. Je n’ai eu aucune réaction, aucun effet secondaire. Le seul effet est la gratitude et l’euphorie, sachant qu’il y a de l’espoir pour la continuité de ma vie. Je ne veux pas mourir et le seul moyen de me débarrasser de cette maladie est le vaccin.

Amazônia Real - Dans quel combat avez-vous été engagée ?

Vanuza - Dès le premier jour où j’ai entendu parler de cette pandémie, qui était une maladie respiratoire, je savais qu’elle arriverait au Brésil, car nous vivons dans un monde globalisé. Et le fait d’habiter près de l’aéroport de Guarulhos m’a rendu encore plus inquiète, car je savais que lorsque le virus arriverait ici, ce serait par l’aéroport. Je fais partie du Conseil municipal de la santé et j’ai manifesté mon inquiétude lors de réunions. Je disais que nous devrions penser à la prévention, aux stratégies. Mais ils ont dit non, que j’étais censée m’inquiéter de la dengue, du chikungunya, du H1N1, que le Brésil était un pays tropical, qu’il n’arriverait pas ici, et moi je disais qu’ils avaient tort. J’ai tout documenté. Quand des gens sont tombés malades, quand des autochtones sont morts, quand mes cousins ​​sont morts, j’ai plongé dans le désespoir et j’ai commencé à frapper aux portes des services de santé municipaux et étatiques, à la Funai (Fondation de l’Indien), au Sesai (Secrétariat spécial pour la santé autochtone), demandant une intervention. Je me suis battue avec des partenaires parce que seul on ne peut rien faire. J’ai divulgué des audios, qui ont atteint les chaînes de télévision et commencé à avoir des retombées médiatiques. En raison de cette insistance, notre village a été le premier où tous les membres ont été testés.

Amazônia Real – Quel est votre sentiment après avoir reçu le vaccin ?

Vanuza - Je suis en état de grâce parce que je suis vaccinée, mais j’ai une certaine appréhension parce que le vaccin n’atteindra pas tout le monde en ce moment. Nous n’avons que 6 millions de doses. Il ne sera même pas possible de vacciner tous les professionnels de santé, les personnes âgées et les autochtones. Les gouvernements n’ont pas fait ce qu’il fallait, donc ils ont des problèmes avec les approvisionnements, ils ont des problèmes pour acheter des vaccins, des seringues, pour mettre en place une logistique adaptée. Je recommande à quiconque a l’occasion de prendre la première dose de la prendre, car il vaut mieux en prendre une que de ne rien prendre. C’est le seul médicament efficace pour garantir nos vies. Il n’y a pas de médecine palliative.

Amazônia Real -Comment avez-vous vécu le fait d’être discréditée après avoir exprimé votre inquiétude face à l’arrivée de la maladie ?

Vanuza - Lors d’une réunion le 18 février, au Conseil municipal de la santé, j’ai parlé toute seule et j’ai été considérée comme folle et excessive. J’ai vu tellement de gens être en désaccord avec moi que je me suis demandé si j’exagérais vraiment, parce que personne ne partageait mon inquiétude, comme si j’étais vraiment folle. Mais j’aurais aimé être folle, excessive et pécher par excès et qu’aucune de ces morts ne se soient produites. J’ai fait un travail de prévention et de distanciation dans le village, j’avais déjà parlé de fermer la communauté pour ne laisser personne de l’extérieur entrer. Puis l’équipe de santé est venue dire que nous devions nous inquiéter de la dengue. Donc, tout le travail que j’ai fait avec ma communauté, le Département de la Santé est allé là-bas et l’a défait. Ce n’est que lorsqu’ils ont été pris à la gorge que tout s’est accéléré.

Vanuza Kaimbé montre sa carte d’immunisation de la première dose du vaccin Coronavac
© Governo do Estado de São Paulo

Amazônia Real - Et comment s’est passé votre travail dans le village ?

