L’ascension rapide – et silencieuse – de l’énergie éolienne

, par IHU On-Line

Source  : IHU

Traduction pour Autres Brésils : Roger GUILLOUX

Insignifiante, il y a encore peu de temps, elle génère désormais autant d’électricité que les usines thermoélectriques et pourra fournir près de 10% de la consommation nationale en 2021.

Dans le cadre de la bataille en vue d’obtenir une portion de la génération d’énergie au Brésil, le secteur éolien est en train de conquérir un espace significatif [1] et est devenu la ʺdeuxième source d’énergie la plus compétitiveʺ au Brésil selon les déclarations de la présidente de l’Associação Brasileira de Energia Eólica – Abeeólica - Elbia Melo lors de son entretien avec IHU [2] On-Line. Dans cet entretien, réalisé via courriel, elle indique que l’an dernier, ce secteur s’est développé, atteignant 2% de la production, ʺfaisant jeu égal avec le secteur thermoélectriqueʺ. Selon les prévisions, en 2016, l’énergie d’origine éolienne devrait représenter 5,5% de la production totaleʺ, nous fait remarquer la présidente.

Selon Elba Melo, ʺla contribution du secteur éolien est de la plus grande importance puisque, avec la production d’origine éolienne, nous sommes en mesure de fournir davantage d’énergie propre et compétitive au réseau, ce qui entraine une réduction des charges et donc un moindre coût pour les consommateursʺ.

Elba Melo est licenciée en économie (Université fédérale de Uberlândia), elle a obtenu un master à l’Université fédérale de Santa Catarina et est docteur en science de l’ingénieur de cette même université.

L’entretien

Quelle est la situation actuelle du secteur éolien au Brésil ? Comment fonctionne la gestion des parcs éoliens ?

Le secteur éolien brésilien est en forte croissance, nous espérons que le gouvernement, par le biais d’une licitation, nous accorde un contrat de fourniture annuelle de 2GW. Aujourd’hui le secteur éolien est en mesure de fournir 2,5 GW. Et il faudrait ajouter à ceci les 622 MW disponibles mais que l’on est dans l’impossibilité d’utiliser faute de lignes de transmission connectant cette production au réseau électrique. La gestion des parcs est habituellement réalisée par des entreprises qui développent et construisent ces parcs éoliens. Les contrats de fourniture d’énergie ont une durée de 20 années.

Comment fonctionne le système de transmission d’énergie éolienne dans le pays ?

Tout centre de production d’énergie électrique a besoin d’un système de transmission pour écouler l’énergie produite. Ceci peut se faire par le biais d’installations de captation d’énergie ou encore en étant relié aux réseaux de haute tension existants.

Quels sont les parcs les plus importants aujourd’hui ?

On peut citer le parc du Alto do Sertão dans la Bahia et de Osório dans le Rio Grande do Sul, mais en réalité tous les parcs existants participent de manière significative à la production d’énergie électrique au Brésil.

La critique suivante est faite au secteur éolien. Pourquoi, des 50 parcs qui doivent entrer en opération cette année, un grand nombre d’entre eux ne disposent pas de lignes de transmission permettant de fournir de l’énergie au réseau ?

Les lignes de transmission ne relèvent pas nécessairement de la responsabilité de l’investisseur du parc. En d’autres termes, les lignes de transmission relèvent d’investisseurs différents. Et pour cette raison, le retard relève de la responsabilité de l’entreprise impliquée dans le réseau de transmission qui, pour une raison ou pour une autre, n’a pas réussi à conclure les travaux en temps voulu. Ce qui explique le manque actuel de lignes de transmission.

Quelle forme d’incitation le gouvernement brésilien a-t-il apporté au secteur éolien ?

Dans le cadre du Programme d’incitation à l’utilisation de ressources alternatives d’énergie – Proinfa – les parcs éoliens inscrits à ce programme bénéficient d’un tarif subventionné ; ce programme qui concerne 1,4 GW ayant fait l’objet d’un contrat, a été d’une grande importance aux débuts du développement de cette source d’énergie au Brésil. Depuis 2009, les producteurs d’énergie d’origine éolienne participent aux appels d’offre promus par le gouvernement, en compétition avec les autres producteurs d’énergie. Lors de ces licitations qui retiennent les projets les plus compétitifs, les fournisseurs d’énergie d’origine éolienne ont occupé une place remarquée étant arrivés en deuxième position.

Quelles sont les perspectives concernant l’implantation de nouveaux parcs éoliens ? Quel pourcentage de la production électrique brésilienne est destiné à ce secteur ?

La perspective, pour 2013, est de créer 125 nouveaux parcs qui produiront un peu plus de 3GW installés, avant la fin décembre. Fin 2012, avec une production totale de 2.5GW, le secteur éolien participait à hauteur de 2% à la production brésilienne d’électricité, à égalité avec le secteur thermoélectrique. La prévision pour 2016 est que la production d’origine éolienne s’élève à 5,5% de la production totale.

Quelle place occupe le secteur éolien dans le Plan Décennal d’Energie ?

Dans le Plan Décennal d’Energie, il est prévu que le secteur éolien soit celui qui connaîtra la plus forte croissance jusqu’en 2021 quand il disposera d’une capacité installée de 16 GW représentant 9% de la production du réseau électrique.

Certains ingénieurs proposent un système d’énergie interconnecté, appelé hydroéolien, qui intégrera les secteurs hydroélectrique et éolien. Que pensez-vous de cette suggestion ?

La complémentarité entre l’époque des vents et celle des pluies est connue depuis longtemps en climatologie. Il existe des périodes de l’année où les pluies sont plus importantes que les vents et d’autres périodes avec des fréquences élevées de vent et de bas niveaux pluviométriques. Dans ce contexte, l’Abeeolica a présenté en 2012 une étude d’intégration comptable de l’énergie d’origine hydraulique et éolienne pour le modèle du secteur électrique brésilien.

Quelles contributions le secteur éolien a-t-il apporté au réseau énergétique brésilien en ce qui concerne le débat sur les risques possibles, à l’avenir, d’impossibilité de répondre à la demande ?

La contribution du secteur éolien est d’une importance capitale, car avec ce mode de production, nous disposons de plus d’énergie propre et compétitive à la disposition du réseau, apport qui va entraîner une réduction des charges générées et par voie de conséquence un coût moindre pour les consommateurs.

Et comme la production d’énergie d’origine éolienne est plus élevée en période sèche, elle peut contribuer de manière importante au stockage d’eau dans les barrages des usines hydroélectriques. Nous pouvons et je dirais même que nous devons insister sur les très nombreux avantages de cette source d’énergie, que ce soit au niveau social, environnemental ou encore en termes de création d’emplois et de richesses pour l’Etat, ʺnationalisantʺ une grande partie de la matière première nécessaire à la production d’éoliennes.

Notes du traducteur :
[1] Aujourd’hui, 80% de la production est d’origine hydraulique. La présidente, Dilma Rousseff, en avril 2012, s’était montrée réservée quant à l’importance que pourrait prendre la production d’électricité d’origine éolienne.
[2] IHU : Instituto Humanitas Unisinus. Revue transdisciplinaire, d’obédience chrétienne, de l’université du Rio dos Sinos (Rio Grande do Sul)

Annonces

Suivez Autres Brésils

Newsletter

Inscrivez vous
Entrez votre adresse pour vous abonner à notre lettre d’infos

La dernière newsletter :

>>> Info-lettre n°2-2018

Réseaux sociaux

Flux RSS

Abonnez-vous au flux RSS