L’occupation comme alternative face à la crise du logement au Brésil

, par Nazaret Castro

Au Brésil, le logement constitue la préoccupation la plus urgente pour des milliers de familles affectées par une bulle immobilière elle-même exacerbée par les méga-événements sportifs. Entre 2008 et 2013, alors que le taux d’inflation moyen atteignait 39%, les loyers ont augmenté de 95% à Sao Paolo et de 132% à Rio.

Le résultat : Les classes ouvrières sont repoussées vers des zones de la ville de plus en plus éloignées de leur lieu de travail, dans des métropoles affectées par des embouteillages permanents.

À Sao Paolo, les travailleurs doivent fréquemment compter cinq heures de navette par jour entre leur domicile et leur lieu de travail. Beaucoup d’entre eux disent « basta », se voyant contraints pour la nième fois de se mettre à la recherche d’un quartier moins cher dans la périphérie. L’occupation de terrains inoccupés apparaît alors comme la meilleure option.

C’est ainsi que le Mouvement des travailleurs sans abri (Movimiento de los Trabajadores Sin Techo, MTST) s’est converti en l’un des mouvements sociaux les plus importants du pays, avec une présence dans sept États et des actions qui englobent plus de 50.000 familles, le tout sous le leadership de Guilherme Boulos, acclamé comme l’une des étoiles montantes de la gauche brésilienne.

Voir en ligne : Equal Times

Annonces

Suivez Autres Brésils

Newsletter

Inscrivez vous
Entrez votre adresse mail pour vous abonner à notre lettre d’infos.

Vous-pouvez vous désinscrire à tout moment envoyant un email à l’adresse suivante : sympa@listes.autresbresils.net, en précisant en sujet : unsubscribe infolettre

La dernière newsletter :

>>> Brésil en Mouvements 14e édition, du 19 au 23 septembre !

Réseaux sociaux

Flux RSS

Abonnez-vous au flux RSS