Vanuza - Mes proches ne m’ont pas écoutée non plus. Pendant le Carnaval, je n’ai jamais quitté la maison car je savais que tout cela allait se répandre et que ce serait comme la fin du monde. Je savais que beaucoup de gens allaient mourir et je disais déjà de rester à la maison, mais ils ont dit que j’étais folle, que j’allais attirer la maladie. Le 14 avril, le premier Kaimbé est mort, la première personne de mon peuple, et c’était une personne proche de nous. Puis ils ont vu que nous devions vraiment prendre soin de nous. Nous avons donc fermé le village et ceux qui devaient travailler à l’extérieur ont quitté leur emploi. Moi et une autre cousine sommes passées à la télévision en disant que nous vivions de l’artisanat, du travail informel et demandions de l’aide. Avec notre mobilisation, nous n’avons jamais manqué de rien dans le village, ni de nourriture ni de produits d’hygiène. Les Brésiliens ont été solidaires avec nous et grâce à cela nous avons résisté jusqu’à aujourd’hui sans aucun décès dans le village. Des sept contaminés, tous se sont rétablis. Nous nous sommes tous contaminés en même temps, de la seconde quinzaine de mai au 15 juin. Ensuite, nous n’avons plus fait de tests parce que nous avions peur et que personne d’autre n’avait de symptômes, il n’y avait pas de problème. Mais la communauté est restée fermée, seuls les partenaires entraient, tous portant des masques et en respectant les règles de distanciation.

Vous appréciez notre site ? Aidez-nous à en maintenir la gratuité !
Vous appréciez nos actions ? Aidez-nous à les concrétiser !

Soutenez Autres Brésils Faire un don

Amazônia Real - Parlez-nous un peu de qui est Vanuza.

Vanuza - Je suis née dans la terre indigène de Massacará, dans la municipalité d’Euclides da Cunha, à l’intérieur de Bahia. Je suis venu à São Paulo jeune. Quand j’avais cinq ans, j’ai dû aller à l’hôpital et ils m’ont dit de subir une opération de la thyroïde immédiatement, sans faire beaucoup de tests, et je me suis enfuie de l’hôpital. Je suis rentrée chez moi et j’avais ça en tête, que j’étudierais parce qu’un jour je serais une personne en blanc, parce que je ne savais même pas ce qu’était une infirmière, ce qu’était un médecin, et ma mère a dit que je n’allais pas y arriver, non. Ensuite, je suis venue à São Paulo pour étudier, travailler et puis j’ai su que je voulais être infirmière. Je ne pouvais pas me le permettre et je suis allée travailler comme femme de chambre puis comme assistante au crédit. Ensuite, j’ai été vendeuse. Mais chaque fois que je passais devant un hôpital, je me rappelais que j’étais venue pour devenir infirmière. J’ai tout laissé tomber et je suis allée réaliser mon rêve. J’avais 30 ans, je suis devenue infirmière auxiliaire et je suis allée travailler pour la santé autochtone, où je suis restée dix ans. Mais le simple fait d’être auxiliaire ne suffisait pas, car un diplôme universitaire était nécessaire. Je voulais aussi être un exemple pour mon fils. J’ai eu le courage de passer l’examen d’entrée à l’Université Pontificale Catholique de São Paulo (PUC) et j’ai réussi. Mon fils a également passé l’examen d’entrée et a réussi. L’année prochaine, il obtient son diplôme. Je recherche actuellement un emploi rémunéré d’assistance sociale.

Amazônia Real - Que pensez-vous de l’information du gouvernement fédéral selon laquelle les peuples autochtones vivant dans les villes ne seront pas vaccinés dans le groupe prioritaire ?

