L’ONU appelle le Brésil et les entreprises concernées à agir contre la coulée de boue toxique

, par Le Monde

Le fleuve Doce est considéré comme "mort" pas les scientifiques, à la suite de la rupture d’un barrage minier provoquant une coulée de boue toxique le 5 novembre. RICARDO MORAES / REUTERS

Le Haut-Commissariat aux droits de l’homme de l’Organisation des Nations unies (ONU) a appelé, mercredi 25 novembre, le Brésil et les entreprises impliquées dans la rupture d’un barrage minier, qui a fait au moins douze morts et douze disparus le 5 novembre, à agir au plus vite pour empêcher que la catastrophe ne fasse davantage de dommages :

« L’heure n’est pas aux postures défensives. Nous ne pouvons accepter que trois semaines soient nécessaires pour obtenir des informations sur les risques toxiques posés par la catastrophe minière en surface. »

Au début du mois de novembre, les fortes pluies qui ont frappé le Brésil ont causé la rupture de deux barrages appartenant à la compagnie Samarco, détenue à parts égales par le groupe minier brésilien Vale et l’anglo-australien BHP Billiton. L’accident a libéré 62 millions de m3 de boue ocre, chargée de résidus de minerai de fer, qui ont englouti en quelques minutes un village de 630 habitants proche de la ville historique de Mariana, dans l’État du Minas Gerais.

Lire la suite sur : Le Monde

Annonces

Suivez Autres Brésils

Newsletter

Inscrivez vous
Entrez votre adresse mail pour vous abonner à notre lettre d’infos.

Vous-pouvez vous désinscrire à tout moment envoyant un email à l’adresse suivante : sympa@listes.autresbresils.net, en précisant en sujet : unsubscribe infolettre

La dernière newsletter :

>>> Appel à dons : 2019, année de tous les défis

Réseaux sociaux

Flux RSS

Abonnez-vous au flux RSS