Le Brésil en faillite, les plus pauvres privés d’aide sociale Enquête

 | Par Hugo Nin, La Croix

Au détour d’une conversation avec ses admirateurs, le président Jair Bolsonaro a commencé l’année en déclarant que le pays était « fauché ». Conséquence : l’interruption de l’aide d’urgence versée l’an dernier à des millions de Brésiliens risque de les faire retomber dans la pauvreté.

C’est devenu un rituel. Les fans du président viennent acclamer Jair Bolsonaro à son entrée au palais du Planalto, siège du pouvoir exécutif. Et comme la plupart des journalistes, souvent agressés par les bolsonaristes, ont déserté les lieux, ce sont eux qui posent les questions. « Et la réduction d’impôt, président ? », lance un admirateur, en faisant allusion à une promesse de la campagne électorale. Sans même hésiter, le président lui rétorque : « chef, le Brésil est fauché, je n’arrive plus à faire quoi que ce soit ! ».

C’était début janvier. En usant d’un langage familier, Jair Bolsonaro a laissé entendre que le pays « était au bord de la faillite » pour se justifier auprès de son électorat : « Je voulais bien modifier l’impôt sur le revenu, mais il y a eu ce virus qui a été surdimensionné par les médias. Ces médias immoraux, qui tentent de nous expulser d’ici par tous les moyens. »

Une situation loin d’être désespérée
Le Brésil, en faillite ? D’habitude si volatiles, les marchés ont à peine bronché. De fait, le pays est très endetté (la dette publique est de l’ordre de 100 % du PIB, et a augmenté de 15 points en un an). « Le contexte budgétaire est extrêmement délicat et le pays ne peut se permettre d’augmenter les dépenses ou de diminuer ses recettes », explique Gustavo Arruda, chef économiste de BNP Paribas à São Paulo.

[...]

Voir en ligne : La Croix : « Le Brésil en faillite, les plus pauvres privés d’aide sociale »

Suivez-nous

Newsletter

Abonnez-vous à la Newletter d’Autres Brésil !

Inscrivez vous

Entrez votre adresse mail ci-dessous pour vous abonner à notre lettre d’information.
Vous-pouvez vous désinscrire à tout moment envoyant un email à l’adresse suivante : sympa@listes.autresbresils.net, en précisant en sujet : unsubscribe infolettre.

La dernière newsletter

>>> Les plus de 200 mille morts par la Covid aurait pu être évitées - La culture résiste !

Réseaux sociaux

Flux RSS

Abonnez-vous au flux RSS