Vanuza - Je suis signataire des lois, j’ai lu la Constitution et aucune disposition ne dit que l’indigène cesse d’être indigène lorsqu’il quitte son village. Le Brésil entier est une terre indigène, le Brésil est pindorama. Il n’y a pas de telle séparation. La personne autochtone est autochtone partout, dans le village, en ville ou à l’université. Aujourd’hui, une grande partie des autochtones vivent en ville et ce n’est pas parce que nous n’aimons pas la nature que nous quittons nos villages. Mais les villes ont envahi nos territoires. Les terres autochtones ont été envahies et celles qui ne le sont pas nous les préservons. Nous sommes dans les villes parce que nous n’avions pas d’autre choix. Nous sommes venus à la recherche de santé, de logement et de travail car les villages ne suffisaient plus pour habiter. Nous devons donc dire à ce gouvernement et à tout le monde qu’un autochtone est un autochtone dans les villes ou les villages et que nous devons être vaccinés.

Amazônia Real - Savez-vous déjà quand vous recevrez la deuxième dose du vaccin ?

Vanuza - Il n’y a pas encore de date, mais la prévision est pour 30 jours. Quand ce moment viendra, s’ils ne m’appellent pas, je les contacterai moi-même car j’ai leur numéro de téléphone et je leur demanderai : « Alors, quand sera ma deuxième dose ? ».

Des femmes autochtones en manifestation à Manaus contre le manque d’assistance du gouvernement
© Amazônia Real/2020

Amazônia Real - Que pensez-vous de ce différend idéologique entre le gouvernement de l’État de São Paulo et le gouvernement fédéral ?

Vanuza - Cela m’attriste beaucoup, mais je ne suis pas surprise par le président, car il a toujours été un parasite. Il a vécu 30 ans comme député et en plus de ne pas avoir de projet de loi, il a toujours voté contre tout ce qui était en faveur du peuple. Mais je pensais que maintenant, il aurait l’occasion de prendre soin de la santé, car il avait tout à portée de main. Je ne suis pas une électrice de Doria, mais il fait de son mieux pour résoudre le problème. Cependant, si nous faisions fonctionner les trois sphères, notre réalité serait différente, ce serait mieux. Le gouvernement fédéral ne respecte pas la science, mais la science n’est pas politique et elle a battu le gouvernement. La vérité est que le gouvernement passe, mais la science et les professionnels restent. Vive la science.

Amazônia Real - Le ministre de la Santé a déclaré que le gouvernement de João Dória aurait fait du marketing en vaccinant déjà les gens dimanche. Vous êtes-vous sentie une pièce de marketing ?

Vanuza Kaimbé - Non, mais pour défendre ma santé et défendre le bien, je consens à être une pièce de marketing. Je ne me soumettrais pas si c’était pour le marketing de la désinformation, de l’ignorance et pour détruire des vies. Le président est sur le podium et commercialise l’ignorance et la désinformation. L’un fait le marketing qui sauve et l’autre fait le marketing qui tue. Le vaccin est un acte d’amour. Le vaccin ne tue pas. Ce qui tue, c’est l’ignorance, le manque de médicaments. Si le vaccin vous parvient, soyez reconnaissant.

Voir en ligne : Agência Amazonia Real : "“O Brasil todo é terra indígena, é pindorama. Temos que ser vacinados”, diz Vanuza Kaimbé"

[1Terme tupy pour désigner le Brésil, terre des palmiers, avant l’arrivée des colonisateurs portugais

[2Institut épidémiologique fabricant le vaccin

Suivez-nous

Newsletter

Abonnez-vous à la Newletter d’Autres Brésil !

Inscrivez vous

Entrez votre adresse mail ci-dessous pour vous abonner à notre lettre d’information.
Vous-pouvez vous désinscrire à tout moment envoyant un email à l’adresse suivante : sympa@listes.autresbresils.net, en précisant en sujet : unsubscribe infolettre.

La dernière newsletter

>>> Les plus de 200 mille morts par la Covid aurait pu être évitées - La culture résiste !

Réseaux sociaux

Flux RSS

Abonnez-vous au flux RSS