L’éthanol de canne à sucre baigne dans le sang, la sueur et la mort

 | Par Maria Luisa Mendonça

L’éthanol brésilien est présenté comme l’agrocarburant modèle. Mais ce modèle a un coût humain très élevé : la chercheuse María Cristina Gonzaga, de Fundacentro, un organe du Ministère du Travail, affirme qu’ « Au Brésil, le sucre et l’alcool sont baignés de sang, de sueur et de mort ».

Chapitre extrait de « Agroenergia : Mitos Impactos » par Maria Luisa Mendonça, Malluce Melo et Placido Junior.

Esclavage et mort de travailleurs

Ce modèle d’exploitation a causé de sérieux problèmes de santé et même, la mort de travailleurs. Entre 2005 et 2006 on a enregistré 17 morts par épuisement lors de la coupe de la canne à sucre. La chercheuse María Cristina Gonzaga, de Fundacentro, un organe du Ministère du Travail, affirme qu’ "Au Brésil, le sucre et l’alcool sont baignés de sang, de sueur et de mort".

En 2005, le MTE enregistra 450 autres morts de travailleurs dans les sucreries de São Paulo. Les causes de ces morts sont les assassinats, les accidents lors du transport précaire vers les sucreries, les maladies comme l’arrêt cardiaque et le cancer et en plus il y a des cas de travailleurs carbonisés pendant les brûlages. María Cristina Gonzaga estime que 1383 travailleurs sont morts dans des conditions semblables entre 2002 et 2006. Entre avril et mai 2007, on a enregistré trois morts de travailleurs dans les plantations de canne à sucre de l’état de São Paulo. José Pereira Martins, de 52 ans, est mort d’un infarctus après le travail de la coupe de la canne dans la localité de Guarida. Lourenço Paulino de Souza, 20 ans, fut trouvé mort dans la sucrerie São Josè, à Barretos.

[...]


Lire la suite sur :

LES AMIS DE LA TERRE


Agenda

L'équipe d'Autres Brésils est en train de préparer de nouveaux événements... restez attentifs !

Tous les événements

Suivez-nous

Newsletter

Abonnez-vous à la Newletter d’Autres Brésils !

Inscrivez vous

Entrez votre adresse mail ci-dessous pour vous abonner à notre lettre d’information.
Vous-pouvez vous désinscrire à tout moment envoyant un email à l’adresse suivante : sympa@listes.autresbresils.net, en précisant en sujet : unsubscribe infolettre.

La dernière newsletter

>>> Dernière chance pour nous soutenir !

Réseaux sociaux

Flux RSS

Abonnez-vous au flux RSS